CS:GO – Suivez G2 Esports et LDLC à la DreamHack Winter 2018

Noël et la fin d’année approchent à grands pas, et avec eux, la dernière édition de la DreamHack Open de 2018 ! Les fans français pourront soutenir leurs équipes, au choix entre LDLC et G2 Esports ! Le tournoi CS:GO de la DreamHack Winter 2018 aura une dotation de 100 000$.

Huit équipes ont fait le déplacement pour la DreamHack : Optic Gaming, Heroic, Team LDLC, G2 Esports, ENCE eSports, compLexity Gaming, x6tence Galaxy et Bravado Gaming. Réparties en deux groupes, elles s’affronteront pour espérer finir sur une belle performance en cette fin d’année 2018, tout en empochant une partie des 100 000$ mis en jeu.

L’occasion pour nos deux équipes françaises de montrer ce qu’elles valent ! LDLC a montré de belles prestations lors des IEM Chicago (en réussissant à se qualifier pour la compétition et aux phases finales) tandis que G2 doit prouver sa valeur après les derniers changements de roster.

Format de la DreamHack Winter 2018

Phase de groupes – 4 équipes par groupe. Format GSL. Winner bracket en BO1. Loser Bracket en BO3. Les deux premiers de chaque groupe passent en phase de playoffs.

Playoffs – Matchs en BO3. Elimination directe.

Groupe A
Groupe B
RangTeamsW – L
1Heroic2 – 0
2x6tence Galaxy1 – 1
3compLexity Gaming1 – 1
4Team LDLC0 – 2
RangTeamsW – L
1Bravado Gaming2 – 0
2G2 Esports1 – 1
3ENCE eSports0 – 1
4Optic Gaming0 – 1

Playoffs

Demi-finales

Bravado Gaming
00TBD

 

Heroic00TBD

Grande finale

TBD00TBD

Vous pouvez suivre la compétition sur le twitch officiel de la DreamHack !

Regardez une vidéo en direct de DreamHackCS sur www.twitch.tv

SinoDragon Gaming et Victory Five rejoignent la LPL

Comme les rumeurs l’annonçaient, la LPL s’agrandit et accueille deux nouvelles équipes, portant à 16 le nombre de teams de la région chinoise. SinoDragon Gaming, provenant de la LDL et Victory Five seront donc les nouvelles têtes de la LPL.

bandeau league of legends

La LPL (ligue chinoise) est la ligue de League of Legends accueillant le plus d’équipes (14 au total, réparties en deux conférences, Est et Ouest). Cette année, des rumeurs annonçaient qu’elle passerait à 16 équipes.

C’est désormais chose faite, avec l’arrivée de l’équipe SinoDragon Gaming, une équipe issue de la Lol Development League (LDL), la ligue secondaire de Chine issue de la fusion entre la LSPL et la TGA. Les SinoDragon Gaming ont remporté le Spring et le Summer de la LDL Nord, et la grande finale de la LDL ! Ils ont enchaîné 14 victoires consécutives en saison régulière, un palmarès qui n’a rien à envier aux performances d’Invictus Gaming. Ces résultats laissent présager un très bon niveau de l’équipe, qui devra faire ses preuves en LPL.

De leur côté, les Victory Five sont nouveaux dans le secteur. Ils ont été fondés au printemps 2018 par le président de la Macau esports Association, He Yujun. Ils ont pour objectif de devenir le « meilleur club esport de nouvelle génération en Chine ». Reste à voir si l’équipe parviendra à se faire une place dans la difficile ligue chinoise, leur roster n’ayant pas encore été annoncé.

Hearthstone annonce son nouveau modèle compétitif pour 2019

Hearthstone présente son nouveau modèle esportif pour l’année 2019. Fini les points HCT, place aux systèmes de qualifications online et aux tournois mondiaux en direct !

hearthstone bandeau

Nouveau système compétitif à 3 niveaux

Il semblerait que le modèle compétitif de 2018 n’ait finalement pas porté ses fruits pour Blizzard – alors qu’il avait été globalement salué par les joueurs professionnels. Le système du HCT a été finalement perçu par les nouveaux joueurs comme difficile à comprendre et à suivre, tout en n’étant pas forcément durable pour les professionnels.

