Frankie Ward – De la BBC aux Majors sur CS:GO

The interview in english is available for our english-speaking readers below the picture !

La DreamHack Open de Tours a sacré championne l’équipe de mousesports, au terme d’un week-end haut en plays ! La compétition, suivie par des milliers de spectateurs, était orchestrée d’une main de maître par des caster et host de renom. Nous avons profité de la présence de Frankie Ward, desk et stage host sur CS:GO pour revenir sur son parcours dans l’esport.

Frankie WardFrankie Ward à la DreamHack Open de Tours (© Alex Maxwell)

We put the english interview for our english-speaking readers ! Click on the link “Frankie’s Interview” below to access the EN Interview.

English version of Frankie Interview

Her british accent and her quick diction are recognizable among thousand. Frankie Ward is one of the famous faces of the Counter-Strike scene. Interviewer or host, the ex-producer of BBC go all over continents to work in the prestigious competitions of Counter Strike. She also works on Hearthstone, Pubg, League of Legends and many other scenes.

We had the great pleasure to meet her at Tours, during the DreamHack Open last month. We talked about her journey in esport, her work and her role modele status.

Hello Frankie, can you introduce yourself and tell us more about your journey in esport?

Frankie Ward – Basically, I started in esports because I was a producer at the BBC working in digital and I did some live coverage of League of Legends quarter finals in 2015. I met people like Joe Miller [caster and Head of Talent at ESL] for the first time and I just really enjoyed that. I have always been a gamer ever since I can remember – I used to play Monkey Island II when I was five years old – and at that time, I realized there was a room for me in that space.

I never thought I could work on games, and it’s only esports that can give you that opportunity, because there have been a lot of ingames broadcasting on normal television – really not since the 90s, early noughties. So it really opened my eyes and I started looking at Twitch because that was what everyone was watching.

A job came up in early 2016 and five interviews later I joined Twitch in July 2016 and that’s how I kind of discovered esports. So I followed it a bit more, and because I wasn’t part of the streaming world before I arrived at Twitch I started streaming and later hosting too.

As you mentioned, you worked for BBC before. How do you think this job helped you now?

The BBC gave me discipline in a sense because very early on, when I was doing work experience like ten years ago, and I had interview training. I always had a very audience focused approach to the work I do and I think that goes through esports as well. And I think one of the thing that people say to me sometimes about my work in Counter-Strike is that I’ve got quite a journalistic approach. I don’t really know how am I different from other interviewers – I haven’t really looked into it too much.

I can sort of see from a couple of others that I am compared to and they are also fantastic at what they do and I think our differences are a really good thing.

I was able to work in esports because I had transferable skills from others industries, like media experience, I’m also good at researching, I absorb things quite quickly.  If you can learn things quickly, you can pick up esports; you can pick up anything.

I used to make my own things a lot – when I think about the fact that I’ve been presenting full-time for about a year now. Actually I’ve always been doing video pieces and I was a radio presenter like ten years ago as well. When I was a student at university I was presenting for a national radio station in the UK. So yeah, I think it just gave me discipline. The other key thing it gave me apart for the interview skill was… I think like a producer.

This is the same when I was a producer at Twitch, I don’t miss call-times, I research because I used to do the research for my hosts before. Now I do that research for myself, even though I’m hosting. It’s not just about contributing something, it’s about knowing the approach that will make the idea work.

So you’re not just doing interviews or hosting?

For the most part I am, because all the production teams I work with are fantastic and have everything covered, but I am not shy in making suggestions. The one thing I miss from my old job is the collaboration thing. I’m always keen to collaborate, but I also totally understand if sometimes it doesn’t work. I wouldn’t say most of the things I’m doing are my ideas at all, but let’s say for example, BLAST Pro Series. They’re really open to collaboration.

I can look at their formats and maybe suggest tweaks, suggest my own ideas for the BLAST Backstage show I host with Adam Savage and because I know the a lot of the teams well now, I have an idea of how players will react. They’re really good about taking that feedback on board, cause BLAST is all about the feedback loop. They really want to hear what we want to do and they’re really good, which I really like about them.

