Le Meltdown Tours, le bar incontournable de cette DreamHack Tours 2018 !

La DreamHack Tours 2018 approche à grands pas et une question brûle toutes les lèvres : que faire après une journée éreintante de compétition ?! Pour les habitués du centre-ville de Tours, la réponse va de soi : il faut se retrouver au Meltdown Tours, au 16 rue de la Longue Echelle ! Un endroit convivial où il vous sera possible de rencontrer les plus grands influenceurs de l’hexagone !

meltdown tours

Avant même le début de la 4e édition de la DreamHack de Tours, nous sommes allés à la rencontre de Kevin, le gérant du Meltdown de la ville, pour revenir avec lui sur la création et l’histoire du Melt. Ce fut également l’occasion pour lui de nous teaser les after du samedi 19 et dimanche 20 mai ! Le Meltdown Tours, c’est le bar où il faudra se retrouver le soir après la DreamHack Tours 2018 !

Un barcraft dans la ville de la DreamHack

J’aimerais revenir avec toi sur la création du Meltdown Tours. Comment t’es venu l’idée de monter un barcraft, et pour quelles raisons tu as souhaité t’orienter sur la franchise du Meltdown ?

Le Melt’, c’était une idée de potes à la base. C’est venu quasiment par hasard. On était au jour de l’an, avec des potes, et avec Maryne, mon associée, celle qui gère désormais tout ce qui est communication, on en est venu à discuter de ça. Et elle m’a dit « Ce serait génial qu’on monte un Meltdown ! » Moi je trouvais l’idée marrante, mais à l’époque j’étais chargé d’affaires, je n’étais pas du tout dans l’optique de monter un bar.

On en reparle plus trop, et au final, les vacances d’après, on se revoit et on se dit « On y va ! » On est parti là-dessus, on s’est dit « Vas-y, on se donne à fond ! » Donc tout est parti de là !

Et pourquoi Meltdown, parce qu’il faut dire que c’est déjà implanté en termes de barcraft et on sait qu’ils ont un savoir-faire. Forcément, tu peux échanger avec tous les autres et on connaissait déjà certaines personnes de la franchise et du bureau, on avait déjà des contacts donc c’était plus facile. Après on pouvait profiter de la notoriété de Meltdown, donc on se voyait pas faire autre chose ou se lancer en freelance.

Quelles étaient les raisons de s’installer en région Centre et à Tours plus précisément ?

Plusieurs raisons. Au départ, on ne savait pas trop où aller. Quoiqu’il en soit, moi j’étais en Bretagne et je voulais partir. Et il y avait la Dreamhack qui était à Tours. Et on s’est dit « Pourquoi pas monter un Melt’ à Tours, vu qu’il n’y en a pas encore ? »

Donc on s’est dit « On va faire les démarches pour se monter à Tours ! » Et ça allait parce que je connaissais un peu la région car j’avais un pote qui y habitait.

C’était donc en grande partie parce qu’il y avait un gros événement esport sur le territoire ?

Bah ouais ! Disons qu’on trouvait ça cool de faire profiter les gens d’un Meltdown pour une after pour cette grosse convention. C’est tout un tas de choses qui nous ont fait penser que ce serait une excellente idée de s’installer à Tours.

Lire aussi :  Interview de Llewellys - "On peut imaginer qu'un jour, il y ait un vrai intérêt à être champion de France même s'il n'y a pas de cashprize"

Après 2 ans d’existence, qu’est-ce que tu peux dire de l’évolution générale du Meltdown Tours et de ton expérience ?

C’est une aventure assez incroyable, parce que tu fréquentes des gens qui sont oufs, qui partagent les mêmes centres d’intérêts que toi. Et rien que ça, ça te motive à te surpasser pour faire des choses encore mieux ! Quand tu vois des gens qui te félicitent en te disant « Merci mec, c’était trop cool ! J’ai trop kiffé ta soirée ! » Tu te dis que tu vas continuer en ce sens, c’est vachement enrichissant ! Par rapport au début, je dirais qu’on a toujours la même ambiance, les gens sont toujours trop contents de venir. Nous on se repose jamais sur nos acquis, on essaie de toujours proposer de nouvelles choses. On essaie de lancer de nouveaux concepts pour faire plaisir à tout le  monde

Oui, outre le programme de la semaine habituelle, vous organisez aussi des soirées. Comment sont-elles pensées ?

Avec Maryne, ça nous arrive de brainstorm tous les x temps. Ca dépend de la nécessité. La dernière fois, on a pensé à plein de soirées, donc on a pu étaler ça sur un petit moment. On a organisé une soirée bartending : ça consiste à faire passer quelqu’un derrière le bar si on le peut, en fonction de l’affluence. On fait bartending cocktail et bartending shooter. Et en gros, le mec crée son shooter. Nous on l’oriente, on lui dit « Ca c’est bien, ça se marie bien avec ça » et du coup le mec se sent un peu barman pour l’espace d’un petit quart d’heure. Et la récompense, c’est que le shooter de ton cocktail est sur la carte pendant un petit moment. Et ça c’est cool, c’est pas quelque chose qui a été fait sur Tours à ma connaissance.

