38% des Singapouriens envisageraient de quitter leur emploi pour devenir joueur professionnel

Un récent rapport révèle que, suite au développement grandissant du sport électronique en Asie du Sud-Est, les Singapouriens envisageraient de se lancer dans le jeu vidéo pour faire une carrière de joueur professionnel. Une étude qui reflète bien l’état de la région de l’Asie-Pacifique, berceau et moteur de l’esport.

ho-kun-xian-redbull-singapourien-esportCredit : Joueur de VS Fighting professionnel singapourien de la Team Razer, Ho Kun “Xian” Xian, par RedBull

Avant-propos

Pour information, l’étude a interrogé 4 500 consommateurs en Europe (France, Allemagne, Royaume-Uni et Italie), en Asie Pacifique (Japon, Singapour, Inde et Corée du Sud), et aux États-Unis, âgés de 18 ans et plus, qui jouent à des jeux vidéo au moins une fois par semaine.

Singapour fait partie des pays de l’Asie du Sud-Est où les jeux vidéo ont un impact très fort dans la consommation. En effet, notre rapport sur la situation du territoire fait l’état d’un environnement propice aux nouvelles technologies et autres produits high-tech, ainsi qu’à un accès abordable à un ordinateur. Le pays se dote même de plusieurs lieux dédiés au gaming, comme des cybercafés ou des bars esports. Bien sûr, Singapour est aussi très active en termes d’événements esport.

D’après l’étude réalisée par Limelight Networks, les Singapouriens consacrent 7,44 heures par semaine à des jeux vidéo, autrement dit le plus élevé de la région Asie-Pacifique (comptant la Chine et la Corée du Sud). Le dernier rapport de Limelight Networks révèle également que les Singapouriens jouaient consécutivement pendant une durée moyenne de 1,56 heure, soit la plus longue du monde. Plus de 66% des joueurs à Singapour regardent les autres jouer à des jeux et près de 10% regardent plus de sept heures par semaine.

Le sport électronique comme un choix de carrière viable ?

À quoi ressemblerait votre vie si vous jouiez aux jeux vidéo pour gagner votre vie ? Les joueurs y ont au moins une fois pensé. Avec le développement de l’esport qui ne fait que croitre, le rapport a dévoilé que les joueurs à Singapour envisagent le jeu vidéo comme une carrière professionnelle. 38% d’entre eux affirment qu’ils quitteraient leur emploi et deviendraient des joueurs professionnels s’ils pouvaient subvenir à leurs besoins.

Un chiffre et un désir pas totalement irréfléchi et insensé. En dehors de la Corée du Sud, la Chine a récemment fait un grand pas vers l’esport en reconnaissant plusieurs métiers liés à l’esport. La reconnaissance accrue dans plusieurs pays du monde conduit naturellement à ce que davantage de personnes le perçoivent comme une option de carrière viable. Même en France, l’entreprise spécialisée dans le domaine de l’intérim et des services en ressources humaines, Randstad, s’est mise à proposer à ses clients des emplois liés à l’esport.

Après tout, pour certaines personnes, la clé du bonheur est d’aimer ce qu’elles font. Quoi de mieux pour un joueur que de gagner sa vie en jouant à son titre préféré ?

Bien qu’on puisse se réjouir de l’ascension de l’esport dans cette région, nous pouvons pareillement regretter les déviances qui en découlent. Les joueurs singapouriens étaient enclins à sauter des activités quotidiennes, tels que des événements sociaux et professionnels, afin de continuer à jouer. Plus de 50% des personnes interrogées ont admis avoir sacrifié leur sommeil, tandis que plus de 38% ont souvent manqué de nourriture.

En savoir plus sur l'auteur
Rédacteur freelance pour Connectesport • Community Manager et rédacteur chez Team Oplon

Suivez le sur Twitter Suivez le sur Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.