This is your first event in France as a host. How do you think the crowd is?

Good, but I don’t know how much they can hear me because I did do a call up for KennyS earlier and I tried to speak in french. I can speak some sort of french but I get nervous to get it wrong and if I tweet anything because I’m lazy with using accents when I type, I literally tweet anything and I get people responding with asterisks and corrections.

I think in France it’s quite nerve wracking to try to speak french. I try, but people always talk back to you in English or you feel like they are judging you for trying [Laughs]. That probably says more about my paranoia, than the french though! My boyfriend can speak very good French and came to Tours with me – he had a lovely time talking to nearly everyone in town while I was working – everyone was super friendly.

You’ve already done collaborations on League of Legends with the LEC. Sjkoz came to BLAST Pro Series in Sao Paulo aswell. She’s not working full with the LEC anymore. So do you like this possibility to switch from a game to another?

Yes she did, that was my first BLAST as well!

My first CSGO event was actually my first desk cast, technically, but it was a tier 3, tier 4 CS:GO competition. The second cast I did was FACEIT (america’s minor) for the London Major but I had already desk hosted PUBG and NHL by that point. I also did Overwatch and some general gaming and esports shows.

At the start of this year, I started off with several driving games as part of the McLaren Project Shadow initiative. Then the following week I went to Dortmund Germany and I covered three different mobile games for the first time. Then the following week I was at Katowice for the major, and after I did League of Legends.

So really if you count that plus the mobile games plus LEC, I’ve done 6-7 games so far this year because I went back to PUBG for their first major, which was called the PUBG classic.

I still do multiple games but Counter Strike is my main focus.

You constantly have to prepare all the post match interviews. How do you prepare them?

Before events I will use HLTV and Liquipedia. Liquipedia, I used it more in the past but now for much more in-depth focus I use HLTV. I use it before going to events; I’ll be looking much more in details on the maps they are choosing and, I focus on the head-to-heads – on the map pages you have this head-to-heads which are a fantastic resource. But if you just see that a team has played three maps on Nuke in the last three months, that’s not necessarily gonna help you as much because they could have actually played Nuke three times in the last week because they have been practising it for ages, or they could have played it nearly three months ago and they just lost three times, so they may have dropped it. So I look a lot more at their most recent matchups, what were they playing and the results.

I look into individual player stats as well : I use Liquipedia for a bit more of the bigger picture history, so that would be that notable results. It could also be their relationship with other players, like the stories about Karrigan and his career,

It’s really good for me to learn storylines because although I was around on Twitch when they happened, I wasn’t in the thick of it. It’s good for me to kind of clarify those things about the new players too.

You went to Sydney, then Madrid, then you will go to Dallas. How do you manage to go to all these events around the globe?

I don’t really know! I did five continents in about six weeks : London, Germany, Poland, Berlin, I went to Brasil, China, then America, then I had a London event… Five days off. And then Sydney.

You’re not a lot of time at home. That’s why  you didn’t have time to bomb defuse, that’s because you don’t have time to play.

[Laughs] Yeah I don’t have the time to play ! It’s hard because I used to stream a lot, and I miss the community and they are very supportive. And now when I stream, there is a lot more people. But yeah I don’t have the chance to play, I have a great gaming laptop that I was given  but I can’t carry it, it’s 17 inches. I’m hoping I will have to time before Dallas, hopefully I’ll be able to record a podcast and also play some games, like CS.

I just discovered Popflash and it’s so much better for play with randoms. I can just stream on Twitch, put a link for the server into my Twitch chat and be like “who wants to play ?” I can actually play with people who are really fun.

Talking about your community, there was an event where we saw signs for you, like “Frankie Marry me”. How do you react?

That was the first time I’ve been to an event where there were people were like holding signs (IEM Sydney). People were very friendly; it was where I started to have a lot of people asking for selfies with me – Sydney was lovely!

