Des startups “French Tech Loire Valley” à la DreamHack Tours

[nextpage title=”Présentation”]

La French Tech Loire Valley était présente à la DreamHack Tours 2017 ! Quatre startups présentaient leurs créations et innovations sur leurs stands, afin d’en faire profiter les visiteurs de l’événement.

La French Tech Loire Valley à la DreamHack Tours 2017

La French Tech Loire Valley accompagne les entreprises et startups de son écosystème en leur permettant de mettre en valeur leurs créations et innovations ainsi que leur savoir-faire sur un espace dédié à l’occasion de la DreamHack Tours 2017. La French Tech Loire Valley se donne pour cela de nombreux objectifs. Créer plus de 6000 emplois, faire venir 40 000 touristes d’affaires par an, faire plus de 500 validations d’innovations par partenariat publics-privés-citoyen et multiplier les levées de fond. Enfin, elle souhaite mettre en place des financements alternatifs et créer 4 accélérateurs.

MAME (Tours) et le LAB’O (Orléans) constituent les deux lieux d’innovation principaux de la French Tech Loire Valley.

La DreamHack Tours 2017 fut l’occasion pour la French Tech Loire Valley de se faire connaître grâce à 4 de leurs startups présentes à l’événement.

CONNECTESPORT a pu interroger les différents acteurs de ces startups de la French Tech Loire Valley présents à la DreamHack Tours 2017. L’occasion pour nous d’en apprendre plus sur leur présence et les spécificités et objectifs de leurs stands.

[nextpage title=”My Serious Game”]

Nous avons demandé à chacune des startups de se présenter, de présenter leurs innovations et de revenir de manière générale sur leur présence à la DreamHack.

Présentation du stand

” Nous sommes à la DreamHack principalement pour recruter des talents, c’est pour ça qu’on a fait 2 jeux : un sur l’esprit logique (construction de Lego) avec des choses à gagner, et l’autre qui est un test de recrutement, un scénario de jeu. La construction Lego prend bien, surtout auprès des jeunes. Ils construisent ce qu’ils veulent et ensuite on tweet, et le numéro 1 et 2 en termes de retweet auront chacun un prix. “

” Le test de recrutement est un cas pratique d’entreprise. C’est relever le défi de former 10 000 collaborateurs, qui viennent d’intégrer un grand groupe. C’est libre, donc les gens peuvent emprunter tous les scénarios qu’ils veulent. Ils laissent leurs coordonnées et on leur proposera de participer sous forme de stages, de contrats suivant leur statut, à ça. Ou au moins de venir découvrir comment nous on va mettre tout ça en musique. Et puis peut-être de recruter si on décèle un talent. “

A droite, la construction Lego et à gauche, la tablette permettant la phase de recrutement

Aspirations

” Ca nous permet de déceler des talents, puisqu’on recherche énormément de développeurs, mais aussi des ingénieurs pédagogiques, des scénaristes. On s’inspire énormément des jeux vidéo et des séries télés pour construire nos programmes, qui sont vraiment des formations digitalisées pour adultes pour des groupes : Bouygues, Vinci, Suez. Comme il y a 10 000, 50 000, 200 000 joueurs, voilà. Il faut faire des choses qui soient extrêmement diversifiées. Que ce soit des compétences techniques, scénaristiques, pédagogiques. Donc c’est essentiellement pour ça qu’on est ici. Il y a aussi des partenaires et des partenariats qui se mettent en place. On est aussi présent à Paris et on a d’autres projets à l’étranger. On s’installe à Montréal en fin d’année.

Il nous faut des partenariats parce que l’on va avoir besoin d’une dizaine de machines, de PC hypergonflés. Et comme il y a des fabricants ici, énormément de choses peuvent se passer. On s’inspire énormément de ce qui se fait dans le jeu vidéo donc c’est très important pour nous de faire une veille et de connaître les nouveautés. Savoir comment les gens jouent de manière générale.