Pour ces raisons, Hearthstone a profondément modifié son système compétitif pour l’année 2019. Celui-ci se développera sur 3 niveaux : une phase de qualification, des tournois mondiaux en direct et une compétition de haut niveau inédite ! Les dotations passeront de 2.8 millions de dollars en 2018 à plus de 4 millions de dollars de dotation pour l’année 2019 !

système compétitif hearthstone 2019Les 3 niveaux du nouveau modèle esportif d’Hearthstone (© Playhearthstone)

Les qualifications en ligne

Plusieurs centaines de tournois de qualifications majoritairement en ligne auront lieu en 2019. Ils débuteront au printemps (à partir du mois de mars) et ne seront pas restreint géographiquement. Toute personne pourra rejoindre la compétition. Les vainqueurs des compétitions en ligne pourront accéder à l’étape des tournois mondiaux en direct.

Les tournois mondiaux en direct

En 2019, Hearthstone organisera 3 tournois sur invitation, avec les joueurs vainqueurs des qualifications en ligne. Chacun des tournois sera doté de 250 000 dollars et permettra à ses gagnants d’accéder à la compétition de la première division. Nous ne savons pas encore combien de joueurs seront sélectionnés pour les qualifications en ligne et les tournois mondiaux en direct.

La compétition de la première division

Le Saint Graal des joueurs d’Hearthstone en 2019. Elle accueillera les meilleurs joueurs des tournois mondiaux en direct et se déroulera au format Round-Robin, en ligne et par région. Celle-ci débutera après le championnat du monde et se terminera à la fin de l’année 2019. Les joueurs qui participeront à cette compétition obtiendront des bonus de performances, ainsi que des invitations automatiques pour tous les événements en direct du palier précédent.

La fin du Format Conquête

Le format de compétition conquête avait été implémenté en 2015 et était devenu le format officiel de compétition.

Pour remporter son match, un joueur devait avoir gagné avec tous ses decks ! Lorsqu’un joueur a gagné avec un deck, il doit en changer. Le perdant quant à lui peut continuer d’utiliser son deck ou en changer. Cela tranchait avec le système KOTH (King of The Hill) où un joueur devait changer de deck seulement lorsqu’il perdait.

Pour l’année 2019, le format Conquête sera retiré du format compétitif, au profit d’un autre format qui devrait être dévoilé dans les prochains mois !

Caps rejoint G2 Esports, Perkz passe ADC et Mikyx support !

Les rumeurs étaient donc vraies. Caps a bel et bien quitté Fnatic pour G2 Esports, tandis que Perkz est passé au poste d’ADC. Mikyx est parti de Misfits pour devenir le support de G2.

bandeau league of legends

Cela faisait bien deux semaines qu’ESPN et Jacob Wolf avaient annoncé que Caps rejoindrait G2 Esports et que Perkz changerait de rôle, passant ADC de l’équipe à la place de Hjarnan. C’est désormais officiel ! Hier, jeudi 29 novembre, sous les coups de 18h – soit 4h après l’annonce du nouveau mid de Fnatic – G2 Esports présentait ses nouvelles recrues dans une vidéo teintée d’humour.

Mikyx, l’ancien support de Misfits rejoint également le club esport. Il devra évoluer en binôme avec Perkz, qui s’est bien entraîné pour devenir un ADC digne de ce nom ! De leur côté Hjarnan et Wadid ont quitté l’équipe, ce dernier ayant rejoint la nouvelle équipe franchisée Rogue.

La nouvelle équipe de G2, composée de Wunder, Jankos, Caps, Perkz et Mikyx, aura mis toutes les chances de son côté pour espérer être victorieuse des deux split de 2019. Mais il y aura de la concurrence, notamment chez Fnatic et surtout chez Misfits, qui vient de recruter sOAZ, Febiven et GorillA, et qui a l’air bien partie pour écraser la concurrence.

Fnatic recrute Nemesis pour remplacer Caps !

