Lifecoach quitte HearthStone et se met à Gwent

Le joueur allemand avait annoncé son retrait de la scène HearthStone il y a quelques mois. Lifecoach met aujourd’hui fin à la plupart de ses activités de joueur et se tourne vers de nouveaux projets.

lifecoach

Une lassitude de longue date

Lifecoach est un des joueurs emblématiques du TCG de Blizzard depuis les premières saisons. Après sa carrière professionnelle de joueur de poker, il s’est lancé sur HearthStone en 2014. Il s’est rapidement fait connaître pour sa tendance à terminer tous ses tours de jeu à la corde. Cette pratique lui vaut le surnom de “Ropecoach” qui est devenu un meme populaire dans la communauté HearthStone. Il aborde le jeu de manière très cérébrale et cherche à analyser toutes les possibilités pour considérer les meilleurs plays. Sa première motivation a toujours été la compétition et la confrontation avec les meilleurs joueurs.

HearthStone VS Gwent

C’est également cette source de motivation qui a progressivement poussé Lifecoach à reconsidérer sa carrière de joueur pro HearthStone. Dans un vlog publié en février, il détaillait les aspects du jeu qui ne correspondent pas à ses attentes et qui le poussent à se désengager. Pour appuyer son exemple, il fait un parallèle avec Gwent, un autre TCG issu de l’univers The Witcher produit par CD Projekt RED.

Lire aussi :  Hearthstone Grandmasters Europe Saison 2 - Programme, dates et résultats

Il compare notamment le skill cap, c’est-à-dire la marge qui sépare le niveau des joueurs. Et pour lui le verdict est sans appel. Il décrit une partie d’HearthStone comme un lancer à pile ou face, soit 50% de chance, dans lequel le niveau d’un excellent joueur ne pousserait ses chances qu’à 60% voire 65% de victoire. Au contraire, dans Gwent, deux joueurs avec les mêmes ressources à leur disposition sont plus largement départagés. Il estime qu’un joueur expert contre un joueur lambda porte son ratio de victoire aux alentours de 90%.

Il met ainsi en cause la RNG qui prend énormément de place dans le TCG de Blizzard et rend extrêmement difficile toute forme d’analyse stable. Certaines cartes ont trop d’impact à elles seules. Quand, dans le même temps, des stratégies plus complexes sont purement et simplement nerfées. Avec l’exemple du guerrier Grim Patron, il souligne la tendance de Blizzard à “tuer le skill”, nécessaire à la parfaite exécution de ce type de decklist, au profit des joueurs occasionnels qui subissent la frustration de jouer contre cet archétype. La méta est de ce fait quasi exclusivement conditionnée par les nerfs, tous basés sur le ladder où les joueurs occasionnels sont ultra majoritaires.

Lire aussi :  Hearthstone Grandmasters Europe Saison 2 - Programme, dates et résultats

Lifecoach signe son départ et performe sur Gwent

Le joueur de l’écurie G2 eSports estime être arrivé au bout de ce qu’il peut attendre d’HearthStone. Il ne trouve plus le “challenge mental” qu’il recherche en tant que joueur pro. Lifecoach a annoncé qu’il quittait ses coéquipiers lothar, ThijsNL et Rdu et ne souhaitait pas intégrer de nouvelle structure en tant que joueur HS. Le joueur concourt toujours au sein de l’équipe d’Allemagne pour les HearthStone Global Games et sera donc possiblement remplacé s’il ne souhaite pas aller au terme de ces longues semaines de compétition.

Il vient de remporter  le premier tournoi officiel de Gwent pour lequel un prizepool de 100 000$ était mis en jeu. Il ravit la première place à Noxious, un autre joueur HearthStone. De nombreux joueurs médiatiques issus de différents jeux s’investissent dans ce TCG. Encore en bêta fermée, ce titre apparaît d’ores et déjà comme un sérieux prétendant eSport. Il peut compter sur un potentiel stratégique et compétitif déjà bien dessinés !

En savoir plus sur l'auteur
Rédacteur HearthStone

Suivez le sur Twitter Suivez le sur Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.