Hearthstone
[nextpage title= »Présentation »]

hearthstone_festival_2

Poussez les portes de l’auberge à Lille

En dehors de la DreamHack Tours, la France ne comptait pas de gros tournoi officiel en Lan. Mais voici venir le HearthStone Festival organisé par Millenium et son partenaire Honor. Non content d’être une convention avec son lot d’invités et d’animations, il s’agit avant tout d’une compétition officielle soutenue par Blizzard. L’éditeur a ainsi doté le tournoi de 43 points HCT (soit le maximum) auxquels s’ajoute un cash-prize de 20 000€ ! Melty Esport et Gamers Origin sont également partenaires de l’évènement.

Journée 1

Les 2 et 3 juillet, les 128 joueurs inscrits s’affrontent en format BO5 Conquest Standard. Parmi eux on retrouve des invités d’envergure internationale : Rdu, Tiddler Celestial, Naiman et ThijjsNL.  Lors de la première journée, les participants sont répartis en 16 poules de 18 joueurs. A l’issue des Rondes Suisses,  les 2 meilleurs joueurs en terme de score sont qualifiés pour la deuxième journée de compétition. Nous vous proposons de passer en revue les joueurs les plus attendus parmi les 32 qualifiés pour les playoffs :

Le trophée du HS Festival !

ThijsNL (équipe Gamers2)  : 15 points

Rdu (équipe Gamers2) : 12 points

Yogg (équipe Millenium) : 15 points

Mickey, arrivé second lors de la DreamHack Tours (équipe Ebar) : 18 points

Kàlaxz (équipe Melty) : 15 points

Maverick (équipe Millenium) : 18 points

Torlk (équipe Millenium) : 18 points

Ignite (équipe Luminosity) : 9 points

Un33d (équipe O’Gaming) : 9 points

Chinoize, gagnant de la DreamHack Tours (équipe SectorOne) : 12 points

 

[nextpage title= »Finale et decklists »]

Maverick vainqueur de la première édition

A l’issue de la première journée de compétition, Maverick (streamer et membre de la line-up Millenium) s’est imposé comme premier de son groupe de poule avec l’excellent score de 6 victoires pour seulement 1 défaite.  Il a ensuite transformé l’essai et s’est qualifié pour la finale des Playoffs sans passer par le Loser Bracket en remportant 5 BO5 d’affilée. Son ultime match l’a opposé à MitsuHide (équipe SectorOne) qui n’a pas démérité mais a du s’incliner sur le score de 3 BO5 à 2. Le joueur belge remporte un cahprize de 6000€ ainsi que 15 points HCT qui pèsent lourd dans la qualification aux HearthStone WCS.

Les decklists de la finale

Maverick

En plus d’avoir triomphé à l’issue de cette deuxième journée, Maverick a affiché une régularité quasi parfaite tout au long de la compétition. Associés à une bonne préparation, ses choix de lineup se sont avérés payants grâce à des bases solides avec Guerrier, Chaman et Démoniste auxquels s’ajoute un deck Mage plus risqué mais néanmoins efficace.

Cmjf2Q2WIAAyGro

Chaman MidRange : Première surprise dans l’orientation du deck, là où une majorité de joueurs a choisi la version très aggro, on a droit à du lategame qui offre du répondant face à cette version. [Master of Evolution] s’est vu boudé quelques semaines seulement après la sortie de l’extension, ce qui rend son choix d’autant plus suprenant ; il apporte de la value et reste un serviteur aux statistiques excellentes en toute circonstance. [Thunder Bluff Valiant] peut être un véritable cauchemar s’il parvient à buffer et sa simple présence oblige à une gestion systématique des totems. [Alakir the Winlord] est la cerise sur la gâteau qui  a réjoui de nombreux joueurs nostalgiques des premières ; il est totalement polyvalent et offre une KillCondition supplémentaire avec les [RockBiter Weapon]

Guerrier Dragon Un autre exemple de decklist qui se détache de la méta en s’éloignant du Tempo Dragon en lui ajoutant davantage de contrôle et de LateGame. Le premier ajout qui nous saute aux yeux prend la forme d’une légendaire assez rare : [Deathwing] ! Il est une énorme source de menace à cause de son effet mais aussi de la pression de savoir s’il a été pioché. Les [Brawl], absentes de la version Tempo, sont toujours très efficaces dans la gestion du board. [Chillmaw] s’ajoute aux différentes AOE qui viennent déblayer le terrain.

Démoniste Zoo : On a récemment vu se populariser [Argent Horserider] dans ce type de liste, notamment pour assurer un trade avantageux. Dans les 2 ou 3 derniers slots (supérieurs à 4 manas) on trouve  habituellement [Doomguard] et/ou [Leeroy Jenkins] mais Maverick a préféré 2 [See Giant] qui sont très forts contre les decks aggro qui s’étalent et surtout en match miroir Zoo VS Zoo.

Mage Tempo Yogg : Cette dernière decklist est identique à celle jouée par Rdu lors de la DreamHack Summer 2016. Il s’agit d’une version avec moins de cartes AllIn qui ne joue pas [Cabalist’s Tome] au profit de 2 [Flamestrike], ce qui permet de mieux gérer le board et de déclencher moins de sorts pour l’arrivée de [Yogg-Saron, Hope’s End]. De plus, ce deck est capable de faire des sorties fulgurantes voire impossible à contrer, en particulier si vous avez la Pièce.

Mitsuhide

Le joueur de l’équipe montant SectorOne a sélectionné une LineUp agressive ultra-classique qui s’inscrit parfaitement dans la méta actuelle. Il en est de même pour les decklists elles-même qui ne comportent pas de TechCard particulière et s’en tiennent aux listes les plus connues. On a donc droit à une opposition de 2 styles dans la façon d’aborder le tournoi : volonté de surprendre et jouer autour de la méta du côté de Maverick VS efficacité et decklists qui ont fait leur preuve du côté de Mitsuhide. Toutefois, il serait trop simpliste de ramener les choix de Mitsuhide à de la paresse ou un manque de créativité ; il faut noter qu’il est moins habitué aux compétitions de haut niveau mais aussi et surtout qu’il a réussi à atteindre la finale de façon tout à fait légitime. Sélectionner des decklists dont on est sûr et avec lesquelles on s’est beaucoup entraîné est une stratégie tout à fait viable et comportant peu de risques mais avec laquelle la différence se joue avant tout en terme de niveau de jeu et de sorties puisque vous avez peu de chances de surprendre votre adversaire.

mitsu

 

Grâce à sa stratégie, Maverick a eu les moyens pour bousculer ses adversaires et profiter d’un ascendant stratégique et psychologique. Il a démontré une connaissance précise de la méta et un niveau de jeu à la hauteur de l’événement. En tournoi, il est souvent agréable de voir ce style de decklists qui sortent des sentiers battus car la méta à tendance à rester figée pendant plusieurs saisons. Quand en plus on est cantonné à une majorités de decklist Aggro, l’originalité retient particulièrement  l’attention et suscite les faveurs du public et des commentateurs !

Réagissez !

- Il n'y aucun commentaire pour le moment -