Tim « Nemesis » Lipovšek sera donc le prochain midlaner de Fnatic pour la saison régulière du LEC 2019 ! Il œuvrera à la place de Rasmus « Caps » Winther et aura fort à faire pour se faire une place parmi les meilleurs midlaners européens.

bandeau league of legends

L’annonce avait été teasée sur les réseaux sociaux de Fnatic depuis le 28 novembre, soit le jour même où Nemesis quittait officiellement les MAD Lions, une des meilleures équipes espagnoles de League of Legends. Mais les rumeurs avaient commencé depuis bien plus longtemps. En effet, le nom de Tim « Nemesis » Lipovšek circulait sur le reddit et dans les rédactions.

Mais remplacer Caps ne sera pas une mince affaire, tant le joueur a mis tout le monde d’accord depuis deux ans. Ses performances sur la scène des LCS EU et aux derniers Worlds en sont une preuve.

Le joueur espagnol est passé dans la cour des grands : fini la ligue espagnole et les European Masters ! L’entrée en LEC sera une véritable épreuve pour le joueur, mais il pourra compter sur Fnatic, qui a toujours réussi à dévoiler et accompagner des talents, et à ses coéquipiers qui l’accompagneront tout au long de son année.

Nemesis jouera en effet aux côté de Bwipo, Broxah, Rekkles et Hylissang pour la saison 2019. La compétition en midlane sera rude, car il devra affronter des adversaires redoutables comme Jiizuke, Caps (qui devrait rejoindre G2 Esports) et Febiven (de retour des LCS NA) !

PraY envisagerait de prendre sa retraite après avoir refusé toutes les offres de contrat pour 2019

Kim « PraY » Jong-in, l’ex ADC des King-Zone Dragon X a déclaré en stream avoir refusé toutes les offres de contrat des équipes l’ayant contacté. Il a également évoqué à plusieurs reprises une possibilité de retraite.

bandeau league of legends

Selon les informations de notre consoeur Ashley Kang, PraY pourrait ne pas participer au prochain split 2019 de League of Legends. Le 19 novembre dernier, lui, GorillA et Peanut avaient quitté King-Zone Dragon X. De son côté, GorillA a rejoint Misfits, mettant un terme à plus de quatre années de duo avec son ADC, tandis que Peanut a préféré rejoindre l’équipe des Gen.G.

PraY est resté longtemps silencieux, et nombreux attendaient de le voir débarquer dans une autre équipe LCK de renom. Il a mis fin aux rumeurs sur son dernier stream sur l’Afreeca TV, déclarant qu’il avait reçu de nombreuses offres très intéressantes de la part d’équipes, mais qu’il les avaient toutes rejetées. Il a évoqué à de nombreuses reprises la possibilité d’une pause dans sa carrière, tout en ne sachant pas s’il pourrait revenir, du fait de son âge (il aura 25 ans en janvier).

PraY semble vivre un moment très difficile. La fin d’une ère chez Longhzu/King-Zone et sa séparation avec GorillA ont sûrement dû le toucher au plus profond de lui-même. Ce qui l’a amené à se remettre beaucoup en question, et à interroger ses choix de carrière et son avenir. De nombreux fans ont déjà laissé entendre leur tristesse suite à cette quasi-annonce de retraite, certains lui ayant conseillé de revenir sur sa décision et de continuer la compétition. Il faudra attendre quelques jours pour connaître le fin mot de l’histoire.

Baolan resigne chez Invictus Gaming pour 3 années

Wang « Baolan » Liu-Yi, le support d’Invictus Gaming, avait annoncé ne pas vouloir resigner pour l’année 2019. Finalement, et après discussions avec le club, il a décidé de rester et de signer pour 3 années supplémentaires. Gao “Ning” Zhen-ning, le jungler de l’équipe, a quant à lui resigné pour l’année 2019.

bandeau league of legends

L’équipe victorieuse des Worlds 2018, Invictus Gaming, ne devra finalement pas trouver un autre joueur support pour la saison régulière 2019.