I did some stuff with the audience during the breaks, like I would go into the crowd and take the mick out of them and they would go wild. There’s a running joke where they chant “Henry’s a wanker” so in one break I told them “we’re an arena full of people who play and watch video games… We’re all wankers!” and it was the loudest reaction I had all weekend! It was my second Intel Extreme Masters, which means a lot to me to be part of. I was a lot more confident going into that. I just have a lot more confidence with Counter-Strike now.

I know I deserve to be here, but I still feel like I’m an imposter, so whenever I talk about Counter Strike – even I do know what I’m talking about – I still get nervous talking about it. I can stumble mid-question if I’m second-guessing myself. That’s my next thing to solve. Sydney was extra special and I have a lot of people talking to me on Twitch and on Twitter. It takes a long time to get used to it, but i’m getting there.

I want to get into something and that is role models. There is a big debate in esports. We have the chance to have a lot of female hosts like Sjokz, Potter, Sue Lee, Laure Valée, you and so many others. Did you expect to be a role model at some point in esports or is it something you have to deal with now?

I didn’t expect to be in a position I am right now, I’m doing this job because I basically got made redundant from Twitch very suddenly last year.  It was not a personal thing, which was very helpful. But I had to made my decision to hosting full time. It worked out, and I had savings, so I didn’t have to worry that much financially. Without that security it would have been really hard to start, I’m lucky I was able to do that.

And I was not expecting, like, taking for granted people’s reactions, because especially in Counter Strike. At first people were like “Who is this woman, we don’t want her, we want the others”. And now that’s calmed down a bit. So in terms of role model thing, its something I’m… if people think that of me, I’m very happy. it can be very hard to see yourself in that position if there isn’t anyone already doing it, but I had people like Sjokz to look up to, to know that I could do it.

I’m certainly not breaking any boundaries, because in this industry there are people like Sjokz, Potter, and of course Laure. There are so many people who are doing incredible things, like getting to work with Smix at BLAST because I needed to cover the desk. It was just a dream to work with her, and teaming up with Potter on the analyst desk.

I think Potter is someone who is an incredible role model because we don’t have many female analysts on desks in esports. She is one of my favorite analysts to work with. She’s so good at breaking down the plays, she’s so good at explaining to me if the early scoreline is telling of the final result.She’s really good at talking to me about the psychology things as well as utilities. She’s got the whole spectrum of knowledge. And I just love working with her on the desk because she is so confident.

I suppose in terms of role model thing, I am quite vocal and have always been in terms of the way that women on Twitch and platforms like HLTV are perceived so I write a lot of blogs about things. I don’t always reply things on Twitter because I feel like if I put it on my blog, I can at least lay out my argument concisely. Back in 2017, I wrote a blog about gendered language in gaming and then the other day, there was a girl gamer festival being advertised in Sydney, and I am not against something that aim the female market in esports and gaming, not at all. But someone accused me of saying the word “girl” was hate speech, and that was not at all the case, so I reposted the blog to explain what I was trying to say.

The festival is supposed to be a thing that can give more confidence and experience of playing on stage, I don’t think that is a bad thing. But I do think the phrase “girl gamer” is detracting from the fact there are women of all ages playing games and it can come across as infantilizing – there aren’t “gamer boys”. I think that saying that any woman who plays video games is automatically a “girl gamer” is detracting for us and makes it sound like gaming is a male domainthat can lead to a culture where women and men don’t play together because people think women simply can’t be as good – and that means they maybe don’t even end up trying [Frankie wrote a blog about this recently]. Whenever I appear on twitch and someone says GRILL I’m like “reallyyyy…” I mean it doesn’t affect me that much now I’m paid to talk about games, but it’s still stupid and it’s sad that everyone in the room can’t unite on the same thing.

Once we break down that barrier then we are gonna be in a better place.

