ESL s’associe à Universal Music – La rencontre du jeu vidéo et de la musique

Il y a encore quelques années, un tel accord aurait sans doute été considéré comme improbable voire fou. Aujourd’hui, c’est chose faite. D’un côté, l’ESL, l’une des plus grande league e-sport qui héberge de nombreux tournois compétitifs à travers le monde sur une large variété de jeux-vidéos. De l’autre, Universal Music Group, un label de musique appartenant à Vivendi et l’un des trois majors de l’industrie : 39,8% des ventes de productions musicales sur le marché mondial. Deux géants qui unissent leurs forces !

logo UMG ESL

Musique et jeux vidéos, une relation récente

Ce n’est pourtant pas sans précédent, Luminosity Gaming – dont le célèbre streameur Ninja est issu – et Universal Music Canada signaient déjà un accord en juillet dernier. Son contenu donnait à UMG la possibilité d’effectuer des annonces exclusives et de partager du contenu lors des événements organisés par Luminosity. Cerise sur le gâteau, une playlist spéciale aurait même été créée : « Gaming Hip Hop Playlist » pour les longues sessions derrière nos écrans. A propos de ce premier pas prometteur, JeffreyRemedios, le PDG d’UMG annonçait : « Music is an essential part of esport and gaming as the two worlds are very much intertwined. » (La musique est une partie essentielle de l’esport et des jeux vidéo car ces deux mondes sont très liés.)

Annonciateur d’ores et déjà d’un avancement conséquent, le Groupe Canal (également propriété de Vivendi) et l’ESL prévoyaient un partenariat dans le cadre du « développement et de la promotion de l’esport en France » par l’organisation d’événements importants. Et à la lumière de ce partenariat, Vivendi expliquait vouloir « apporter un soutien important à cette initiative via l’Universal Music Label Group, Dailymotion et ses activités dans l’organisation d’événements comme l’Olympia et Digitick ».

L’engouement de la scène musicale autour du jeu vidéo

L’entremêlement subtil entre l’industrie musicale et le jeu-vidéo s’est fait de plus en plus visible dernièrement, sans parler d’accords aussi importants. Les apparitions d’artistes célèbres dans des tournois a sans doute engendré une prise de conscience du potentiel qu’un rapprochement recelait. Marshmallow disputant des tournois Fortnite, l’impressionnant record Twitch de Ninja et Drake sur le même jeu, Steve Aoki et des équipes Overwatch, les intérêts se rencontrent. Un tel rayonnement mondial ne pouvait donc certainement pas rester ignoré : pas moins de 300 millions de personnes ont regardé les événements organisés par l’ESL en 2017

En quoi consistera alors cette annonce faite le 22 août 2018 ? Tout d’abord, la création d’un label, qui sera révélé par ESL One New York. Sa promotion se fera durant les tournois de l’ESL en plus de performances avant, pendant et après les événements et les moyens sont présents. C’est une fenêtre inespérée entre les deux mondes et une occasion sans précédent pour les artistes. Ceux-ci sont d’ailleurs invités à envoyer dans un premier temps leurs projets et démonstrations vers les bureaux berlinois.

Mon avis personnel est que la musique et les créateurs, trop souvent ignorés, pourront obtenir une reconnaissance bien méritée pour des équipes qui travaillent souvent dans l’ombre. Je pense notamment, en tant que joueur, aux magnifiques musiciens chez League of Legends qui ne manquent jamais de nous impressionner. Affaire à suivre !

En savoir plus sur l'auteur
Rédacteur généraliste et League of Legends occasionnel, ADC hardstuck depuis la saison 2. Parfois, je divague sur Overwatch.

Suivez le sur Twitter Suivez le sur Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.