La saison régulière des ECS est terminée !

Après huit semaines de compétition, les huit équipes qualifiées pour les phases finales de l’Esport Championship Series sont connues.

ecs

La différence des ECS avec l’ESL ProLeague

La première chose à noter est le nombre de qualifiés. 8 équipes seront de la partie, tandis qu’elles étaient 12 en EPL. Cela est dû notamment à des moyens plus réduits : FACEIT n’a pas la même envergure que l’ESL. Ainsi, la compétition ne peut accueillir autant de membres. Ensuite, le format est différent. En effet, il s’agira de deux groupes de quatre formés avec deux équipes de chaque région (EU et NA). Celles-ci s’affronteront en format GSL (ou poule coréenne) laissant une chance si vous perdez une première fois. L’EPL, pour sa part, avait décidé de mettre en place un round robin qui avait donné lieu à des barrages.

ecsNRG, la surprise des playoffs de l’EPL

Mais la plus grosse différence avec l’ESL ProLeague se situe dans les résultats. A Londres, nous retrouverons vraiment le top 4 de chaque région. Cette différence de niveau s’explique par le fait qu’il n’y a pas eu de changement durant les ligues. Au cours de l’EPL en revanche, le nombre de transferts était de près de deux par semaine. Difficile alors de suivre les équipes pour nous. Mais encore plus difficile était la tâche pour les joueurs qui devaient retrouver leurs marques rapidement. Au cours de ces huit semaines de compétition, seules Renegades et Immortals ont effectué des changements. Mais ces deux équipes ne sont pas qualifiées pour les playoffs.

Les équipes qualifiées aux ECS Finals

Venons-en maintenant au coeur du sujet : les 40 joueurs qualifiés. Commençons par la région NA où la compétition s’est achevée un jour plus tôt. Là-bas, Cloud9 et SK ont trusté le haut du tableau tout au long de la saison, se relayant parfois. Aucune de ces deux équipes n’enregistrent de défaites, montrant leur forme online. Puis viennent Liquid et Optic, les deux autres poids lourds de la région. Toujours solides, elles ont su s’adapter aux changements opérés avant le début de la compétition. La surprise de cette ligue revient à l’équipe CLG. En effet, alors qu’elle semblait perdue depuis un long moment, la structure s’est montrée capable de développer un vrai jeu et accroche la cinquième place. A l’inverse, le point déception revient à Ghost Gaming. Malheureux, les joueurs ne remportent qu’une seule map sur les 18 disputées. Le niveau entre le haut du tableau et le bas est vraiment grand.

Outre Atlantique, la physionomie est différente. La première place revient à FaZe, auteure d’un solide 10-0 en 6 semaines. Puis viennent les équipes que l’on connaît maintenant comme les plus solides au monde : Astralis, G2 et Fnatic. Pour cette dernière, la qualification est synonyme de symbole également puisque l’équipe de vétéran a vécu des moments difficiles. Si North était absente des ECS, NiP l’a moins été qu’au cours de l’EPL. Les Suédois accrochent une 5ème place à égalité avec EnVyUs. En bas de tableau, Dignitas n’a su afficher la cohésion de son équipe, faisant régulièrement appel à des stand-in. Enfin, VP se voit une nouvelle fois attribuer l’avant-dernière place, sans doute victime des problèmes de connexion polonais.

En savoir plus sur l'auteur
Rédacteur CS:GO mais pas que : joueur, caster, et passionné. Salut à toi qui a un sens critique ^^

Suivez le sur Twitter Suivez le sur Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.