Wang « Baolan » Liu-Yi avait annoncé hier vouloir quitter l’équipe. Il avait affirmé vouloir rejoindre une équipe et retourner aux Worlds 2019, et ce, pour des raisons personnelles. Il en avait profité pour remercier chaleureusement le coach Mafa, mais n’a laissé que quelques mots brefs à son équipe.

Nous en apprenons plus aujourd’hui sur la décision – désormais caduque – de Baolan. Selon les dires du vice-président d’Invictus Gaming Mintyblue, Baolan ne recevait pas assez de reconnaissance de la part d’une partie des fans. Et il espérait que cela cesse après leur victoire aux Worlds. Mais ce ne fut apparemment pas le cas, d’où sa décision de partir. C’est après de longues discussions avec l’équipe et avec Wang Sicong, le CEO d’Invictus Gaming que Baolan a décidé de rester, en resignant pour 3 années supplémentaires. Vous pouvez d’ailleurs retrouver toute l’histoire, traduite par Ran, sur le site Medium ici.

Dans le même temps, Gao “Ning” Zhen-ning, le jungler MVP de la finale des Worlds, a resigné pour l’année 2019. Les informations concernant les autres membres d’Invictus Gaming devraient nous parvenir dans les prochaines semaines. Le mercato de la LPL reste assez calme par rapport aux mercatos sulfureux en LCS NA, en LEC et en LCK, que vous pourrez retrouver sur notre article récapitulatif ici.

Le partenariat entre Nike et la LPL dans la tourmente

Selon les informations du site chinois lanxionsports, la célèbre entreprise américaine Nike vient de signer un partenariat de 144 millions de dollars avec la LPL, et ce pour une durée de 5 ans. Malheureusement, il semblerait qu’il y ait de nombreuses tensions entre Nike et les équipes de la LPL concernant les termes du contrat.

bandeau league of legends

Mise à jour du 29/11/2018

Nouveau rebondissement dans le partenariat Nike-LPL. Selon les sources de The Esports Observer, de nombreuses équipes en LPL ne seraient pas d’accord avec les termes du contrat, celui-ci restreignant leurs libertés d’être sponsorisées par d’autres marques de vêtements. La somme des 144 millions serait d’ailleurs inexacte, les termes du contrat n’ayant pas encore été précisés. De plus, Tencent, le géant chinois propriétaire de Riot Games, aurait apparemment fait pression sur certains médias chinois pour réduire la couverture médiatique du partenariat Nike-LPL.

Dans le cadre de cet accord, Nike devrait fournir des vêtements, accessoires et chaussures aux représentants des membres éminents des structures de la LPL (ligue chinoise de League of Legends). Toutes les équipes devraient être par ailleurs soumises à l’accord établi entre la LPL et Nike concernant les uniformes d’équipe. Le sigle mythique de la virgule devrait donc se retrouver apposé sur tous les maillots des équipes chinoises.

Un premier vêtement à l’effigie des nouveaux champions du monde Invictus Gaming a été leak.

maillot nike invictus gamingLes nouveaux maillots qui devraient être portés par les joueurs d’Invictus Gaming

Nike n’en est pas à son coup d’essai avec la LPL. Le mois dernier, la marque annonçait le sponsor de l’ADC chinois Jian “Uzi” Zi-Hao, premier joueur de League of Legends à être sponsorisé par lé géant américain. Celui-ci arborait un maillot Nike, avec écrit sur le devant Dribble & Carry. Ce partenariat avec la LPL va nécessairement propulser la ligue sur la première marche du podium des ligues les plus puissantes de League of Legends. La Corée du Sud aura fort à faire pour rivaliser avec les géants chinois qui, d’année en année, montrent qu’ils sont au-dessus de tous les autres.

Team Vitality recrute le jungler coréen Mowgli !

La structure française Team Vitality vient d’annoncer le recrutement de Lee « Mowgli » Jae-ha, l’ex-jungler de la team coréenne Afreeca Freecs. Un import coréen prometteur qui opérera à la place de Gilius pour la saison 2019.

bandeau league of legends

Le mercato du LEC n’a pas dit son dernier mot ! Après l’import du coréen GorillA chez Misfits, c’est au tour de Team Vitality de recruter un talent tout droit venu de la meilleure région esportive de League of Legends (derrière la LPL vu les performances coréennes aux Worlds 2018). Mowgli a été recruté pour un contrat de 2 ans : il évoluera donc dès la rentrée 2019 et en 2020 !

