Esport

A l’occasion de la Gamers Assembly, Notre rédaction a eu la chance de pouvoir interviewé Zerator, le plus grand streamer de France, venu avec sa team « Indyspensable« , a accepté de répondre a nos questions. C’est accompagné de Spitfire que nous avons fait cette interview. Nous avons pu abordé son tournoi, l’organisation mais aussi sa société de jeux indépendant.

Q : Vous venez de participer au tournoi League of Legends de la Gamers Assembly, peut-on avoir ton ressenti sur l’organisation et sur le tournoi ?

On a passé une bonne LAN, on a fait un tournoi dont on est assez satisfait en terme de performance. On n’a pas fait de grosses audiences par rapport à la DreamHack, à cause du weekend de Pâques, des LCS en même temps et des grosses compétitions de League of Legends. En terme d’organisation, j’ai été très déçu de la Gamer Assembly, pour plusieurs raisons. J’ai été assez déçu de l’orga de la GA globale, pas de l’orga du tournoi LOL, et de ce qui s’est passé en amont pour nous, c’est à dire pas grand chose. Oui, je suis un peu déçu de l’organisation honnêtement.


Q : As-tu vu la loi sur l’e-sport ? Est ce que tu penses que ça va influencer les streamer comme toi ?

Bien sûr, on est obligé de s’y intéresser mais je ne pense pas que ça va changer quoi que ce soit sur le streaming de gaming. En fait, c’est quelque chose qui est fait pour légiférer l’e-sport, les tournois, les joueurs et les compétitions. Ça pourra changer le streaming de compétition, mais ça ne va pas influencer le Gaming [ndlr : sans compétition]. En réalité, le principal problème de l’e-sport, c’est que les joueurs n’ont pas de statuts reconnus.
J’ai une société parce ce que l’auto-entrepreneuriat ne me permet pas de faire ce que je veux. Je voulais embaucher des gens et même si l’autoentrepreneuriat le permet, ça a beaucoup de limites en fait et donc ça [NDLR : la loi sur l’e-sport] ne change pas grand chose pour moi. A part que peut être un jour je serai streamer au lieu d’être producteur de contenu télévisuel. C’est peut être le seul truc qui changera mais c’est un titre et les titres on s’en fout ! moi ca m’interesse, évidement car je viens de l’e-sport avant d’avoir fait du gaming car j’ai commenté 2 ans du stracraft 2 avant de faire autre chose.En gros je m’y intéresse comme si c’était une « passion » mais je pense pas que ça va influer sur mon métier. Du moins pas tout de suite.


Q : Tu es l’un des premiers grands streamer français à avoir créer ton entreprise, qu’est ce qui t’a poussé à faire ce choix ?

En fait, ce n’est pas une envie, c’est un besoin. On n’a pas forcément envie de se structurer, de faire de la compta, de la paperasse, c’est quelque chose qui nous rebute à fond comme tout le monde. En fait, quand tu commences à vouloir embaucher des gens, à toucher une certaine somme d’argent, à avoir des flux financiers, tu as besoin de les réguler, de les légaliser et pour ça il faut une société.


Q : Tu as créé une boîte de production de jeux indépendants. Quels sont les objectifs de cette boîte de production ? Est-ce qu’il y a des projets de jeux en préparation ?

Tout à fait, l’idée est née vers novembre. En décembre, on a conceptualisé le premier jeu avec certaines personnes qui sont dans cette boîte et ma chef de projet. En janvier, on a recruté des équipes et le jeu est en cours de création, il devrait sortir entre juin et août. C’est une grosse marge, mais les premiers prototypes arrivent bientôt de early, early, early Alpha donc on va pouvoir jouer aux premières versions. Je suis quelqu’un d’exigent et perfectionniste, je sais que ce jeu ne sera pas parfait pour moi mais on va quand même essayer de le sortir. L’objectif à terme est d’avoir une autre activité tout simplement, pas pour m’éloigner du streaming tout de suite, je n’ai pas envie de raccrocher du tout, ça me manquerait ! C’est quelque chose que j’ai envie de faire à coté, de m’y lancer depuis pas mal de temps et j’ai rencontré des gens qui me permettent de le faire et qui m’ont dit : « tu peux le faire, c’est facile ». Bon, c’est pas très facile mais en tout cas, on a sauté dedans à pieds joints à l’aveugle, sans savoir dans quoi on se lançer et c’est une belle expérience. On travaille tous en télétravail, on n’a pas de locaux car c’est trop de coûts pour nous. Ce jeu va être produit avec à peine 50 000 euros donc c’est très peu, pour embaucher des gens. Maintenant, on attend la sortie du premier jeu !


Q : Est ce que tu peux nous en dire un peu plus sur ce jeu en particulier? quel type de jeu ?

Honnêtement, avec ce délai, ce ne sera pas un jeu en 3D. On ne prépare pas un Assassin’s Creed et donc je ne sais pas si les gens vont être conscient de ca. 6 mois de développement de jeu, c’est très peu.


Q : Pour toi, qui fait independenz day, les gens vont se douter que tu va faire un petit jeu indé ?

Oui, c’est sûr, mais tout le monde ne me connait pas ! Il y a des gens qui me suivent que pour LOL ou pour Counter strike. Il y a plein de gens qui ne regardent pas toutes mes émissions. Ceux qui me connaissent bien et qui regardent souvent mes live vont comprendre. Ce jeu sera un petit jeu en solo, avec une durée de vie entre 2 et 10 heures. Après, ça dépend de la manière dont les gens appréhenderont le jeu. Quel est ton objectif? découvrir ou finir le plus vite possible? C’est par là que l’on s’oriente, on a déjà des premières images, ça avance mais ça ne sert a rien de montrer aux gens et de teaser pour l’instant. Je n’ai pas envie que les gens se fassent mousser alors que c’est un side project. J’ai l’avantage que ce jeu puisse rater puisque c’est mon activité secondaire. Ainsi, on peut prendre du temps, réfléchir à certains trucs, on peut faire des erreurs aussi. C’est très permissif et très agréable.


Q : Avez vous prévu de venir à la dreamhack ?

On va venir à la dreamhack à priori, c’est à Tours. C’est dans peu de temps mais on y sera je pense.


Q : Merci beaucoup pour l’interview.

De rien , avec plaisir.

Un grand merci à Zerator pour son temps et ses réponses. Vous pouvez le retrouver sur Facebook, Twitter, Youtube et Twitch.

Réagissez !

- Il n'y aucun commentaire pour le moment -