League Of Legends

L’organisation esportive nord-américaine, Cloud9, a été condamnée à une amende de 175 000 $ par Riot Games, suite à une violation du règlement des LCS. La structure a enfreint les règles concurrentielles, relatives aux régimes d’actions des employés, résultant d’un paiement de fonds propres à sept de ses joueurs.

Cloud9, l’une des premières équipes des LCS NA à représenter l’Amérique du Nord aux championnats du monde de League of Legends, et ceci chaque année depuis 2013, se retrouve dans la tourmente. Cela fait plusieurs mois que la structure américaine est impliquée dans une affaire de violation du règlement des LCS. En effet, en vertu de son plan d’actionnariat salarié, Cloud9 a octroyé des actions à sept joueurs LCS (Blaber, Jensen, Licorice, Smoothie, Sneaky, Svenskeren et Zeyzal), et a de fait violé les règles de la ligue. Ceci dans le cadre de la négociation de leur contrat. Or, Cloud9 n’a pas tenu informé Riot Games de ses actions. De plus, l’organisation ne l’a pas indiqué dans les contrats de ses joueurs.

À titre d’information, depuis 2017, les structures LCS n’ont pas l’autorisation de faire jouer des personnes possédant des parts dans l’organisation. Aucune participation directe ou indirecte n’est permise. La règle 2.5 est une mesure permettant d’éviter des conflits d’intérêts dans le cas où, le joueur concerné, au fil des transferts, se retrouve à jouer contre une équipe dans laquelle il possède des parts dans l’entreprise.

Des pénalités sévères allant jusqu’à 605 000 dollars d’amende !

Suite à une enquête menée par Riot Games, Cloud9 aurait offert des actions à 7 joueurs en échange de baisses de salaire ou de prolongation de contrat. À la suite de cette investigation, l’éditeur a décidé de sévèrement punir la structure américaine. 25 000 dollars de pénalité par joueur concerné, soit 175 000 dollars.

Ce n’est pas tout, C9 devra aussi racheter les parts émises à plusieurs joueurs actuels, ainsi qu’aux anciens joueurs. Ce qui signifie que les amendes de Cloud9 totaliseront entre 330 000 et 605 000 dollars après le rachat et la restitution des parts. La structure devra négocier avec les joueurs actuels la cessation des actions existantes.

Pourtant, ce genre de situation existe déjà dans la ligue nord-américaine. C’est exact, le cas Søren « Bjergsen » Bjerg. Il est l’exception qui confirme la règle. Il a cette année non seulement signé pour deux ans chez Team Solomid, mais il en est aussi devenu co-propriétaire. Cependant, cette entente résulte d’un accord de Riot Games. Plusieurs discussions ont évidemment été engagées en amont pour que ce soit accepté.

Réagissez !

- Il n'y aucun commentaire pour le moment -