Esport

C’est par l’intermédiaire de la fondatrice Sonia « NiwaaSan » Allam, et de la cogérante Loreen « Abidaisy » Sendra, que nous apprenons que La Ligue Féminine change de nom pour devenir l’Athéna League.

La-Ligue-Feminine-LoL

Fondée par NiwaaSan et Abidaisy, La Ligue Féminine est la première compétition League of Legends exclusivement dédiée à la gente féminine. Lancé le 24 février dernier, le tournoi a permis de rassembler 18 équipes 100% féminines. Ce projet a avant tout pour but de mettre en valeur les compétences des femmes dans les jeux vidéo. Mais aussi et surtout de promouvoir une meilleure mixité et intégration des femmes dans l’esport. C’est sur Twitter que la fondatrice a déclaré que le projet était devenu une association, sous un nouveau nom, l’Athéna League.

Passer à la vitesse supérieure !

Trois mois après le lancement du projet, la Ligue Féminine a permis aux joueuses de découvrir l’expérience de jouer dans un événement suivi et encadré. D’ailleurs, certaines équipes ont même été repérées par des structures. C’est le cas de l’organisation de Made in France qui a investi dans une formation féminine. Bien sûr, ce n’est pas nouveau, d’autres s’étaient déjà impliquées à composer avec un roster centré à 100% autour de joueuses, comme Project Conquerors, dizLown , Game’Her eSport et MVW eSport. L’investissement des structures dans des équipes exclusivement féminines est un pari gagné pour l’association, fraîchement renommée Athéna League. Toutefois, l’engouement autour de ce projet a aussi intéressé des influenceurs du milieu LoL.

L’Athéna League sera ainsi accompagnée de quatre personnalités de la scène esportive LoL, pour renforcer sa visibilité et crédibilité aux yeux de tous. Ainsi, Laure « Bulii » Valée (intervieweuse LCS EU, animatrice et journaliste esportive), Louise « Aeterna » Allais (streameuse), Julian « Gob » Tréguer (streameur et joueur de la Stream Team) et Alexandre « Narkuss » Mege (streameur et joueur Lunary) ont apporté leur soutien à l’association. Ce dernier a par ailleurs déjà monté une équipe féminine compétitive, ce qui fait de lui un conseiller à suivre. Nul doute qu’avec ces quatre influenceurs, l’aura de l’Athéna League pourra prendre plus d’ampleur à l’avenir.

Une crédibilité mise à l’épreuve…

Bien que nous pouvons saluer l’investissement de nouveaux acteurs, ce projet est malheureusement entaché par plusieurs drama qui auront fait couler beaucoup d’encre sur Twitter. Nous avons précisé dans un précédent article l’incompréhension de la communauté de ne pas rendre ce tournoi mixte. Une question qui fut répondue dans notre conclusion à ce sujet. Or ici, les problématiques ont souvent été liées à l’identité des joueuses. Nous pouvons citer quelques exemples auxquels la Ligue Féminine a dû être confrontée.

La toplaneuse de l’équipe MVW eSport, EveeMighty, a été accusée d’avoir fait jouer son copain Kaze, à sa place lors du match contre Sector One. Les preuves ont prouvé que c’était bien elle qui jouait lors de cette confrontation. Cependant, suite à ce drama, l’équipe MVW eSport s’était retirée de la Ligue Féminine, avant de revenir plus tard sur leur décision.

Il est évident pour une organisation qui organise une compétition féminine, qu’elle se doit de prouver l’identité de l’ensemble des joueuses disputant le tournoi. Or, dans un événement qui se joue uniquement en online, il est plus difficile à définir sans obtenir de justificatif du sexe des personnes. Seulement, l’une des joueuses participantes aurait reçu des accusations infondées sur son sexe. Il semblerait qu’une admin aurait tenu des propos déplacés en indiquant que l’une des joueuses, Orunitia, avait un air très masculin. Accusation démentie par la Ligue Féminine via une capture d’écran de la discussion.

Coup de projecteur !

Malgré les nombreuses complications qu’a dû surmonter La Ligue Féminine, cette compétition a mis en lumière des talents insoupçonnés. Voire créatrice d’équipe dans des structures, comme ce fut le cas de MiF. Sans oublier que les équipes déjà constituées ont pu renforcer leur staff technique, comme MVW.

Aujourd’hui, la compétition en est au stade des demi-finales. Nous sommes impatients de connaître la première équipe qui en sortira vainqueur. À la fin de ce tournoi, il est fort probable que des structures démarchent ces équipes. Et ainsi permettre à l’Athéna League de prendre plus d’ampleur et se professionnaliser. C’est tout le bien que l’on souhaite à cette grande aventure.

Réagissez !

- Il n'y aucun commentaire pour le moment -