Also women should be able to wear whatever they want. People sometimes use me to make a point and post “oh Frankie is an example that you don’t need to show cleavage to get viewers” But I’m not part of that argument. I’m totally for women wear whatever they want to on stream when they want, and stream what they want on Twitch. It’s totally fine. Given that the same people who complain about women with cleavage on Twitch are likely to be the same people who enjoy sexy female character designs in games.

How is it important for you to share anything you can in your podcasts?

The podcast is a funny one because when I started out, the first episodes were more games company focused and I realized afterwards that good podcasts are not straight interviews, but more of a conversation, so after the first episodes I started to put a bit more of myself into it, and to play to my strengths, which is talking to people I know. So some episodes I don’t speak too much, sometimes I speak a lot, and sometimes I edit myself out because I find myself annoying [Laughs]

For me, the most important thing is my guests, but if they say something that resonates with me, we will start a conversation on that topic. I don’t have a real plan, I like to keep the podcast really organic, I don’t plan questions or anything and I don’t edit the podcast too much either. Like with Freya recently who is a host and assistant producer for FACEIT, that was really interesting because we have the same role with Counter-Strike so we were able to have quite an honest conversation.

Freya was already a fantastic journalist when she came into Counter-Strike. She has always been fantastic on camera and the community could see that she was already one of them. I think I had to maybe prove myself a bit more and that’s understandable because I didn’t come from that world and Freya already did, so it was really interesting to talk to her about her experience of things. And also to find out more about her background, because she is a lot younger than me and she has been playing CS for so many years. She can be an analyst in counter strike if she wants; she just knows everything. So it was really interesting to chat with her.

We would like to warmly thank Frankie for accepting to answer our questions ! You can follow her on her Twitter, and her work on her blog right here.

Son accent britannique et sa rapidité d’élocution sont reconnaissables entre mille. Frankie Ward fait désormais partie des visages bien connus de la scène de Counter-Strike. Qu’elle enfile sa casquette d’intervieweuse ou de host, l’ex productrice de la BBC parcourt les continents et répond présent à chacune des compétitions prestigieuses de CS:GO. Elle ne s’y restreint heureusement pas : on la retrouve également sur les scène d’Hearthstone, PUBG ou encore League of Legends.

Frankie avait fait le déplacement jusqu’à la DreamHack Open de Tours, en mai dernier, où nous avons pu la rencontrer et revenir ensemble sur son parcours, son travail et son statut de rôle modèle dans l’esport.

Pour nos lecteurs et lectrices qui n’ont aucun problème à lire de l’anglais, nous ne saurons que vous conseiller l’interview en VO ci-dessus ; la traduction française n’étant jamais aussi limpide que le discours de l’interviewé.

Bonjour Frankie, est-ce que tu peux te présenter pour les personnes qui ne te connaissent pas et nous parler de ton parcours dans l’esport ?

Frankie Ward – J’ai commencé à travailler dans l’esport parce que j’étais productrice chez BBC et que j’ai couvert les quarts de finale des Worlds de League of Legends en 2015. J’y ai rencontré Joe Miller [Caster et Head of Talent à l’ESL] pour la première fois et j’ai beaucoup apprécié cette rencontre et l’événement !

J’ai toujours été une joueuse – je jouais à Monkey Island II lorsque j’avais cinq ans – et j’ai plus tard réalisé qu’il y avait une place pour moi dans ce milieu.

Je n’avais jamais pensé que je pouvais travailler dans le secteur du jeu vidéo, et seul l’esport peut vous donner cette opportunité, parce qu’il y a eu beaucoup d’émissions à ce sujet à la télévision – surtout après les années 2000.

J’ai eu une opportunité en 2016 et cinq entretiens plus tard, je rejoignais Twitch et c’est un peu comme ça que j’ai découvert l’esport. J’ai commencé à m’y intéresser davantage, j’ai commencé à stream et un peu plus tard à host.

Qu’est-ce que ton travail à la BBC t’a apporté ?