On est très investi, on va aller de plus en plus loin, on va sortir des jeux vidéos d’ici un an. Tout ça pour préparer le terrain pour l’année prochaine. “

L’équipe My Serious Game et leurs projets

” Nous sommes 40 dans l’équipe. My Serious Game a été créée il y a 2 ans et demi. On était 2 au début, avec mon associé. Ce fut une super aventure, ça va super vite. Au début, on est vraiment dans l’esprit startup, pour nous, à notre compte. C’est un peu le cliché dans le garage, à bosser nuits et jours. Et finalement, quand on dépasse 1 million d’euros, il faut une logistique, il faut du management. Donc nos métiers ont évolué, mais on essaie de garder vraiment l’esprit startup. Et il y a un vrai plaisir des salariés à venir travailler chez nous.

On a énormément d’indépendants. On a une trentaine de comédiens voix off, on va avoir des développeurs 3D, des personnes sur un langage très spécifique. Au final, on a une centaine de prestataires qui gravitent suivant les besoins.

En termes de projet, pour les produits, on va sortir quelque chose d’extrêmement innovant dans la formation. La formation d’ailleurs, c’est 20 milliards d’euros en France sur les actifs. C’est un marché gigantesque et l’idée, c’est qu’aujourd’hui quand on apprend par du e-learning du serious game, on est seul derrière un ordinateur avec un ordinateur qui s’adapte à l’apprenant. L’idée maintenant, c’est qu’on dépasse ça et qu’on utilise vraiment les techniques de jeux en réseau. Mon apprentissage en ligne, ma simulation, qui me permet d’apprendre un métier, et bien je vais le faire en interaction avec d’autres. Je vais pouvoir aider les autres, jouer sur le sentiment d’utilité, ma sensibilité, mon aspect social. Si c’est des formations commerciales, jouer sur la compétition, donc piéger, accéder à des ressources que les autres n’ont pas, me sentir numéro 1 etc. On va pouvoir aller beaucoup plus loin.

On va sortir le premier serious game collaboratif à grande échelle. A ma connaissance, il n’y en a pas en France. C’est basé sur du xAPI qui est américain à l’origine. Ca va être une vraie tendance et on espère le présenter aux Consumer Electronic Show de Vegas en janvier. “

Si vous souhaitez de plus amples informations sur My Serious Game, vous pouvez vous rendre sur leur site internet ou leur twitter. Si les projets de la startup vous intéressent, vous pouvez contacter Frédéric Kuntzmann par mail : [email protected]

Lire aussi :  Le club de football Montpellier (MHSC) entre dans l'esport avec beGenius ESC
[nextpage title=”Design Screen HD”]

Le premier écran de projection pour gamers

” On s’est rendu compte que les joueurs de jeu vidéo, en général, ils branchent leur matériel sur une télé. Et ils ont, pour beaucoup de jeux, envie d’avoir une télé de plus en plus grande. Et se pose le problème que quand vous regardez une télé trop longtemps, vous avez le problème des rayons bleus, qui peuvent gêner la vue sur le long terme. Il y avait un marché. J’ai utilisé des écrans de cinéma qu’on fabriquait nous-même pour les parties home cinema, et on l’a modifié pour que ça devienne le premier écran de projection pour gamers. Il est fabriqué à Tours et c’est le seul écran qui n’a pas une toile cinéma blanche mais grise, de façon à pouvoir projeter en lumière ambiante. C’est un écran qui est compatible avec n’importe quel vidéo projecteur standard du marché, à condition qu’il soit en haute définition. L’avantage, c’est que vous allez pouvoir projeter toutes vos sources, et quand vous avez terminé de jouer, c’est le seul écran qui se replie en 3 pour ne pas prendre de place et se dissimule en tableau de ornement dans votre salon. “

L’écran de télé Design Screen HD en arrière-plan avec le jeu de Creart Studio

Commercialisation

” On veut que ce soit moins cher qu’une grande télé. Une très grande télé, quand vous dépassez les 100 pouces, vous allez dépasser les 2000, 3000 euros. Là, vous êtes sur un écran qui commence à 1600 € TTC. Ca va varier selon les dimensions et les tailles. Faut que ça reste accessible. On a actuellement une douzaine de modèles d’écran. Celui-ci fait déjà 2m20 de diagonale. Ca va d’1m80 de diagonale, jusqu’à 3m de diagonale.

C’est sur le marché et c’est fabriqué à la French Tech Loire Valley. D’où le fait qu’on le présente aujourd’hui en exclusivité. La version cinéma existe déjà depuis 5 ans et la version jeu vidéo est lancée depuis le mois de janvier. On est dans les premiers mois de commercialisation.

