Intel et le CIO organiseront deux compétitions d’esport en ouverture des Jeux Olympiques de Tokyo

Intel et le Comité International Olympique (CIO) viennent d’annoncer leur partenariat dans le cadre des Jeux Olympiques de Tokyo en 2020. La compétition de l’Intel World Open – c’est son nom – mettra en lumière les jeux Rocket League et Street Fighter V en ouverture des jeux officiels. 250 000 dollars de récompenses seront prévus pour chacun des tournois, et servira entre autres à promouvoir le secteur de l’esport.

jeux olympiques de tokyo 2020 stade olympiqueLe stade Olympique de Tokyo, infrastructure phare de l’événement (© jrailpass)

Selon les informations de nos confrères de The Esport Observer, les Jeux Olympiques de Tokyo en 2020 accueilleront deux compétitions d’esport du 22 au 24 juillet 2020 – la compétition officielle démarre le 24. Cette initiative est le fruit de la collaboration entre Intel et le Comité International Olympique, et porte le nom d’Intel World Open.

Projecteurs sur Rocket League et Street Fighter V

Deux jeux ont été choisis pour l’occasion : Rocket League, le jeu de voiture-football développé par Psyonix et Street Fighter V, le jeu de versus fighting connu de tous et toutes, développé par Capcom. Evidemment, les jeux dits “à risque” et/ou “violents” ont été mis de côté. Même son de cloche pour les jeux incompréhensibles pour les néophytes. Exit donc les League of Legends, CS:GO ou autres Fortnite.

Le choix des deux jeux s’explique d’une part par leur absence de complexité pour le spectateur, et pour le cas de Street Fighter V, par sa grande popularité au Japon.

La compétition se déroulera au Zepp DiverCity de Tokyo, un lieu bien connu des amateurs de concerts de musique. 250 000 dollars de cashprize seront alloués à chacun des tournois, tournés produits par l’ESL.

zepp divercity jeux olympiques de tokyo 2020Le Zepp DiverCity accueillera les deux tournois avant les Jeux Olympiques (© Zepp)

Pour participer aux phases finales à Tokyo, il faudra passer par des qualifier online ouverts à tou.te.s, et qui permettront d’élire une équipe nationale pour chaque pays y participant (les pays participants n’ont pas encore été révélés). Une phase de qualifications en live sera tenue en Pologne, à Katowice, et visera à déterminer les équipes qui participeront aux phases finales.

Récemment racheté par Epic Games, Rocket League aura l’occasion de tester le terrain lors de l’Intel World Open. Selon les informations communiquées par The Esport Observer, les enjeux seront multiples : tester le potentiel d’attractivité du jeu auprès d’une audience plus large, tester le principe même d’une compétition nationale et ouvrir la porte à des compétitions plus diversifiées – et non plus cantonnées aux Rocket League Championship Series (RLCS).

Lire aussi :  Rocket League - The Peeps remporte la DreamHack Montreal 2019 !

L’initiative n’est pas exempte de stratégie de la part du CIO. La captation d’une cible jeune est une des prérogatives du Comité, qui cherche à comprendre comment s’accaparer une audience bien trop volatile pour leurs événements.

Cette initiative faite suite aux Jeux Olympiques d’hiver de PyeongChang en 2018, où une compétition sur Starcraft II avait été mise en place là-aussi en ouverture des JO. La reconnaissance de l’esport comme discipline olympique semble être toujours autant d’actualité. Notamment en France avec les rapprochements entre les univers du sport et de l’esport, symbolisés par la collaboration entre France Esports et le Comité National Olympique et Sportif Français (CNOSF).

Dans le reste de l’Europe, notamment en Allemagne, les choses semblent avancer avec un peu plus de fébrilité.

En savoir plus sur l'auteur
Rédacteur en chef

Suivez le sur Twitter Suivez le sur Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.