La BBC m’a apporté de la discipline grâce aux entraînements pour les interview que j’ai reçu dans le cadre de mon travail. J’ai toujours eu une approche focalisée sur le grand public et je pense que ça colle bien à l’esport. L’une des choses que les gens me disent à propos de mon travail sur Counter Strike, c’est que j’ai une approche journalistique. Je ne sais pas vraiment en quoi je suis différente des autres interviewers, et j’avoue ne m’y être pas réellement penchée.

Je peux l’entrevoir avec d’autres interviewers avec qui on me compare, et qui sont fantastiques, et je pense que nos différences sont une bonne chose.

J’ai été capable de travailler dans l’esport parce que j’avais des compétences que j’avais acquises dans d’autres secteurs, et qui y étaient transférables – expérience dans les médias. Je suis aussi très douée pour la recherche et j’intègre les données assez rapidement. Si tu peux apprendre rapidement, tu peux travailler dans l’esport. Tu peux travailler partout.

Je faisais mes propres contenus et vidéo – quand je repense au fait que j’ai présenté en full time depuis un an maintenant. Quand j’étais étudiante à l’université, j’étais présentatrice d’une station de radio nationale au Royaume-Uni. Mis à part les compétences d’intervieweuse que la BBC m’a apporté, il y a aussi le fait que je pense comme une productrice.

C’est la même chose lorsque j’étais productrice à Twitch. Je ne rate aucun appel, je fais mes propres recherches – chose que je faisais pour host auparavant. Désormais, je fais mes propres recherches, même lorsque je dois host. Ce n’est pas juste contribuer à quelque chose, c’est connaître l’approche qui fera en sorte que mes idées fonctionnent.

Tu ne fais donc pas uniquement des interviews ou du host ?

C’est ce que je fais la plupart du temps, parce que toutes les équipes de production avec lesquelles je travaille sont fantastiques et ont tout prévu. Mais je n’hésite pas à suggérer ce qui me semble important. L’une des choses qui me manque le plus de mon ancien travail, c’est la collaboration. Je suis toujours prête à collaborer, mais je comprends aussi que parfois ça ne puisse pas fonctionner. Je ne dirais pas que toutes les choses que je fais viennent de moi, mais par exemple, lors des BLAST Pro Series, nous avons pu vraiment travailler en collaboration.

C’est ton premier événement en France en tant que host. Comment as-tu trouvé le public ?

Bien ! Mais je ne sais pas s’ils ont pu m’entendre parce que j’ai appelé KennyS plus tôt et j’ai essayé de parler français. Je peux parler un petit peu français mais je deviens nerveuse par peur de faire des erreurs. Quand je tweet en français, je n’utilise pas les accents parce que je suis un peu fainéante, et les gens me répondent avec des astérisques et des corrections.

Je pense qu’en France, c’est un peu un casse-tête d’essayer de parler français. J’essaie, mais les gens vous répondent en anglais ou vous sentez qu’ils vous jugent pour avoir essayé [rires]. Cela en dit long sur ma paranoïa plutôt que sur l’état d’esprit des français ! Mon petit ami parle très bien français et il est venu avec moi à Tours. Il a adoré parlé aux gens en ville pendant que je travaillais.

Tu as déjà collaboré avec Riot Games, lors du Spring Split du LEC notamment. Sjokz est elle-aussi venue aux BLAST Pro Series à Sao Paulo. Tu apprécies cette possibilité de pouvoir aller d’un jeu à l’autre ?

Oui et c’était mes premiers BLAST Pro Series aussi !

J’étais au cast lors de mon premier event sur CS:GO – qui était une compétition tier 3/4 sur CS. Le deuxième cast que j’ai fait, c’était le FACEIT pour le Major de Londres, mais j’avais déjà host PUBG et NHL à ce moment. J’ai aussi travaillé sur Overwatch, sur des jeux vidéo plus généraux et des show d’esport.

