France Esports publie les premiers chiffres sur l’esport en France

France Esports, l’association regroupant les acteurs majeurs de l’esport français a publié les premiers chiffres officiels de la consommation de l’esport dans l’Hexagone. L’étude réalisée par Médiamétrie avait pour objectif de faire un premier état des lieux de l’écosystème esportif en France. Qui sont les consommateurs, quelles sont leurs pratiques, quels sont les jeux les plus pratiqués ? Nous présentons et analysons tous les chiffres dans notre article !

barometre france esports

Méthodologie

Médiamétrie a interrogé un échantillon de 4090 internautes âgés de plus de 15 ans, représentatifs de la population d’internautes en France. Interroger des individus de moins de 15 ans était problématique. Il est nécessaire d’avoir une autorisation parentale, cela coûte cher, prend forcément plus de temps, et on peut s’interroger sur la compréhension des questions, parfois complexes, pour une population aussi jeune.

Typologie

Les typologies sont utilisées en statistiques pour créer des catégories d’individus. Ces dernières permettent d’établir des comportements de consommation, de pratiques.

  • Consommateurs d’esport : Ensemble des internautes ayant déjà regardé de l’esport sur Internet, à la télévision ou lors
    d’un événement directement sur place.
  • Pratiquants d’esport : Ensemble des esportifs de loisirs et amateurs.
  • Esportifs de loisirs (sans enjeu) : Ensemble des pratiquants s’étant confrontés à d’autres joueurs par l’intermédiaire
    d’un jeu vidéo (PvP) en dehors de tout classement (ranked, ladder) et toute compétition en ligne ou en LAN.
  • Esportifs amateurs (avec enjeu) : Ensemble des pratiquants s’étant confrontés à d’autres joueurs dans le cadre de parties leur
    permettant de se positionner parmi les autres joueurs de monde (ranked, ladder) ou lors de compétitions en ligne ou en LAN.

5 millions de consommateurs d’esport en France

C’est le chiffre fort de l’étude de France Esports ! 5 066 000 personnes suivraient du sport électronique sur le territoire, soit 12 % des internautes. Parmi eux, 2 millions de pratiquants, dont 1 149 000 d’esportifs de loisirs (2.8% des internautes) et 931 000 d’ esportifs amateurs (2.2% des internautes).

profil consommateur esport

Une population majoritairement masculine

La consommation d’esport reste une activité où les hommes sont surreprésentés. Néanmoins, 28% de femmes sont consommatrices d’esport, ce qui est bien plus que ce qu’on aurait pu imaginer ! Même surprise du côté des tranches d’âge. Alors que l’esport est souvent rattaché à une population très jeune, ce sont les 35-49 ans qui sont les plus représentés dans l’enquête.

Evidemment, un biais s’impose naturellement. Les moins de 15 ans ne sont pas compris dans l’enquête, ce qui fausse les données. De même, les 35-49 ans cumulent 15 années tandis que les 15-24 et 25-34 n’en cumulent que 10.

Suivi de compétitions et jeux

Le type de jeu le plus suivi par les consommateurs d’esport s’impose aux yeux de tous : les MOBA (58% de votes), suivi par les jeux de sport (51%), et loin derrière, les jeux de tir (40%), de cartes (37%), de RTS (17%) et de combat (17%).

La tendance s’inverse quelque peu lorsqu’on regarde les jeux les plus pratiqués. Cette fois, c’est FIFA qui hérite de la 1ere place, suivi par League of Legends et Call of Duty WWII. Les jeux étiquetés pur esports sont très bien représentés (CS:GO, Fortnite, Hearthstone, Overwatch) bien qu’on note la présence de Mario Kart 8 ou World of Warcraft dans le classement.

Déconstruire les stéréotypes : les pratiquants d’esport grands consommateurs de culture

Bien loin de l’image caricaturale qu’on lui attribue à tort, le joueur de jeu vidéo surpasse la moyenne des internautes français dans tous les types de consommation (concert, pratique sportive, visite de musée, sorties et lecture).

pratique culturelle esport

Néanmoins, il faut être prudent avec les conclusions hâtives. Deux populations bien différentes sont comparées ici. Si vous jetez un oeil au graphique “Profil des consommateurs d’esport”, la population des internautes de plus de 15 ans comporte à peu près autant de femmes que d’hommes. Ce qui est loin d’être le cas pour les consommateurs d’esport, chez qui les hommes sont surreprésentés.

De plus, 43 % de la population globale des internautes a plus de 50 ans et 26% a entre 35 et 49 ans. Ce qui tend à surreprésenter les populations dites “âgées”. De l’autre côté, nous n’avons que les données pour les consommateurs d’esport et pas pour les pratiquants. Mais on peut faire l’hypothèse que les pratiquants sont constitués en majorité de jeunes hommes, potentiellement en études ou jeunes actifs.

Quid des injonctions scolaires à lire des livres ou à pratiquer du sport obligatoire à l’école ? Ce qui aurait pour effet de faire gonfler les pratiques de lecture et les activités physiques. Même en dehors de cela, les hommes jeunes sont, de manière générale, plus nombreux que les femmes et les personnes âgées à pratiquer un sport, ce qui peut expliquer la surreprésentation des pratiquants d’esport par rapport à la population globale (qui comporte plus de femmes et de personnes âgées)

Retours et critiques

L’étude de France Esports s’est heurtée à de nombreuses critiques de la communauté. En réponse, l’association France Esports a publié un papier très fourni sur leur baromètre. Vous retrouverez des détails plus précis sur les choix méthodologiques de l’enquête, les questions posées et les réponses aux critiques ici. Malgré cela, il semble que certains soient moins intéressés par l’épanouissement de l’esport en France que par leurs intérêts personnels. Certains acteurs de l’écosystème ne semblant pas prendre la pleine mesure de l’importance d’une telle enquête pour le secteur de l’esport.

Le baromètre devrait permettre aux acteurs du milieu d’échanger de manière plus rigoureuse avec les collectivités et élus politiques. Alors qu’avant, nous devions nous appuyer sur des chiffres européens et internationaux, nous avons enfin la chance d’avoir une étude qui s’attache à décrire les spécificités de consommations et de pratiques françaises. Le baromètre de France Esports permet entres autres de légitimer encore plus le secteur et ce que nous avons à dire sur celui-ci.

En savoir plus sur l'auteur
Rédacteur en chef

Suivez le sur Twitter Suivez le sur Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.