On vise plutôt les gens qui ont entre 25 et 35 ans. Toute cette nouvelle catégorie de citoyens là, qui ont envie de se faire plaisir, de dépenser un peu d’argent pour avoir du beau matériel mais sans dépenser non plus trop. Et ils veulent des produits qui soient hybrides. Un peu comme les consoles de jeu qui font à la fois console de jeu et lecteur blu-ray. Cette génération là, elle a envie de jouer et est aussi en recherche de mobilier, de déco. Tous ces gens qui veulent un petit intérieur bien soigné, à leur image, un petit cocon.

Il est vendu nu, avec le cadre de la couleur que vous voulez et vous mettez ce que vous voulez. “

Composition de la télé

” C’est une induction en PVC, c’est lavable, et elle est étendue sur ces 4 côtés comme un trampoline. C’est extraordinairement rigide et léger. C’est pour ça que vous pouvez l’accrocher chez vous comme un simple tableau.

C’est construit par moi, de façon artisanale et à la demande. On n’est pas du tout sur des produits faits en série en Chine.

Design Screen, c’est une startup qui a vraiment été créée il y a une dizaine d’années (tout le développement, tous les brevets). Mais par contre, on ne bouge que depuis l’année dernière. Car on est la première startup de toute la région Centre à avoir gagné le concours French Tech France et donc on a fait partie des 22 startups françaises qui étaient à Las Vegas. On était sur le podium VIP. Et là, je reviens en France pour montrer ce qu’on sait faire. “

Si vous souhaitez de plus amples informations sur Design Screen HD, vous pouvez vous rendre sur leur site internet ou leur twitter.

[nextpage title=”Tronatic Studio”]

” Nous sommes un studio d’animation 3D, on fait de l’infographie 3D, des effets spéciaux, de la modélisation 3D, de la photogrammétrie…

Par exemple, en termes de modélisation, tu veux un vaisseau spatial pour ton film ou tu veux créer une bête monstrueuse, on peut tout modéliser pour l’incorporer dans un film. On peut également faire de la modélisation d’architecture. Un architecte travaille sur un magasin, une maison ou tout autre bâtiment, et bien on peut modéliser tout le design à l’aide des plans. On est spécialisé là dedans principalement. “

L’arrivée à la DreamHack Tours 2017

” Nous sommes là pour le label French Tech. Ils recherchaient des entreprises labellisées “French Tech”  pour se positionner sur le salon. On a pu parler avec l’organisation qui nous a accordé sa confiance pour le projet.”

Animation proposée

“Nous avions fait le Made in Loire Valley il y a quelques semaines, qui était un salon qui présentait toutes les entreprises de la Tours et sa région sur tout ce qui est réalité virtuelle, nouvelles technologies, effets spéciaux… bref tout ce qui est 2.0.

Pour la Dreamhack on s’est dit : on ne peut pas venir et simplement montrer ce que l’on sait faire. Parce que, dire aux gens qui viennent à la DreamHack pour du gaming et de l’eSport, “bah voilà on fait des effets spéciaux” je ne pense pas qu’ils soient intéressés. On a donc réfléchi à quelque chose d’intéressant. Pourquoi ne pas prendre l’univers des jeux eSports présents sur le salon (League of Legends, Overwatch, CS:GO, Hearthstone etc) et faire un photocall VFX où les gens pourront s’immerger en photo avec les personnages et leurs univers tout en leur présentant ce que l’on fait à côté.

Le héros Overwatch D.Va et la célèbre Kayane

Finalement, ça s’est plutôt bien passé parce que les gens nous posent des questions sur ce que l’on fait et l’information passe beaucoup mieux et de façon moins commerciale. C’est plus ludique pour les gens et plus intéressants pour tout le monde.