Mowgli a toujours évolué en binôme avec Spirit, le jungler officiel de la line-up des Afreeca Freecs. En arrivant chez Vitality, il devra faire ses preuves en tant que titulaire dans l‘équipe franchisée du LEC.

Team Vitality vient de lever 20 million d’euros et souhaite clairement se positionner comme un géant de l’esport européen. Cela passera par de très bonnes performances lors de la saison régulière de League of Legends, chose qu’ils ont déjà fait en finissant 4e du Spring et seconds du Summer. Bien que n’ayant pas réussi à passer la difficile phase de groupes des Worlds, ils marquèrent les esprits avec leur style agressif et un Jiizuke endiablé.

Mercato LCS NA – Huni rejoint Clutch Gaming !

Clutch Gaming vient de clôturer sa line-up en recrutant Heo « Huni » Seung-hoon ! Le joueur amoureux des carry toplane évoluera donc une année supplémentaire en LCS NA.

bandeau league of legends

Huni est l’un des joueurs coréens ayant le plus évolué en Occident. Il est notamment connu pour être un joueur de carry toplane et pour avoir popularisé Lucian Top. Il commence officiellement la compétition internationale chez Fnatic en 2015 où il ira jusqu’en demi-finale des Worlds. Un parcours excellent pour un joueur prometteur ! En 2016, il rejoint les LCS NA et la nouvelle équipe d’Immortals – qui ne parviendra pas à passer au système de franchises en 2018. Il évoluera alors chez SKT T1 et se hissera jusqu’en finale des Worlds 2017, face à Samsung Galaxy, contre lesquels ils perdirent 3 à 0.

Retour en LCS NA, chez Echo Fox qui fera de très bonnes performances (2e au Spring et 4e au Summer), qui ne suffira malheureusement pas pour les qualifier aux Worlds 2018. Période du mercato des LCS NA oblige, Huni fera ses valises mais cette fois-ci pour rester en Amérique du Nord. Il rejoint ainsi la nouvelle équipe franchisée Clutch Gaming !

Il remplacera ainsi Solo en toplane (parti lui chez Echo Fox) et sera accompagné de Damonte en midlane, LirA et Moon en jungle, Piglet en ADC et Vulcan en support !

Optic Gaming recrute le midlaner coréen Crown et Meteos

Optic Gaming vient d’annoncer les recrutements du midlaner Lee « Crown » Min-ho et du jungler William « Meteos » Hartman. Ils rejoignent Dhokla et Big dans la line up du Green Wall qui, on l’espère, parviendra à faire mieux qu’en 2018.

bandeau league of legends

Lee « Crown » Min-ho est une figure emblématique de la midlane coréenne. Avec la formation Samsung Galaxy (aujourd’hui renommée Gen.G), il avait remporté les Worlds 2017 en s’imposant 3 à 0 face à la triple championne du monde SKT T1. Après une saison 2018 plutôt décevante pour la formation (5e au Spring, 4e au Summer), Gen.G avait réussi à se hisser aux Worlds 2018 en remontant tout le gauntlet LCK de fin de saison.

Les Worlds furent une autre paire de manches. Le fameux « groupe de la mort » constitué de RNG, Cloud9 et Vitality, l’a été finalement pour les coréens. Ils finirent en 1-5 et repartirent dans l’ombre. Beaucoup espéraient des changements de line-up chez Gen.G, mais personne ne s’attendait à voir Crown faire ses valises pour les LCS NA !

C’est désormais une réalité, et l’un des meilleurs midlaner du monde remplacera PowerOfEvil chez Optic Gaming !

William « Meteos » Hartman est quant à lui un habitué de la scène des LCS NA. Passé par Cloud9, Phoenix1 et 100 Thieves, il avait terminé la saison 2018 chez FlyQuest Academy. Le revoilà donc en formation LCS, où il continuera d’évoluer au poste de jungler.