En début d’année, j’ai commencé sur des jeux de course qui faisaient partie de l’initiative du McLaren Project Shadow. Les semaines suivantes, je suis allée à Dortmund en Allemagne et j’ai couvert trois différents jeux mobiles pour la première fois. La semaine d’après, j’étais à Katowice pour le major et ensuite j’ai fait le LEC.

J’ai dû faire six ou sept jeux depuis janvier. Je fais toujours plusieurs jeux mais Counter Strike reste mon activité principale.

Tu dois constamment préparer les interviews d’après-match. Comment est-ce que tu t’organises ?

Avant d’aller en event, j’utilise HLTV et Liquipedia. J’utilise beaucoup HLTV pour les informations très précises : je vais regarder plus en détails les cartes que les équipes choisissent et les head-to-head, qui sont une ressource fantastique. Si tu vois qu’une team a joué trois maps sur Nuke lors des trois derniers mois, ça ne va pas forcément t’aider. Parce qu’ils ont peut-être joué Nuke trois fois la semaine dernière parce qu’ils la connaissent depuis des années, ou peut-être qu’ils l’ont joué il y a trois mois et ils ont perdu trois fois en ayant abandonné, ça n’est pas très parlant.

Je regarde vraiment leurs derniers et plus récents matchup, qu’est-ce qu’ils ont joué et quels ont été les résultats.

Je reste attentive aux statistiques individuelles des joueurs : c’est là où j’utilise le plus Liquipedia pour avoir une photographie plus grande de leur historique et tous leurs résultats. Ca fournit aussi beaucoup d’informations sur leurs relations avec les autres joueurs, comme l’histoire de Karrigan et sa carrière.

C’est vraiment bien pour moi de connaître les storylines parce que même si je travaillais à Twitch à ce moment-là, je n’avais pas toutes les cartes en main pour tout comprendre. C’est important pour moi de clarifier toutes ces données aussi pour les nouveaux joueurs.

Tu es allée à Sydney, puis Madrid et après tu vas à Dallas. Comment tu arrives à te rendre à tous ces events ?

Je ne sais pas vraiment ! J’ai fait cinq continents en six semaines : Londres, Allemagne, Pologne, Berlin, Brésil, Chine, Amérique, puis l’event à Londres. Cinq jours de repos et enfin Sydney.

Tu n’es pas souvent chez toi. C’est pour ça que tu as eu du mal sur le defuse de la bombe ?  Tu manques de temps d’entrainement ?

[rires] Oui ! Je n’ai pas le temps de jouer ! C’est difficile parce qu’avant je streamais beaucoup, la communauté me manque… Ils sont toujours derrière moi. Maintenant je stream à nouveau et il y a plus de monde. Mais oui, je n’ai plus trop la chance de jouer, j’ai un bon ordinateur portable mais je ne peux pas le transporter avec moi, c’est un 17″. J’espère avoir du temps avant de me rendre à Dallas (pour le Masters de la Dreamhack) pour pouvoir enregistrer un podcast et aussi jouer un peu, notamment CS.

J’ai récemment découvert Popflash et c’est vraiment cool pour jouer avec des gens. J’ai juste à allumer mon Twitch, mettre le lien du serveur dans mon chat et dire “qui veut jouer ?”. Ca me permet de jouer avec des personnes super fun.

frankie ward DH DallasFrankie Ward avec Keith “NAF” Markovic, champion avec Team Liquid de la DreamHack Dallas

En parlant de ta communauté, il y a lors de certains événements des pancartes avec inscrits par exemple “Frankie Marry me”. Comment réagis-tu à cela ?

C’était la première fois que je me rendais à un événement où le public avait des pancartes pour moi (IEM Sydney). Les personnes étant vraiment sympathiques, c’est à ce moment là où de plus en plus de personnes m’ont demandé de prendre des selfies avec eux. Sydney était incroyable !

