La ZLAN n’a pas (encore) révolutionné le gaming

La ZLAN, l’événement organisé par Zerator s’est tenu les 11 et 12 mai derniers. Annoncée comme révolutionnant le gaming, cette LAN surréaliste dans le paysage actuel des rassemblements de joueurs, a-t-elle pu mener sa mission à bien ? Entre une dictée plus corsée que le café de mamie, un rush xp World of Warcraft et un lancer de banane à 40 000 €, il faut reconnaître que c’était un peu la foire à la saucisse. Mais n’est-ce pas là l’esprit des LAN ?

wingobear-nykho-ZLAN

Nykho et Wingobear les vainqueurs de la ZLAN enlacent leurs adversaires Titatitutu et Wackamat après une intense partie de Worms

Que retenir de la ZLAN ?

Organisée à Arles, bien loin de notre chère (et cher) capitale, la ZLAN a rassemblé 196 joueurs répartis en 98 duos pour une compétition hors du commun. Composée presque de moitié par des streamers français, la ZLAN a aussi permis à des quidam comme vous et moi de côtoyer et d’affronter les grands noms du Twitch game.
Avec 50 000 € de Cash prize (dont 40 000 € pour le duo vainqueur), la ZLAN s’est affichée immédiatement comme un mastodonte du chéquier. Pourtant l’événement a revendiqué à l’image de son créateur, son indépendance en prenant le parti de ne faire jouer qu’à des jeux de niches. Exit Riot Games, Epic Games ou Ubisoft, les jeux sur lesquels s’affronteront les participants n’auront rien à voir avec les grosses productions actuelles.

ZLAN-programme

Le programme aussi chargé qu’éclectique de la ZLAN !

Avec pas moins de 10 jeux (et une dictée) les concurrents se sont entraînés, entraidés, et surtout tirés vers le haut pendant les deux mois avant la compétition. Le but, donner sa chance à tous en ayant choisi des jeux aussi cultes qu’à la marge de progression élevée. On aura ainsi vu des streamers sur Twitter se rassembler pour des sessions de Starcraft II, de Disc Jam, de Trackmania et bien d’autres. Une ambiance sur Twitch et les réseaux sociaux qu’on a pas l’habitude de voir. Entre un Sardoche qui se lance des défis abracadabrantesques ou des Domingo/Xari venus pour voir les amis et qui finissent en quarts de finale, tous n’avaient qu’une idée en tête, s’amuser et passer un bon moment.

Surtout, merci Michel !

Avec ses phases de poules durant toute la première journée, Zerator et son équipe ont fait fort. De 30 000 spectateurs sur le live principal lors du rush WoW, l’audience a battu des records avec notamment un pic à plus de 124 000 personnes lors de la finale (sur Worms rappelons-le !). De leurs côtés, les streamers ont eux aussi pu faire appel à leur communauté respective, faisant jouir l’événement d’une visibilité énorme sur Twitch et les réseaux. Des communautés qui seront restées jusqu’au bout (c’est suffisamment rare pour être souligné) afin de voir Wingobear et Nykho remporter la victoire, le trophée et les 40 000 € à se départager. Un moment plein d’émotions à l’image de ce weekend un peu fou mais surtout très convivial.

Un événement fermé au public mais ouvert à tous

Lors de la Lyon Esport 2019, Zerator annonce devant plus de 100 000 personnes la venue de la ZLAN. Un moment particulier pour le streamer devenu célèbre grâce au commentaring de LAN. Pourtant, sans doute à cause de l’excitation et de la fatigue, l’annonce de la ZLAN a soulevé questions et critiques. Certains y ont vu un événement réservé aux streamers (malgré un démenti presque immédiat de Zerator). D’autres ont dénoncé un sur-teasing de la part de Zerator. Le projet qui doit révolutionner le gaming serait-il une simple LAN ? Pour beaucoup, la pilule a du mal à passer. Heureusement, il s’agit là d’une minorité et Zerator sait depuis le temps, qu’il peut compter sur sa communauté pour le soutenir.

dictée-ZLAN

La fameuse dictée tant redoutée par certains… Un pari risqué mais qui a eu de très bons retours !

Il faut pourtant reconnaître que ces critiques ne sont pas infondées. L’événement est en effet réduit à un effectif de 200 participants (196 pour être exact) et la moitié ou presque seront des “invités” de Zerator. Dans une dynamique depuis plusieurs années d’ouvrir les LAN au public, il semblerait que les gens aient oublié qu’une LAN c’est avant tout un hangar ou un grenier pour poser son sac et son PC, et des heures d’enfermement pour jouer avec ses amis. Une ambiance aussi chaleureuse que salée comme le savent si bien les joueurs de la génération de Zerator. Ce dernier explique d’ailleurs ce choix. Tout d’abord d’un point de vue sécurité et organisation, il est impossible à son échelle de s’ouvrir au public. C’est un fait et il ne peut pas risquer son événement pour ça. Deuxièmement, c’est aussi et surtout une volonté de sa part que de retourner à l’origine des LAN.

