eSport – La Région Centre Val de Loire s’investit

Ce jeudi 14 décembre 2017 se tenait une grande conférence de presse organisée par la Région Centre Val de Loire sur l’esport. En présence de l’ex secrétaire d’Etat au Numérique Axelle Lemaire, la conférence revenait sur l’évolution du phénomène esport et les actions mises en oeuvre par la région Centre Val de Loire pour accompagner son développement sur le territoire.

Quelques chiffres clés

Cette conférence se tient dans le cadre de la stratégie numérique régionale votée le 29 juin 2017. La Région Centre Val de Loire souhaite accompagner les filières du numérique dont l’esport fait partie. Cette action que mène la région fait suite au rapport Durain issu de la mission donnée par le premier ministre Manuel Valls le 18 janvier 2016 pour la loi pour une République Numérique. Ce rapport estime qu’il y a 4,5 millions de spectateurs réguliers de compétitions esports en France pour l’année 2016. De plus, les auteurs du rapport précisent qu’il y aurait 850 000 joueurs de jeux vidéo compétitifs en France. Parmi eux, 46,8 % aurait une pratique régulière des jeux vidéo compétitifs.

Les actions présentées

Deux actions menées en parallèle ont été dévoilées. Une étude théorique est en cours de réalisation et l’organisation d’un événement régional compétitif aura lieu dans différentes villes de la Région.

Lire aussi :  Le gouvernement français présente sa stratégie nationale pour l'esport 2020-2025

Etude territoriale sur l’esport en Région Centre Val de Loire

Sous l’impulsion de DreamLAN, basée à Tours, la Région a été sollicitée pour accompagner la réalisation d’une étude sur la structuration régionale et les perspectives de développement économique, éducatif et culturel de l’esport en Région Centre Val de Loire. L’objectif est d’identifier et cartographier les différents acteurs de la région en esport peu importe leur domaine d’activité.

Pour l’aider dans cette tâche, différents experts sont partenaires de l’initiative. Parmi eux, France esports, la ligue professionnelle et amateur des sports électroniques dont le gouvernement a favorisé la création en 2016, toujours dans le cadre de la loi République Numérique. Déjà lancée depuis le mois de septembre, cette étude caractérisera l’esport dans la Région Centre Val de Loire. Cette initiative est d’ailleurs une première en France.

La DreamHack Campus Centre Val de Loire

Déjà annoncée sur notre site et les réseaux sociaux, la DreamHack Campus est l’événement esport développé avec le soutien de la Région. Son objectif est de promouvoir et démocratiser l’esport auprès des populations notamment étudiantes de la Région. Pour ce faire, 6 compétitions mensuelles seront organisées dans les six capitales départementales (Blois, Bourges, Chartres, Châteauroux, Orléans et Tours). Chaque étape sera qualificative pour la finale de ce circuit inédit en France lors de la DreamHack Tours.

Lire aussi :  Découvrez les lauréats des Esports Awards 2019

Au delà de l’aspect compétitif, ces DreamHack Campus ont un autre objectif. Elles doivent partager les enjeux économiques de l’esport pour la région mais aussi promouvoir les différents métiers qui peuvent s’y rapporter. Parmi eux on peut retrouver le métier de commentateur, réalisateur, rédacteur… C’est également une opportunité pour un public jeune de côtoyer des professionnels du milieu.

Pour les vainqueurs, c’est 5 000€ de lots informatiques qui seront à se partager. De plus, ils seront invités à partager une journée d’immersion dans la Gaming House de LDLC ainsi qu’une journée dans un média spécialisé esport.

S’il y a une chose que l’on peut retenir de cette conférence, c’est la volonté des différents intervenants, dont Stephan Euthine, président de France esports, de déconstruire les stéréotypes qui entourent le monde du jeu vidéo et de l’esport. Chaque intervenant l’a au moins stipulé une fois,  et ils ont démontré que la réalité des faits ne réflète en aucun cas ces stéréotypes.

En savoir plus sur l'auteur
Rédacteur

Suivez le sur Twitter Suivez le sur Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.