PEA, équipes, joueurs : des problèmes en Amérique

La scène internationale de Counter-Strike bouge beaucoup ces derniers temps. Cela n’est pas dû aux nombreux tournois puisqu’il n’y en a pas, mais à des controverses entre 5 équipes américaines et une fédération qui rassemble des structures et joueurs outre-Atlantique : la PEA. Nous allons vous expliquer les tenants et les aboutissants de ce “drama”.

PEA

Maj 9 Janvier 2016

Le mercredi 4 janvier, nous avons eu des nouvelles de la PEA et du contentieux qui l’oppose à l’ESL, grâce aux sites Slingshot et theScore eSports. La Professional Esports Association a vu les joueurs membres décider de leur avenir sur les scènes PEA et EPL (ESL ProLeague).

Un vote déterminant

25 joueurs constituant les équipes Liquid, C9, TSM, CLG et Immortals ont décidé de concourir au sein de l’ESL alors que la PEA avait déclaré avoir des plans tout autre. En effet, cette association avait, nous le rappelons, posé un ultimatum à l’ESL ProLeague, où cette dernière devait arrêter sa ligue en Amérique du Nord sous peine de forcer les équipes membres de la PEA de déclarer forfait de cette ligue. Suite à cette décision unilatérale, la PEA a décidé de stopper ses activités sur CS:GO pour un temps. Elle avait des volontés de créer une ligue propre à son organisation, mais ce refus fait suspendre les plans de la PEA.

Une autre actualité en lien avec ce changement est l’augmentation des revenus pour les équipes participant à l’EPL. En effet, il faut se rappeler que la PEA avait promis à ses membres des revenus supérieurs à ceux dispensés par l’EPL et la WESA. Mais cette dernière, (World eSport Association) vient d’annoncer qu’elle offrait 10% des revenus bruts de l’EPL, dont la moitié aux équipes membres de la PEA. Mais ce dernier point est soumis à une condition : elles ne doivent pas participer à une compétition estampillée PEA pendant deux ans et rejoindre obligatoirement l’EPL pour la même durée. Ce point financier serait-il la raison du vote évoqué plus haut ? Nul ne le sait, mis à part les personnes concernées.

Cette maj est à nouveau réalisée en coopération entre ‘Enyx’ et ‘Crelagan’.

Les protagonistes

Le 21 décembre 2016 est paru, sur Reddit et Medium, une lettre de Scott ‘SirScoots’ Smith adressée à “la PEA, ses membres et la communauté Counter-Strike.. ‘SirScoots’ est un vétéran de l’eSport puisque cela fait 16 ans qu’il est dans le milieu. Avant d’intégrer ce milieu toutefois, il était responsable logistique dans l’événementiel.  Ses premiers pas dans l’eSport se font en 1999 lorsqu’il joue avec son équipe Unitary Guerilla Platoon sur Counter-Strike, une des plus vieilles équipes de la scène nord-américaine de l’époque. Aujourd’hui, il est chef des opérations chez Evil Genuises (COO en anglais) et porte-parole de 25 joueurs nord-américains.

PEALa PEA ( Professional eSports Association ) est une fédération autour de l’eSport basée en Amérique, basée sur le modèle des ligues NBA (basket), NFL (football américain) ou encore MLB (baseball). Elle est actuellement constituée de 7 équipes professionnelles (Team Solomid, Cloud9, Team Liquid, Counter Logic Gaming, Immortals, NRG eSports, et compLexity Gaming). Elle a été créée dans le but de donner une vision à plus long terme sur l’avenir des joueurs et des équipes. Elle se veut comme étant plus stable et sécuritaire que le système actuel. Elle a été lancée en même temps que son homologue européen, la World eSports Association (WESA). Elle est constituée d’une commission formée avec des joueurs, des propriétaires de structure mais aussi des membre de la PEA. Toutes ces personnes débattront des différents problèmes qui pourraient survenir (problème d’appartenance de place au cours d’un tournoi entre joueurs et structure par exemple). La PEA promet des revenus pour les joueurs mais aussi pour les commentateurs. Ces revenus seraient proportionnels au bénéfice réalisé par l’organisation. Dans un communiqué, Jason Katz, délégué à la PEA, annonce que 50% des revenus seront distribués aux commentateurs et aux joueurs. Sur le plan du jeu, la PEA est associée au jeu CS:GO et a déjà annoncé qu’elle organisera une ligue professionnelle. Celle-ci devrait débuter en janvier 2017 et durerait 10 semaines. Elle serait pourvue d’un cashprize d’un demi-million de dollar réparti 50/50 entre les joueurs et les structures.