Sinon, on fait des soirées plus traditionnelles, des blindtest, des beerpong. C’est pas dans le thème de l’esport, mais dans celui de la fête. Notre concept, c’est la teuf, pas uniquement l’esport. On essaie de faire connaître le bar à d’autres personnes qui ont pas forcément envie de venir parce qu’il y a des préjugés. On essaie de casser toutes les barrières qui existent entre l’esport et les gens dits “lambda”.

La DreamHack arrive pour sa 4e édition, mais elle se situe désormais à un autre endroit, plus précisément au parc des Expositions. Qu’est-ce que ça va changer pour toi ? Le Vinci (Ndlr : l’ancien lieu de la DH) était lui beaucoup plus proche du centre-ville, donc du Meltdown Tours.

Je pense que ça va s’équilibrer. C’est sûr que c’était plus facile et rapide pour venir jusqu’ici. Pour la DreamHack, c’est potentiellement mieux. Parce que tu as plus d’espace, donc potentiellement plus de visiteurs et de fonds. Tu peux faire venir de plus gros sponsors, bosser avec plus de partenaires. Donc ça c’est cool !

Après pour la praticité de logement, c’est un peu plus compliqué. Je sais qu’il y aura des navettes mais jusqu’à quelle heure, je ne sais pas encore. Donc si les gens ont envie de sortir, ils seront ramenés à la gare, dans le centre et tu es à 20 minutes de tout le reste ! Donc ça s’équilibre.

Lire aussi :  Interview de Llewellys - "On peut imaginer qu'un jour, il y ait un vrai intérêt à être champion de France même s'il n'y a pas de cashprize"

dreamhack tours 2018

Le Meltdown Tours durant la DreamHack – The place to be !

Qu’est-ce que le Meltdown Tours a prévu pour ce week-end festif ?

Nous on a prévu de servir de l’alcool, beaucoup d’alcool ! [rires] On a préparé une soirée after le samedi et le dimanche. Si tu viens avec ton petit bracelet de la DreamHack, tu as moins 1€ sur toutes tes consommations. A chaque fois que tu passes une commande, tu as moins 1€ sur ta conso. Et avec tous les influenceurs qui vont passer, je pense que les gens auront envie de passer ici !

Au niveau des influenceurs, tu peux m’en dire un peu plus ? 

Tous les ans, il y a un corps d’influenceurs, style GamersOrigin qui viennent. Ils m’ont dit « A l’année prochaine » l’année dernière donc il n’y a pas de raisons pour qu’ils ne reviennent pas mais potentiellement, tous les influenceurs peuvent passer ici. On a la chance d’avoir une clientèle relativement chill, du coup il n’y a pas d’harcèlement envers les mecs famous. Les influenceurs ont pas trop de mal à se dire « On va aller au Melt’, les mecs sont cools, on va pas se faire emmerder »

Et quand tu es joueur, le fait de sortir au Meltdown, ça s’impose quasiment quoi ! C’est sûr que c’est pas le bar le plus grand de Tours, donc si tu as envie de te poser… Globalement, faire la teuf ici, ça plaît à tout le monde !

Qu’est-ce qu’on va retrouver au Meltdown Tours qu’on ne retrouvera nulle part ailleurs ?

Parce que je suis là mon gars ! [rires] Rien que ça ! Nos coktails ont tous une connotation jeux vidéo, c’est toujours un peu marrant de goûter des trucs que t’as pas l’habitude de goûter habituellement. On se détache vachement des mojito, des pina colada, même si on en fait aussi ! On est forts dans tout ce qui est cocktails et shooters atypiques. Et en général, ça plaît aux gens donc je pense que ça plaira aussi ce week-end !

Les retours sur le bar sont très très bons, mais beaucoup font mention de l’espace jugé trop petit. Est-ce qu’il y a un désir d’extension du Meltdown Tours ?

Je t’avoue que si je pouvais pousser les murs je le ferais ! Mais à Tours, c’est super compliqué car tu sais, c’est le vieux Tours, il y a beaucoup de petits établissements. Et les gros bars sont déjà très implantés, et quand tu as un gros bar à Tours tu évites de le lâcher. Après, ça devient très cher de déménager. Moi je ne suis pas du tout fermé au déménagement. Si j’ai une opportunité un jour d’aller autre part, c’est vraiment un truc qui me plairait. Quoi qu’il arrive, il y aura 200 personnes dans le bar et 300 personnes dehors ! [rires]

Si les gens ont envie de rencontrer d’autres personnes, des influenceurs, des streamers liés à l’esport, c’est l’endroit où il faudra être ce week-end pour la DreamHack Tours 2018 ! On vous attend donc très nombreux le samedi et dimanche du 19 et 20 mai 2018 !

En savoir plus sur l'auteur
Directeur de la rédaction

Suivez le sur Twitter Suivez le sur Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.