KQLY, ou le retour d’un banni

Cette semaine, on a appris le retour d’un homme qui fit grand bruit en 2014. Il s’agit de Hovik ‘KQLY’ Tovmassian, banni à vie par Valve de CS:GO.

[bandeau-csgo][/bandeau-csgo]

L’affaire ‘KQLY’

Hovik, vous le connaissez pour cet affolant jump-shot sur Dust2 à l’ESL One Cologne 2014 contre Virtus.Pro. Devenu un “meme” par la suite, et une référence en terme de skill, ce jeune homme est également connu pour ses mauvaises actions. En effet, après l’ESWC 2014, il a reçu un VAC-ban. Qu’est-ce ? Il s’agit d’une exclusion à vie de la scène compétitive de CS:GO. Elle a pris effet immédiat et a vu la disqualification de la DreamHack Winter 2014 de son équipe, Titan.

Cette affaire concerne son utilisation d’un programme tiers en matchmaking. En effet, fin août de la même année, il est contacté par une personne lui signalant que d’autres progamers utilisent son logiciel. De plus, il est proposé à ‘KQLY’ de tester ledit cheat pour une durée de 7 jours. Si le jeune Français cède à la tentation, il déclare ensuite qu’il ne l’a jamais utilisé lors de compétition officielle, pour ne pas nuire à son équipe. Mais Valve, intransigeant, décide de bannir le joueur qui s’excuse dans la foulée, n’attendant aucune compassion.

KQLY

Les décisions de l’ESL et l’équipe Vexed Gaming

Vous le savez, depuis quelques semaines, l’ESL (Electronic Sport League) a décidé de lever le ban d’un grand nombre d’anciens joueurs, uniquement pour ses propres compétitions. Mais l’accès au Major leur est toujours bloqué. Cette décision permettait donc à Hovik ‘KQLY’ Tovmassian de reprendre CS:GO à un niveau qu’il n’espérait plus. Le revoilà donc à la recherche d’une équipe. Or cette semaine reprend le championnat national ESL. Et parmi les équipes participantes, Vexed Gaming, gagnante de la précédente édition.

‘KQLY’ rejoint leur rang le 1er mai pour remplacer, à titre de test, Pedro ‘AlluM3tt3’ Morais. Mais très vite, cette décision de l’organisation fait des vagues au sein même de l’effectif. En effet, dans un communiqué, deux des joueurs, Steve ‘jarod’ Cohen et Léonard ‘Smyli’ Michelino, ont demandé à être écarté de l’équipe. La raison ? Ils ne veulent pas jouer avec une personne qui a affecté profondément l’intégrité de la scène compétitive. En l’occurrence, ‘KQLY’ est clairement visé.

La question de la réintégration

Cette affaire, première en France, pourrait voir naître une vague de contentieux identique. En effet, avec la levée du bannissement par l’ESL pour leurs uniques compétitions, beaucoup d’anciens tricheurs vont vouloir se racheter et participer à de nouvelles expériences. En cas d’exemple, on peut citer Sam ‘DaZeD’ Marine, accusé de matchfixing lorsqu’il jouait sous les couleurs iBUYPOWER. Il est maintenant analyste, notamment pour l’ESL (EPL NA). Mais que se passerait-il s’il venait à retrouver une équipe ? Et que penser de la réintégration en elle-même ? Autant de questions, plus celle non écrites, qui ont autant de réponses que de lecteurs.

En savoir plus sur l'auteur
Rédacteur CS:GO mais pas que : joueur, caster, et passionné. Salut à toi qui a un sens critique ^^

Suivez le sur Twitter Suivez le sur Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.