Que se passe-t-il ?

Revenons-en à la lettre. Qu’est-ce exactement ? Il s’agit d’une protestation venant de 25 joueurs de cinq équipes différentes parmi les meilleurs outre-Atlantique. Les équipes en question sont Cloud9, Counter Logic Gaming (CLG), Immortals, Team Liquid et TSM. C’est une plainte contre la PEA et son organisation : au moment de sa formation, l’association avait des promesses de transparence, de communication et d’égalité joueurs/structures. Mais dans les faits, la situation s’est révélée bien plus opaque que ce qui était promis : aucun des joueurs n’a été informé d’un quelconque projet mené par la PEA. Mieux encore, la plupart des joueurs n’avaient pas connaissance de l’existence de l’association jusqu’à la nuit avant l’annonce officielle. De plus, alors que la communication devait être la base des relations entre la PEA et les joueurs, ces derniers n’ont pas d’interactions avec l’association durant tout Octobre et Novembre.

Un autre point de contentieux entre les parties est le système de vote au sein la PEA : en effet, les représentants des joueurs (Jordan ‘n0thing’ Gilbert (C9), Spencer ‘Hiko’ Martin (Liquid) et Jacob ‘Pimp’ Winneche (Liquid)) disposent de 3 voix, tandis que 2 seraient pour les représentants des propriétaires d’équipes et 2 autres appartiendraient à la PEA. Ce système pourrait être pénalisant pour les joueurs dont les décisions pourraient ne jamais passer. Mais le plus gros problème reste le suivant : certaines rumeurs internes obligeraient des équipes à déclarer forfait pour l’ESL Pro League. Plus précisément, la PEA demande à l’ESL de laisser la zone NA sous le contrôle de la PEA. Si cet accord n’est pas accepté par l’ESL, la PEA forcera les équipes faisant partie de l’association à déclarer forfait à la Pro League.

Les conséquences des manquements de la PEA

Si nous devions analyser ce qu’il se passe réellement, ou du moins essayer de trouver des conséquences, on pourrait dire que la PEA se tire une balle dans le pied. En effet, alors qu’elle prévoyait d’améliorer la condition des joueurs, elle fait exactement le contraire en instaurant un vote qui pourrait ne jamais satisfaire les propositions des joueurs. Ce système de vote annihilerait les volontés des joueurs en cas d’alliance entre les propriétaire des structures et la PEA (4 votes contre 3 pour les joueurs). Cette coalition possible mais non-avérée (n’allons causer du tort à la PEA alors que nous ne sommes pas dans leurs secrets) pourrait causer le départ de certain(e)s joueurs/structures de l’association américaine.

La transparence annoncée n’est pas de la partie non plus. Or, comment voulez-vous assurer les droits des joueurs et l’amélioration de leur condition si vous ne communiquez pas ? Cette incohérence, ainsi que celle qui fait que peu de joueurs avaient eu vent de l’existence de la PEA avant l’annonce officielle de sa création le 8/09/2016, causera peut-être la perte de l’association. Mais comme il a été dit précédemment, le plus gros problème reste la volonté de la PEA et de son tournoi de s’établir “calife à la place du calife”.

La PEA et l’ESL

En effet, la PEA a prévu d’organiser un tournoi sur 10 semaines avec un prize pool total de 500 000$. Mais pour cela, elle réclamait des équipes qui sont membres de la PEA et qualifiées pour la prochaine saison de l’ESL ProLeague, de déclarer forfait de cette dernière. Cette réclamation est contraire aux revendications des joueurs et à l’esprit de la PEA : les premiers veulent pouvoir décider des tournois qu’ils joueront et la PEA est censée représenter les droits des joueurs et d’améliorer leur condition. Ainsi, il apparaît complètement contradictoire que l’association américaine demande aux équipes de déclarer forfait de l’ESL ProLeague. D’autant que l’on sait que la PEA veut également que la ProLeague s’arrête sur le sol américain, pour qu’elle ait pour elle toute seule le territoire américain. Cette dissension n’a pas été résolue et pourrait troubler la scène internationale CS:GO sur le sol nord-américain, pour ce qui est des ligues et de l’image des structures comme l’association qu’est la PEA.

