Interview de Nisqy au MSI 2018 – “Il nous manque de la consistance pour gagner le prochain split”

Troisième article suite à ces MSI 2018 à Paris, ici c’est une interview de Nisqy, Midlaner chez Splyce, équipe de League of Legends des EU LCS.

Est-ce que tu peux expliquer la différence entre Fnatic Academy et Fnatic ?

J’ai joué pour Fnatic Academy et c’était une équipe plus destinée à l’apprentissage du jeu. Le niveau n’est pas comparable, l’équipe Fnatic tryhard bien plus que nous, donc notre niveau était forcément plus bas que le leur. Je pense que Fnatic voulait former d’autres joueurs, pour les envoyer dans d’autres équipes ou alors les engager directement.

Tu as passé deux splits en NA, quelles différences vois-tu entre les deux régions ?

Déjà en NA il y a beaucoup plus d’argent qu’en Europe, ça tout le monde le dit, mais en NA la mentalité est un peu différente. Exemple : en Europe, toutes les équipes veulent gagner, alors qu’en NA la participation est déjà une très bonne chose pour les équipes. Ensuite,, en Amérique la macro est moins importante qu’en Europe, et du coup le niveau en NA est un plus bas je dirais.

Pourquoi es-tu revenu en EU ?

J’ai voulu tenter l’expérience NA suite à plusieurs splits chez Fnatic Academy, et après EnVyUs j’avais reçu plus d’offres en EU. De toute façon, je voulais revenir en Europe parce que j’y suis plus à l’aise. Niveau adaptation, je me suis mieux adapté en Europe, parce que déjà c’est chez moi, et aux US les gens et le mode de vie sont très différents d’ici.

A quoi ressemble une journée type chez Splyce ?

Lire aussi :  Paris Eternal rejoint officiellement l'Overwatch League !

Le réveil est à 11h, ensuite on a deux SoloQ jusqu’à 12h30, et après le déjeuner on a un meeting stratégique. Ensuite on scrim de 13h à 16h, puis pause, puis 3h de scrim. Vers 20h on dîne, puis on a quartier libre, mais généralement on joue tous encore un peu.

Est-ce que le planning européen est différent de celui américain ?

Quand j’étais en NA le réveil était à 9h, et jusqu’à 13h on s’entraînait. Puis après le déjeuner on avait encore de l’entrainement jusqu’à 17h, donc on terminait plus tôt qu’en Europe. Après tout dépend de la personne, certains joueurs préfèrent commencer plus tôt le matin pour terminer plus tôt, et d’autres aiment bien commencer plus tard.

Qu’est-ce qui t’a donné l’envie d’être pro ?

Quand je jouais en amateur, je regardais des streams de Bjergsen et d’xPeke, ça me donnait très envie. A l’époque j’étais encore à l’école, et je pensais tout le temps au jeu. Après l’école je jouais très souvent, et quand je suis monté de niveau j’ai commencé à comprendre que c’était peut-être là ma vie, et j’ai tout fait pour devenir pro.

Si tu n’étais pas joueur pro, qu’est-ce que tu aurais voulu faire ?

J’aurais travaillé dans l’hôtellerie je pense. Je parle anglais, turc, français et néerlandais, et j’aime beaucoup la communication. Donc je serais peut-être allé travailler à l’étranger ou j’aurais monté mon entreprise. Mais maintenant que je suis joueur pro, je ne pense qu’au jeu, et je ne pense plus du tout à ce que j’aurais fait à la place.

Qu’est-ce qui vous manque pour gagner avec Splyce au prochain split ?

Lire aussi :  Le nouveau passif de Lissandra enfin dévoilé !

La consistance. Contre Schalke et G2 on avait bien joué, et la semaine suivante c’était tout le contraire. Donc on a forcément des choses à améliorer sur le plan du niveau pour pouvoir contrer des équipes comme Fnatic et G2, qui sont tout le temps au top level.

Est-ce que vous adoptez tout le temps la même stratégie en championnat ?

Ça dépend des équipes. Contre Misfits on s’est concentrés sur le late game, alors que contre UOL c’était plus l’early game. Pareil pour Fnatic et Vitality, parce que si on ne sait pas gérer en early, ces équipes nous dépassent largement ensuite. Donc on s’adapte, on essaie d’avoir plusieurs styles de jeu.

Je sais que c’est dans très longtemps, mais après avoir été joueur pro, tu aimerais te tourner vers quoi ?

Coach ou manager, parce que quoiqu’il arrive j’aimerais vraiment rester au contact des joueurs. C’est vrai que pour l’instant je pense uniquement au jeu, mais on verra bien.

Merci à Nisqy pour cette interview lors de cette phase finale des MSI, et on lui souhaite le meilleur pour la suite de cette saison.

En savoir plus sur l'auteur

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.