Optic Gaming doit encore annoncer son nouvel ADC tandis que les regards français sont tournés vers Zaboutine, qui n’a, à l’heure actuelle, toujours pas été reconduit officiellement au poste de Head Coach.

Boycott de 3 équipes finalistes de l’ESL Proximus League of Legends !

Coup de tonnerre chez nos voisins belges ! Trois structures qui ont réussi à se qualifier aux phases finales de l’ESL Proximus LoL, ont décidé de boycotter leur participation à cette dernière. Les concernées sont Sector One, Brussels Guardians et ToxicFalcons eSports. Ces organisations dénoncent un favoritisme de l’ESL à l’égard de l’équipe Defusekids.

ESL-Proximus-Championships-Spiroudome-Charleroi-LoL

Trois jours après que la Team Vitality Academy ait été sacrée championne de France de League of Legends, c’est au tour du championnat belge de LoL de nous apporter son nouveau champion le week-end prochain. Malheureusement, un drama sans précédent a mis le doute sur la bonne tenue de l’événement. En effet, Sector One, Brussels Guardians et ToxicFalcons eSports ont conjointement posté un communiqué sur leurs réseaux sociaux, pour signaler leur non-participation aux playoffs de l’ESL Proximus LoL. Une décision prise, car il semblerait que l’ESL favoriserait la quatrième équipe, Defusekids.

Une équipe one shot ?

Dans cette déclaration postée sur les réseaux sociaux, Sector One, Brussels Guardians et ToxicFalcons eSports affirment que les règles régissant l’enregistrement du nombre de joueurs belges ont été modifiées. Auparavant, les règles stipulaient que chaque équipe devait avoir au minimum trois joueurs résidant en Belgique, aux Pays-Bas ou au Luxembourg avec deux joueurs résidant en Belgique et/ou au Luxembourg. Cette norme censée permettre de promouvoir la scène et les joueurs belges a été rectifiée récemment. À présent, une line-up doit maintenant avoir au moins deux membres qui résident en Belgique, Luxembourg ou Pays-Bas.

L’agissement de ces trois structures fait suite à l’annonce de la nouvelle composition de Defusekids. Les plaignants sont persuadés que c’est une stratégie de one shot pour rafler la première place et obtenir le cashprize. Dans le jargon esportive, un « one shot » désigne l’intégration d’une équipe ou de membre par une organisation, pour participer à un événement dans le but d’y être représenté, et si possible de la gagner.

Comme on peut le constater, Defusekids a recruté l’ancien jungler de l’ASUS ROG Army, le néerlandais Kadircan « Kadir » Mumcuoğlu. Ainsi que l’ex-midlaner de HWA Gaming, l’autrichien Marcel « Scarlet » Wiederhofer (également appelé telracS). Ces deux membres ont une expérience professionnelle de haut niveau qui dépasse de loin ceux des joueurs locaux. Puis surtout, la formation propose uniquement deux joueurs belges.

ESL Proximus dans le collimateur

Le communiqué est bien clair, si l’ESL n’annule pas cette modification de règle au plus tard ce vendredi, les trois équipes en cause ne se présenteront pas aux phases finales. Un coup dur pour l’un des plus grands organisateurs d’événements esportifs. Mais au-delà de ça, c’est aussi la mise en péril de l’image de marque du sponsor officiel de l’événement, la plus grande entreprise belge de télécommunications, Proximus. C’est la première année où le groupe Proximus sponsorise les tournois ESL Benelux. Il est possible qu’ils ne souhaitent plus reconduire l’année prochaine.

Ajoutons à cela que si les organisations n’arrivent pas à trouver une solution, l’événement tournerait au désastre. Effectivement, l’ESL Proximus a souhaité faire les choses en grand en organisant les playoffs au Palais des sports du Pays de Charleroi (Spiroudome). De plus ils ont fait appel à la présence de Eefje « Sjokz« Depoortere, figure emblématique de la scène LCS EU.

Cependant, malgré les tensions, il semblerait que le directeur de l’ESL Benelux ait entrepris plusieurs démarches et négociations avec les structures concernées. Il est possible que ces acteurs trouvent un arrangement, en espérant que cela puisse convenir à tous. En attendant, l’avenir de l’événement est incertain.

