Esport

L’Occitan Championship Series a commencé par un concert de la formation Electric Waves des Neko Light OrchestraCONNECTESPORT a eu la chance de pouvoir interviewer Alex Mc Fly (Guitarise), Eley (Violoncelliste et chanteuse) et Jessy (Batteur).

Neko

Pouvez-vous nous présenter votre formation ?

Alex – « Le Neko Light Orchestra est ce qu’on appelle un collectif de compositeurs. Dans la formation Electric Waves qui a joué à l’Occitan Championship Series, on est composé de 7 musiciens tous toulousains (même si Saturne, la chanteuse, est arrivée de Paris il y a peu de temps), mais le Neko Light Orchestra est « national » avec des musiciens qui viennent d’un peu partout en France.

On est un collectif de compositeurs de ce qu’on appelle les cultures de l’imaginaire (pas uniquement « geek »), on est influencé par beaucoup d’univers qui vont du jeu vidéo aux films en passant par les films d’animation ou la culture japonaise en général. On a différentes formations basées chacune sur un thème. Par exemple, la formation Electric Waves est plutôt basée sur les univers du jeu vidéo avec des reprises de chansons de League of Legends ou encore de Mortal Kombat (qui a beaucoup plu au public). D’autres formations comme Echos de la Terre du Milieu (Seigneur des Anneaux) ou Echos de la Vallée du Vent (Musiques des films de Miyasaki) ne sont pas basées sur les jeux vidéos mais sur d’autres univers qui nous plaisent. »

D’où vous est venu l’idée de former ces groupes ?

Alex – « C’est Neko Nico, notre Manager, Pianiste, Compositeur, Directeur Artistique, Grand Yaka des Nekos qui voulait depuis très longtemps faire un groupe qui fasse un hommage à tous ces compositeurs de l’ombre qui font ces musiques de films et de jeux vidéos. Les groupes sont là pour faire sortir de l’ombre ces compositeurs qui sont facilement oubliés et dont on connait rarement le nom mais qui font toute l’ambiance des œuvres, jeux comme films. Quand on va voir quelqu’un dans la rue et qu’on lui demande s’il connait John Williams (Star Wars, Harry Potter) ou Joe Hisaishi (le Voyage de Chihiro, Le Château dans le Ciel), ils répondent généralement « non », alors qu’ils connaissent les musiques de Princesse Mononoké ou Star Wars. Un des buts du Neko Light Orchestra (en plus de s’amuser), c’est de rendre hommage à ces compositeurs en réinterprétant leurs musiques qui méritent d’être connues. On cherche à s’approprier ces musiques avec notre propre style pour que les spectateurs n’aient pas simplement l’impression de venir voir un CD mais bien de participer à un concert. En plus, ça nous permet de se la péter un peu en pouvant dire qu’on est entre un groupe de Rock et un Orchestre ! »

C’est vrai que vous avez un style très Rock voire Métal avec cette formation, d’où vous est venu l’idée d’intégrer un Violon et un Violoncelle à un groupe de Rock ?

Eley« Personnellement, je suis rentrée dans le groupe avec la formation Echos de la Terre du Milieu, qui est un Quatuor plutôt classique. Ensuite, on a créé la formation Electric Waves en ajoutant cette partie de groupe plus Rock avec les instruments électriques (guitare, basse, clavier) plus orientée sur les musiques de jeux vidéos. »

Comment vous choisissez les chansons ?

Alex « On a plusieurs processus de sélection pour les morceaux que l’on va jouer. On a en partie ce qui nous plaît, des morceaux que l’on veut absolument jouer et arranger, mais aussi les propositions des fans qui nous on fait découvrir de très belles chansons comme la musique de Portal par exemple, que l’on a connu via une ou un fan sur facebook que l’on a adoré et qu’on a décidé d’adapter (NDLR : La chanson a été jouée dans le concert de clôture de l’Occitan). Il y a tellement de spécialistes dans les univers de l’imaginaire qu’on nous propose des choses que l’on ne connait pas et qui nous permettent de découvrir des perles sur lesquelles on se serait jamais penché seuls. Dans certains cas, on essaie de suivre l’événement auquel on est invité comme l’Occitan Championship qui est basé sur du League of Legends où on a arrangé les chansons du jeu. D’ailleurs, on est tombé amoureux du compositeur des chansons de LoL Christian Linke qui chante notamment sur « The Curse of The Sad Mummy » la chanson d’Amumu et on invite tous les fans de LoL et de musique en général à écouter les musiques de l’univers qui sont magnifiques. »