D’ailleurs, ce matin, il y a Kayane qui est venue ainsi que Sola (coach Overwatch d’Oserv Esport). A vue de nez, on a eu minimum 50 personnes entre 9h et midi pour cette première matinée. C’est au-delà de nos espérances, donc c’est plutôt cool. Ca marche très bien, donc c’est parfait. “

Les projets en cours

” La DreamHack est une opportunité. Ce n’était pas prévu initialement qu’on fasse ce genre de salons. Là, ça s’est présenté et on a fait quelque chose d’assez propre pour le coup. Après ce n’est pas notre objectif premier d’aller par exemple à une Gamers Assembly ou à d’autres salons eSport. On est de Tours, c’était à Tours, donc nous avons profité de l’occasion. Par contre, on aimerait vraiment faire aussi des salons tournés vers l’audiovisuel, les films pour être vraiment dans notre coeur de métier. Là, c’était vraiment une occasion d’être sur un salon eSport et de parler avec les visiteurs. “

Si vous souhaitez de plus amples informations sur Tronatic Studio, vous pouvez vous rendre sur leur site internet, leur twitter ou leur chaîne youtube.

[nextpage title=”Creart Studio”]

” Nous sommes un studio de jeu vidéo indépendant et basé à Tours à MAME. C’est un studio qui a vu le jour en 2013 mais qui a été un peu mis entre parenthèses pendant 3 ans. Et on a refondé une équipe l’an dernier. Et depuis, on s’est installé à MAME et on travaille surtout sur la réalité virtuelle. On travaille sur le support HTC Vive en ce moment et on va travailler sur les autres supports : Oculus Rift, PS VR déjà dans un premier temps. Ce qui est pas mal. “


Le jeu de Creart Studio et son application en VR

Animations présentées

” On présente un prototype d’un jeu vidéo qu’on développe depuis 3-4 mois, qui s’appelle “King of my castle VR”. C’est un jeu de tower defense, en réalité virtuelle, avec un style graphique très proche du dessin animé, du film d’animation et du cartoon. Il y a une approche très ludique dans l’expérience en réalité virtuelle que l’on va proposer. Avec des mécaniques de gameplay très ergonomiques.

C’est disponible pour le moment sur HTC Vive. Il devrait voir le jour d’ici le courant de l’été, on a 2-3 choses à finaliser. On va le transporter sur Oculus et PS VR d’ici un peu moins d’un an. “

Comment ils ont été sélectionnés à la FTLV ?

” A vrai dire, on a nous-mêmes postulé. On avait participé au salon Made in Val de Loire 4.0 il y a quelques semaines. Et quand on a présenté le tout premier prototype du jeu, on a eu d’excellents retours ! Plus de 300 personnes qui ont essayé et qui ont approuvé ce qu’on avait fait. On était vraiment très content et on savait que la DreamHack allait arriver. On était pas forcément sûr d’être prêt pour présenter quelque chose. On a quand même eu l’audace de demander à Tours Plus si on pouvait éventuellement venir s’installer là. Et ils nous ont soutenu pour qu’on puisse s’installer ici. “

Pourquoi travailler sur un jeu et sur la VR ?

” C’est apparu comme une évidence, parce que la réalité virtuelle, c’est une technologie qui est très récente et où il y a un marché de niche. Y a peu de choses qui sont développées dessus. Et pour les indépendants, se positionner dessus, c’est très intéressant. Comme à l’époque du marché mobile, pour les premières applications et premiers jeux, c’était les indépendants qui sont venus. Et on voit aujourd’hui qu’au final, le marché est inondé et mangé par les grandes boîtes de jeu vidéo. Donc on se positionne tout de suite sur la réalité virtuelle. On commence l’aventure et on verra très bien ce que ça donne.

Et c’est quelque chose que l’on attendait depuis qu’on était gamin. Ca fait 30 ans qu’on l’attend. On pense au film “Tron”, au film “Cobaye”, et on avait envie de cette technologie là. Elle est enfin arrivée. Ca reste encore assez instable mais il va y avoir des progrès fulgurants d’ici quelques années ! Et on voulait se positionner. “

Les personnes employées

” On est trois pour le moment. On est une très petite structure. Le gérant est graphiste, illustrateur, fait de la modélisation 3D, un peu d’animation. On a également un développeur/codeur. Et moi, on va dire que je donne un coup de main sur de la modélisation 3D quand il y a besoin. Mais je vais surtout m’occuper du Community Management et des relations presse. “

Si vous souhaitez de plus amples informations sur Creartstudio, vous pouvez vous rendre sur leur site internet ou leur Twitter.

En savoir plus sur l'auteur
Rédacteur en chef

Suivez le sur Twitter Suivez le sur Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.