KT Rolster recrute Bdd et SnowFlower

Kt Rolster viennent d’annoncer les recrutements du midlaner Gwak « Bdd » Bo-seong et du support No « SnowFlower » Hoi-jong. Cette annonce rassure les fans de l’équipe, celle-ci n’ayant pas fait de communications d’imports après les nombreux départs de ses joueurs.

bandeau league of legends

Kt Rolster était l’équipe sur laquelle tous les yeux étaient tournés. Après une saison régulière exceptionnelle et des Worlds 2018 décevants, l’équipe coréenne était attendue au tournant du mercato de la LCK. Tout a commencé avec les départs de Ucal et Mata, partis respectivement chez Afreeca Freecs et SKT T1. Puis Pawn et Deft, qui ont tous les deux rejoint la formation de King-Zone Dragon X. La plupart des autres équipes coréennes annonçaient les imports de joueurs de renom, mais rien du côté de KT.

Après une grosse semaine de mercato, les choses bougent enfin ! KT Rolster a annoncé les renouvellements de contrat de ses deux joueurs Song « Smeb » Kyung-ho et Go « Score » Dong-bin et les imports du midlaner Gwak « Bdd » Bo-seong (anciennement chez  King-Zone Dragon X) et du support No « SnowFlower » Hoi-jong (anciennement chez SuperMassive).

La formation s’établit aujourd’hui comme telle :

Toplane : Smeb/Kingen
Jungle : Score
Mid : Bdd
ADC : /
Support : SnowFlower/Mia

Nul doute que nous devrions avoir des nouvelles dans les joueurs qui suivent de l’import d’un nouvel ADC. En LCK, PraY et Kramer n’ont à l’heure actuelle toujours pas retrouvé d’équipe. L’un des deux sera-t-il recruté par KT ou faudra-t-il s’attendre à un import d’une autre région ?

Team Vitality lève 20 millions d’euros pour s’imposer comme un géant de l’esport européen

Team Vitality vient d’annoncer avoir levé 20 millions d’euros de la part de l’investisseur indien Tej Kohli. Le club devrait ainsi se structurer encore plus au niveau européen, tout en s’imposant sur d’autres jeux esportifs.

Selon les informations des Echos et de l’Equipe, Team Vitality vient de lever 20 millions d’euros auprès de l’investisseur et milliardaire indien Tej Kohli. Celui-ci a fondé sa fortune et son succès dans l’e-commerce, au moment du boom Internet. Il a depuis contribué à la création de Rewired GG – en y investissant 50 millions d’euros – qui servira à soutenir l’esport européen. Il n’était donc pas étonnant de le voir apporter son soutien financier à Team Vitality, l’un des clubs esports les plus emblématiques et consistants de l’Europe.

Cet investissement intervient peu après ceux des principales structures nord-américaines, comme TSM, Cloud9 et 100 Thieves, et fait suite aux 2.5 millions d’euros de fonds levés par Vitality en février 2018.

Ces 20 millions d’euros serviront à renforcer l’implantation de Team Vitality en Europe, tout en lui permettant de se lancer sur d’autres jeux, notamment Dota 2, et à recruter de nouveaux talents. Dernièrement, le club esport s’était illustré sur plusieurs jeux. On pense notamment au lancement de son équipe CS:GO, qui vient d’ailleurs de remporter le Major de la DreamHack Open d’Atlanta. Côté League of Legends, jeu sur lequel ils sont les plus connus, Vitality s’était qualifiée aux Worlds 2018 et avait impressionné par son potentiel agressif. Le club fait d’ailleurs partie des nouvelles structures franchisées du LEC (League of Legends European Championship).

La Team Vitality Academy vient par ailleurs de devenir championne de France, en s’imposant face à GamersOrigin à Disneyland Paris.

Nul doute qu’après de tels investissements, la structure à l’abeille saura s’imposer comme l’un des clubs esportifs les plus éminents d’Europe, tout en construisant une image de marque forte.