J’ai pu faire des activités avec le public lors des pauses, je me suis rendu dans la foule avec le micro pour discuter avec eux et certains étaient euphoriques. Il y a un running gag où le public chante “Henry’s a wanker”, donc à une pause je leur ai dis “we’re an arena full of people who play and watch video games… We’re all wankers!” et à ce jour c’est la réaction la plus bruyante que j’ai pu avoir sur ce week-end. C’était mon second Intel Extreme Masters, ce qui compte beaucoup pour moi. j’étais bien plus confiante en y allant et de manière générale avec Counter Strike aussi. 

Je sais que je mérite d’être ici, mais je me sens toujours comme une imposteur, donc dès que je parle de Counter Strike, même si je sais de quoi je parle, je suis nerveuse. Je peux bégayer si j’ai des moments de doutes, c’est mon prochain axe d’amélioration. Sydney a été vraiment spécial pour moi et j’ai eu beaucoup de retours que ce soit sur Twitch ou Twitter. Cela prend du temps pour s’habituer, mais c’est en bonne voie.

J’aimerais me pencher sur les rôles modèles. Il y a beaucoup de bruit à ce sujet-là dans l’esport. Nous avons la chance d’avoir beaucoup de hosts féminins comme Sjokz, Potter, Sue Lee, Laure Valée, toi et plein d’autres. Est-ce que tu t’attendais à être un role model à un certain moment dans l’esport ou est-ce que cela t’est arrivé sans que tu t’y attende ?

Je ne m’attendais pas à me retrouver dans ma situation actuelle. Je fais ce travail parce que j’ai été licencié soudainement de Twitch l’année dernière. Je devais prendre ma décision concernant le fait d’être host à plein temps. Ca a fonctionné parce que j’avais des sous de côté , et je n’avais pas à m’inquiéter financièrement parlant. Sans cette sécurité, ça aurait été vraiment très difficile de commencer, j’ai eu de la chance d’en avoir été capable.

Au début, les gens disaient “Qui est cette femme ? On n’en veut pas, on veut les autres !” Tout ça s’est calmé. En termes de rôle modèle… si les gens pensent ça de moi, j’en suis très heureuse ! Ca peut être très dur de se voir dans ce rôle si vous n’avez personne qui le fait, mais j’avais la chance d’admirer des personnes comme Sjokz, pour savoir que je pouvais le faire.

Je ne fais rien de nouveau, parce que dans ce secteur, il y a des personnes comme Sjokz, Potter et bien sûr Laure. Il y a tellement de gens qui font des choses incroyables. J’ai travaillé avec Smix aux BLAST Pro Series ; c’était un véritable rêve de travailler avec elle, et de partager l’analyst desk avec Potter.

Potter est une incroyable rôle modèle parce qu’on a très peu de femmes analystes sur scène dans l’esport. C’est l’une des analystes avec laquelle j’adore travailler. Elle est tellement compétente pour décortiquer les actions, elle est tellement forte pour m’expliquer si le score de l’early influera sur le résultat final. Elle est vraiment impressionnante lorsqu’elle m’explique les faits psychologiques et leurs utilités.

Elle possède tout ce spectre de connaissance et j’adore travailler avec elle, notamment pour sa confiance.

En termes de rôle modèle, je suppose que je suis plutôt active. J’en parle beaucoup et j’en ai toujours parlé lorsqu’il s’agissait de dire comment les femmes étaient perçues sur Twitch ou sur des plateformes comme HLTV. J’ai d’ailleurs écris beaucoup de blogs à ce propos. Je ne réponds pas toujours sur Twitter parce j’ai l’impression de pouvoir étayer mes arguments plus facilement sur mon blog.

En 2017, j’avais écrit un blog sur le langage genré dans le gaming et l’autre jour, il y a eu l’annonce du festival Girl Gamer à Sydney, et je ne suis pas contre quelque chose qui cible le marché féminin dans l’esport et dans le gaming, pas du tout. Mais quelqu’un m’accusait de dire que le mot “girl” était du discours haineux, ce qui n’était pas du tout le cas. Donc j’ai reposté le blog pour expliquer ce que j’étais en train d’essayer de dire.

