Esport

Le 9 novembre 2020, 21 associations esportives ont annoncé collectivement la création de la Fédération des Associations Esportives de France. Cette nouvelle entité tentera de répondre aux différentes problématiques de l’esport français.

Fédération des Associations Esportives de France

Un nouvel organe associatif français vient de voir le jour, tout droit venu de Poitiers, quartier général de l’association Futurolan et de la Gamers Assembly.

Créée à la suite d’une Assemblée Constitutive le 27 octobre dernier – date d’anniversaire du MOBA League of Legends, la Fédération des Associations Esportives de France regroupe vingt-et-une associations qui ont décidé de mutualiser leurs compétences et leurs savoir-faire pour répondre aux diverses problématiques du milieu esportif français.

Dans son communiqué de presse, la Fédération a pointé du doigt ses différents axes de travail, qui rejoignent peu ou prou ceux fixés par France Esports, l’organe fédérateur faisant jusque-là référence auprès des pouvoirs publics et du milieu.

Les sujets de l’ancrage territorial, de la diversité et de l’accessibilité, ceux de l’organisation de compétitions et de circuits esportifs ainsi que la gestion d’équipes ont été mis en avant dans le communiqué. La fédération a aussi indiqué vouloir éditer « des guides référents à usage des membres affiliés », créer un circuit compétitif pour les associations esportives, formaliser un comité d’éthique sur le modèle de celui du CIO ainsi qu’à créer un label pour les organisateurs de compétitions.

Une nouvelle entité pour l’esport amateur français

C’est Pierre Mc Mahon qui a été élu président de la Fédération des Associations Esportives de France. Le président d’orKs Grands Poitiers, également chef de projets événementiels de la Gamers Assembly est aussi l’un des suppléants des représentants des joueurs à France Esports.

L’entité s’annonce comme un fédérateur du tissu associatif amateur français. Dans son organisation, France Esports s’organise autour de trois collèges : les éditeurs, les promoteurs et les joueurs. Dans ce cadre, le milieu associatif amateur navigue entre les intérêts des joueurs individuels représentés par le collège des joueurs et des promoteurs de grande envergure représentés par le collège des promoteurs.

Les associations amateures sont alors placées dans un entre-deux, où leurs intérêts peuvent parfois difficilement se faire représenter par les deux collèges. La création de la FAEF viendrait-alors combler ce vide, et pourrait dès lors s’instituer comme une fière représentantes des intérêts des associations amateurs.

Réagissez !

- Il n'y aucun commentaire pour le moment -