Eley« Pour l’histoire, Christian Linke est un compositeur qui travaille avec les équipes de Sound Design de Riot Games mais aussi un joueur qui joue beaucoup Amumu Support, d’où la chanson puisqu’il adore le personnage d’Amumu. »

Neko

Comment avez-vous étés invités à l’Occitan Championship ?

Alex« Si je me trompe pas, c’est Neko Nico qui a été contacté par une de ses connaissances qui s’occupe des lumières pour l’événement parce que les organisateurs cherchaient un groupe de musiques « geek » et il a pensé à nous. C’est quelque chose que l’on adore avec les fans des univers imaginaires, on fait généralement de belles rencontres dans tous les événements, que ce soit parmi le staff ou le public grâce à l’ambiance très collaborative de ce milieu. Par exemple, on s’entend très bien avec les gens de la websérie Noob ou encore avec Kayane (Championne de Street Fighter) avec qui on a collaboré et passé de très bons moments. Ce qui est génial avec ces personnes c’est qu’ils vivent aussi pour leur passion, ils veulent aider au développement de ce milieu relativement fermé qu’est la culture geek ou l’eSport. »

Jessy« Il y a aussi une ambiance différente des autres types de concert. D’une manière générale, le public est bienveillant, qu’il aime ou pas ce qu’on lui donne, il l’accepte de toute façon, il ne vient pas au concert pour juger. Dans d’autres circonstances, si le public n’aime pas le concert, il renvoie une image et une attitude qui fait que l’on sent que le concert n’est pas apprécié et c’est quelque chose que l’on ne retrouve pas avec les fans d’imaginaire. Je suis moi même geek et je peux dire que le geek est respectueuxtolérant. Bref, le geek est cool !« 

Alex« Effectivement, on voit que dans le « monde geek », chacun à sa propre culture et c’est quelque chose que Neko Nico a voulu mettre en avant en faisant participer le public dans le processus créatif du groupe, même sur scène ! On a parfois des concerts où le public fait le concert tout seul. »

Jessy « On s’adapte généralement à ce que le public nous renvoie, au point que le concert se transforme parfois en grand n’importe quoi. Je me rappelle d’un concert de fou où le public est monté sur scène pour danser ! Pour nous autant que pour eux, ce genre de concert est génial, le public n’aura jamais deux fois le même concert ! »

Et vous avez pensé quoi du public de l’Occitan ?

Alex« Déjà on a pris plusieurs claques sur cet événement, la première a été quand on est monté sur scène et qu’on s’est dit que c’est notre premier Zénith. »

Jessy« Pour moi, c’est un rêve de gosse qui se réalise ! Jouer dans un Zénith c’est une sorte d’accomplissement dans une carrière de musicien, on peut faire une carrière complète sans jamais en faire un seul. »

Eley « Effectivement, on a fait des belles scènes, mais le Zénith a un certain prestige en plus, on se dit que des grands noms sont montés sur cette scène et que d’autres y monteront après nous. »

Alex« Par rapport au public, on veut avoir une patate de fou pour qu’ils s’amusent autant que nous et on a pas été déçus ! On a vu qu’ils ont été très réceptifs et pas que sur les morceaux de League of Legends, et ça nous a fait super plaisir ! En plus, le concert était en début d’après midi et le public était quand même chaud, ce qui arrive assez peu, ça nous fait vraiment plaisir. »

Un dernier mot pour vos fans ?

Tous « C’est classique de dire merci, mais pour nous c’est super important. On est arrivé là grâce à vous et on espère que vous continuerez à nous soutenir parce qu’après tout, vous faites partie du Neko show, et grâce à vous les Nekos sont chauds !« 

Neko

 Vous pouvez retrouver le Neko Light Orchestra sur leur site officiel ainsi que sur Facebook, Twitter, SoundCloud et YouTube !

Réagissez !

- Il n'y aucun commentaire pour le moment -