La controverse chez TSM

La première conséquence visible de cette lettre ouverte contre la PEA est le départ de Sean ‘sgares’ Gares de l’équipe TSM, mis à l’écart de l’équipe par le directeur de l’équipe, Andy ‘Reginald’ Dinh. Il lui serait reproché d’avoir embrigadé son équipe dans cette affaire. C’est dans un Tweet paru le 22 décembre, que Sean “sgares” Gares nous montre les différentes conversations avec son boss, ‘Reginald’. Dans cette conversation, le directeur de TSM reproche à ‘sgares’ de ne pas lui avoir parlé de cette lettre, et que la participation de l’équipe à cette lettre ouverte entache l’image de marque de TSM. «Je te dis que je vais te remplacer, car tu n’as pas eu l’idée de venir me parler avant de salir notre marque», déclare ‘Reginald’ dans la conversation.

Reginald’ accuse ‘sgares’ de se placer en victime dans cette affaire et il annonce aussi qu’il aurait été prêt à quitter la PEA si on lui avait parlé de l’existence de cette lettre avant sa sortie. ‘Reginald’ accuse aussi son joueur d’avoir incité les autres joueurs à signer la lettre sans même la lire. À la suite de cette longue discussion, ‘sgares’ a affirmé ne plus se sentir a l’aise dans l’organisation et qu’il serait mieux pour lui de partir. Le 23 décembre, ‘Reginald’ poste une réponse sur Tweeter où il explique la raison du départ de Sean, qu’il aurait donc « manipulé et convaincu les joueurs d’ajouter leur nom à la lettre qu’il n’ont ni lu ni comprise ». De plus, le boss de la structure leur reproche d’avoir terni l’image de marque de TSM.

Malgré cela, ‘Reginald’ déclare aussi respecter les vœux de ‘sgares’ de partir et le laisser jouer dans l’équipe qu’il souhaite. Reginald’ a aussi mis en ligne des conversations avec Hunter ‘SicK’ Mims et Shahzeb ‘ShahZaM’ Khan dans lesquelles les deux joueurs annoncent ne pas avoir été directement impliqué dans l’écriture de la lettre et ne pas avoir lu le contenu. On peut aussi voir que Reginald s’est senti trahi par les tweets des joueurs contenant le hashtag #playersrights, qui selon lui est négatif pour l’image de TSM.

Le représentant des 25 joueurs contre la PEA, Scott “SirScoots” Smith, a qui l’on doit la lettre, a répondu à Reginald en disant que chaque joueur avait approuvé le contenu de la lettre et ont été invité à lire le contenu complet de la lettre avant sa révélation. «Beaucoup de joueurs m’ont dit que le message était bon, et leur convenait. Personne n’est venu me contacter pour se plaindre du fait que leur nom soit impliqué dans cette affaire» : c’est l’une des phrases que l’on peut lire de la part de ‘Reginald’.La personne suivante qui nous aide à éclaircir cette affaire est Skyle ‘Relyks’ Weaver, joueur chez TSM qui dans un communiqué au nom de l’équipe déclare qu’ils n’ont en aucun cas été manipulé par ‘sgares’, et qu’ils ont tous eu un entretien au téléphone avec ‘Sirscoots’, pour discuter de la forme et du contenu de la lettre. Les joueurs indiquent également qu’ils ont tous consenti à signer la lettre.

PEA

Toute cette histoire fait couler beaucoup d’encre. Dans beaucoup d’annonces, on a pu interpréter que ‘Reginald est du côté de la PEA, et que dans tous les cas, il va décider de ce que fait son équipe sans l’avis des joueurs.C’est là peut-être que l’on voit les limites d’une organisation, les joueurs ne deviennent que des pantins, ne servant qu’à jouer pour l’organisation pour laquelle ils travaillent et n’ayant aucun droit de regard sur les actions de l’équipe.

Il est à noter que cet article à été rédiger conjointement par les deux rédacteurs CS:GO, ‘Enyx’ et ‘Crelagan’ et ce pour notre plus grand plaisir ^^.

Share on Facebook11Tweet about this on Twitter0
En savoir plus sur l'auteur
Photo du profil de Enyx
Rédacteur CS:GO mais pas que : joueur, caster, et passionné. Salut à toi qui a un sens critique ^^

Suivez le sur Twitter Suivez le sur Facebook

Laisser un commentaire