Venez comme vous êtes !

Pour autant et c’est sans doute la plus grande réussite de cette première édition, jamais la ZLAN n’aura eu une visée élitiste des joueurs. Entre le tirage au sort des participants et la sélection (très large il faut le reconnaître) des streamers invités, Zerator aura ainsi donné sa chance à tous ceux qui la prenais. Que vous ayez fait le trajet pour votre équipe et la représentiez comme LDLC (MoMan-Keny), Oserv (Wingobear-Nykho), Solary (LeRoiBisou-Sharkk), etc. ou en tant que simple participant, il ne tenait qu’à vous d’aller le plus loin possible. De la même manière, rien ne vous empêchait de venir uniquement pour le fun et la rigolade, et c’est tant mieux !

C’est ainsi que fonctionnaient les LAN dans les années 1990-2000 et c’est certainement ce que Zerator espère retrouver. Mais alors, un retour en arrière peut-il être une révolution ?

La ZLAN n’est pas (encore) une révolution

En cherchant à définir le terme de révolution, deux possibilités se sont imposées à moi. La première et évidemment la plus connue veut qu’une Révolution se fasse par la force en renversant un pouvoir politique en cours. En ce sens, la ZLAN est-elle une révolution ? Pas vraiment il faut le reconnaître.Les LAN n’ont rien de nouveau, sont toujours populaires et attirent de nombreux spectateurs. On y voit des compétitions importantes et tout au long de l’année de nombreux acteurs se donnent corps et âmes pour réaliser le meilleur d’eux-mêmes.
Ce n’est pas en 2019 que les éditeurs et les grandes marques changeront leur politique d’investissement et de confiance et Zerator n’est qu’une goutte d’eau dans cette balance. D’ailleurs il le sait lui-même et a déjà exprimé son avis là-dessus. Alors pourquoi continuer à parler de révolution ? En réfléchissant un peu plus loin, une autre définition plus scientifique apparaît et colle beaucoup plus à l’esprit ZLAN.

Kenny-Moman-LDLC-ZLAN

MoMaN et Kenny sorti en quarts de finale, déçus mais satisfaits d’avoir perdu contre des “non-streamers”

Recommencer, mais différemment

Dans le domaine temporel, voici comment est définie une révolution :

Retour périodique; durée déterminée par un cycle. Révolution des siècles, des temps, des saisons (Ac. 1798-1935).

Voir une révolution comme un cycle se répétant constamment donne alors un nouvel angle à l’idée de la ZLAN. Certes elle ne redéfinie pas le genre et reprend le concept des premières LAN “faites maison”. Elle ne s’affranchie pas non plus de l’appuie des marques, au contraire Zerator appelle à leur soutien. Pour autant la ZLAN est arrivée par son alchimie à proposer un habile mélange d’esport et de divertissement. A l’image d’une Trackmania Cup à cheval entre compétition et spectacle, la ZLAN amène à voir le jeu vidéo en commun et différemment. Si l’édition 2019 n’a pas “révolutionné” le genre, qu’en sera-t-il de l’édition 2020, 2021, etc. ? Le paysage français des LAN pourra-t-il rebondir sur cette nouvelle dynamique ? Le public est prêt et a montré son engouement pour l’événement.

Le succès ayant été au rendez-vous sur tous les points, Zerator doit désormais confirmer cette lancée. Il lui faudra pour cela trouver de nouveaux concepts et jeux chaque année. de même le soutien des marques sera vite indispensable, espérons que leur frilosité envers un tel événement sera réchauffé par les chiffres de ce weekend ! Une chose est certaine, s’il existe un duo dans le streaming en France capable de faire ça, il ne pourra s’agir que de Dach et Zerator qu’on retrouvera très bientôt pour la Trackmania Cup 2019 !

Crédits images et photos : ZQSD Production, Timo Verdeil et

En savoir plus sur l'auteur

1 commentaire

  1. Bonjour 🙂
    Chère Apeiron est-il possible d’avoir un échange par mail svp ?
    A propos d’une expérience unique et incroyable.
    Peut-être une révolution dans l’univers des LANparty.

    dam.jeanneau @ live.fr

    Cordialement

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.