Le festival est supposé être quelque chose qui peut redonner confiance et de l’expérience de jeu sur scène : ce n’est pas une mauvaise chose. Mais je pense que l’expression “girl gamer” détourne du fait que les femmes de tout âge jouent aux jeux vidéo et ça peut mener à quelque chose d’infantilisant – il n’y a pas par exemple de “gamer boys”. Dire que n’importe quelle femme qui joue aux jeux vidéo est automatiquement une “girl gamer” est nuisant et fait croire que le gaming est un domaine masculin – ce qui peut mener à une culture où femmes et hommes ne jouent pas ensemble parce que les gens pensent que les femmes ne peuvent pas être aussi bonnes que les hommes. Et ça peut mener au fait que certaines d’entre elles ne vont tout simplement pas du tout essayer [plus d’informations sur ce sujet sur le blog de Frankie].

A chaque fois que j’apparais sur Twitch et que quelqu’un dit “GRILL” je suis en mode “Vraiment…”. Je veux dire, ça ne m’affecte plus vraiment maintenant étant donné que je suis payé pour parler de jeux vidéo, mais c’est toujours stupide et c’est triste que tout le monde ne puisse pas s’unir sur la même chose.

Une fois que nous aurons brisé cette barrière, on évoluera dans un monde meilleur.

Les femmes devraient aussi pouvoir s’habiller comme elles le veulent. Parfois les gens m’utilisent pour leurs arguments “Oh Frankie est l’exemple que vous n’avez pas besoin de porter des décolletés pour avoir des viewers”. Mais je ne rejoins pas cet argument. Je suis totalement pour que les femmes portent ce qu’elles veulent en stream, quand elles le veulent, et qu’elles stream ce qu’elles veulent sur Twitch.

Ceux qui se plaignent des décolletés des femmes sur Twitch sont probablement les mêmes personnes qui adorent les design de femmes sexy en jeu.

A quel point c’est important pour toi de partager tout ce que tu peux en podcast ?

Quand j’ai commencé, les premiers épisodes étaient plus centrés sur les jeux et j’ai réalisé après coup que les bons podcasts ne sont pas des interviews strictes, mais plus des conversations. Après les premières épisodes, j’ai commencé à y mettre plus de ma personne et de jouer sur mes forces, qui sont de parler aux gens que je connais. Donc sur certains épisodes, je parle peu, d’autres je parle beaucoup et parfois je m’édite parce que je me trouve ennuyante [rires]

Mes invités sont les plus importants : s’ils disent quelque chose qui résonne en moi, on va commencer à débattre sur ce sujet. Je n’ai pas vraiment de vrai plan, j’aime garder le podcast assez libre, je ne planifie pas de questions et je ne l’édite pas trop non plus.

J’ai interviewé Freya récemment [host et assistant producer pour FACEIT] et c’était vraiment très intéressant parce qu’on a le même rôle sur la scène de Counter-Strike, donc on a pu avoir une conversation très honnête et transparente.

Freya était déjà une journaliste fantastique lorsqu’elle est arrivée sur CS. Elle a toujours été incroyable en live et la communauté a pu voir qu’elle était déjà des leurs. Je pense que j’ai dû m’imposer et plus prouver ma valeur, ce qui est compréhensible parce que je ne venais pas de ce monde comme Freya. C’était donc très intéressant de pouvoir discuter à propos d’elle et de son expérience. Et également d’en apprendre plus sur son parcours, parce qu’elle est plus jeune que moi et a joué à CS depuis de nombreuses années. Elle peut être une analyste sur CS si elle le souhaite ; elle connaît absolument tout ! C’était très intéressant de pouvoir discuter avec elle.

Nosu tenons à remercier chaleureusement Frankie pour avoir accepté de répondre à nos questions ! Vous pouvez la suivre sur son Twitter et suivre son travail sur son blog ici.

En savoir plus sur l'auteur
Rédacteur en chef

Suivez le sur Twitter Suivez le sur Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.