Grand Prix Stratégies du Sport 2018, qui sont les gagnants côté esport ?

Comme chaque année, l’hebdomadaire, Stratégies, organise une cérémonie pour récompenser les meilleures opérations de communication dans le secteur du sport, et par extension, de l’esport. Mercredi dernier a eu lieu la 11e édition du Grand Prix Stratégies du Sport 2018.

Grand-Prix-Stratégies-du-Sport-Esport-2018 Credit : Stratégies

Stratégies est le magazine de référence sur le marketing, la communication et les médias. L’hebdomadaire est revenu sur une saison 2017-2018 riche en événements sportifs par le biais de son concours, le Grand Prix Stratégies du Sport 2018.

Le but de cet événement est de valoriser les meilleures campagnes de communication via une distinction d’honneur (Or, Bronze et Argent). Bien sûr les récompenses englobent toutes formes de messages : publicités, opérations événementielles et de relations presse ou publics, stratégies de communication interne et d’engagement client, dispositifs digitaux, brand content, design, opérations spéciales et sponsoring.

Naturellement, le magazine Stratégie s’est entouré d’un jury composé d’experts dans le domaine. On retrouve ainsi des directeurs d’agence, de médias et d’annonceurs. Notons la présence de plusieurs représentants de marque (liste non exhaustive) : Lidl, Quechua, Uniteam Sport, Marie de Paris, Havas sports & entertainment, Ubi Bene…

Comme lors du Grand Prix Stratégies du Sport 2017, une catégorie esport a été ajoutée. Ceci montre à quel point l’esport est considéré par plusieurs entreprises comme un sport et un marché à part entière. Bien entendu, nous traiterons uniquement la partie esport de cette cérémonie.

Qui sont les grands gagnants côté esport ?

Grand-Prix-du-Sport-Strategies-2017-esport-bronze

Havas est un groupe français de conseil en communication et d’achat d’espace média.

Dans la catégorie brand content, grâce à la collaboration du Groupe Havas et de Canal+, ils ont obtenu le Prix Bronze. Ils ont mené une opération pour le premier producteur et le premier fournisseur d’électricité en France et en Europe, EDF, pour le documentaire EDF eSports.

Cette coopération a permis de mettre en avant les parallèles entre sport et esport. EDF eSports a donc proposé du contenu interactif. Notamment une vidéo sur la rencontre entre Pierre « Steeelback » Medjaldi et Alain Bernard à Berlin, dans la gaming house de la Team Vitality. Ce dernier apprenait à jouer à League of Legends. Un documentaire à l’intérieur des finales mondiales de LoL à Pékin, accompagné par le fondateur de la Team Vitality, Fabien « Neo » Devide et de Arnaud Assoumani.

Selon une étude BVA, cette opération marketing a démontré que 44 % des Français et 67 % des joueurs réguliers trouvaient qu’EDF avait sa place dans l’esport.

Grand-Prix-du-Sport-Strategies-2017-esport-or

Webedia est une entreprise française spécialisée dans les médias en ligne. L’entreprise possède notamment les sites Allociné, Jeuxvideo.com, PureMédias, PurePeople, PureShopping, PureBreak, Terrafemina, 750g, Exponaute, Millenium, etc.

Pour la seconde année consécutive, Webedia obtient le Prix Or dans la catégorie esport. Une récompense manifestée par la réussite de l’événement autour du joueur et influenceur Corentin « Gotaga » Houssein et de sa passion pour le jeu Fornite, Gotaga Show Barriere.

En collaboration avec Casino Barrière, un show a été mis en place pour accueillir Gotaga et ses compères dans un cadre idyllique. En effet, le Barrière eSport Tour a installé une scène sur une plateforme flottant sur un lac. Un show qui a permis au premier streamer de France de réunir plusieurs influenceurs. Squeezie, Domingo et Skyyart entres autres figures importantes. La manifestation a rassemblé plus de 243 000 spectateurs en simultané. D’après Stratégies, l’événement a généré plus de 5,5 millions de vues, 1 million d’impressions sur des filtres Snapchat dédiés et 25 000 tweets avec le hashtag #GotagaShowBarriere.