League of Legends – Récapitulatif de l’année esport 2018

Le nouvel an approche à grands pas, et avant de clôturer à jamais cette année 2018, il nous semblait important de faire le point sur l’actualité de Riot Games et de League of Legends sur l’année écoulée.

bandeau league of legends

Les LCS EU passent au système de franchises et changent de nom

L’année 2018, c’était le plongeon dans le grand bain pour la région nord-américaine. Première année de test pour le système de franchises, qui avait vu partir Immortals, Team Dignitas, Team EnvyUs et Phoenix1 et vu arriver 100 Thieves, Optic Gaming, Golden Guardians et Clutch Gaming.

Mais 2018, c’est aussi et surtout l’annonce du passage au système de franchises pour l’Europe ! Les européens rejoignent donc les chinois (LPL) et leurs homologues nord-américains (LCS NA) en endossant le nouveau modèle économique. Les LCS EU changeront d’ailleurs de nom pour LEC (League of Legends European Championship). Comme pour l’Amérique du nord, certaines équipes sont passées à la trappe : c’est le cas de H2K, Unicorns of Love, Giants Gaming et Roccat. SK Gaming, Rogue, exceL et Origen prendront leur place, pour un coût estimé à 10.5 millions de dollars.

Après une saison mercato pleine de rebondissements, toutes les équipes sont désormais connues. Si vous aviez manqué le coche, sachez que vous pouvez les découvrir sur notre article récapitulatif du mercato des LCS EU.

L’empire SKT T1 s’effondre, la Corée déçoit

Triple champions du monde. Les exploits de l’équipe phare de la LCK, SKT T1, ne sont plus à prouver. Mais déjà, les Worlds 2017, où ils perdirent 0 à 3 face aux Samsung Galaxy, étaient annonciateurs d’une petite baisse de régime. Mais personne ne s’attendait à les voir sombrer aussi subitement en 2018.

Habitués du top du classement, ils finirent difficilement à la 4e place du Spring Split (9-9), participant in-extremis aux playoffs pour n’y finir qu’à la 4e place. Tout empira au Summer Split : une 7e place (8-10) et pas de participation aux playoffs. Pour enfoncer le couteau, ils terminèrent dernier du gauntlet, perdant alors tout espoir d’aller aux Worlds 2018.

C’est Gen.G qui remporta la fameux sésame, remontant tout le gauntlet, remportant même leur match face aux Griffin, les Challengers Coréens arrivés au Summer qui surprirent toute la LCK !

Les espoirs étaient alors portés par Afreeca Freecs, Gen.G et KT Rolster ! Malheureusement, et pour la première fois depuis les premiers Worlds, aucune team coréenne ne s’est hissée en finale. Gen.G a déçu en finissant 1-5 dans le groupe de Cloud9, Vitality et RNG. Afreeca Freecs, après une phase de groupe compliquée, a échoué face à Cloud9 en quarts de finale. KT  basculera aussi en quarts de finale face aux monstres chinois Invictus Gaming. La Corée s’arrêtera donc aux portes des demi-finales, mettant un terme à des années de suprématie sans conteste.

Worlds 2018 – Invictus Gaming humilie Fnatic, les “champions” européens

L’événement le plus attendu de l’année n’aura décidément déçu personne. Royal Never Give Up, l’équipe chinoise, avait littéralement tout gagné en 2018 : Spring, MSI, Asian Games, Rift Rivals, Summer… il ne restait plus que les Worlds pour réussir l’exploit d’une vie. La seule compétition que n’avait pas remporté Uzi, l’ADC devenu légende. Tout le monde s’attendait donc à une finale en grandes pompes entre RNG et KT Rolster.

Malheureusement pour eux, il n’en fut rien, et le déroulé des Worlds alla de surprises en surprises.

Lire aussi :  Sylas le Révolutionnaire déchaîné arrive et il en a gros !

On ne peut décidément pas éclipser la phase de Play-In, qui permit à G-Rex, Cloud9, G2 Esports et EDward Gaming de participer à la phase de groupes ! Nous retrouverons ces 3 dernières en quarts de finale (et en demi pour C9 et G2 !).

KT Rolster échouera en quarts contre IG, comme Afreeca Freecs face à C9. Surprise aussi du côté européen, G2 parviendra à s’imposer face aux RNG, faisant mentir tous les pronostics de la communauté et des “spécialistes” !

Les demi-finales étaient alors composées de 2 équipes européennes (Fnatic et G2), une équipe nord-américaine (C9) et une équipe chinoise (IG). Elles se termineront en moins de temps qu’il ne faut pour dire “Ouf !”. Fnatic ne laissera pas souffler les C9, qui étaient pourtant sur une série de victoires démentielle depuis le Summer Split. Pour G2, les chants hérités de la victoire face à RNG se stoppèrent net. Invictus Gaming, avec un TheShy et un Rookie au plus haut de leur forme ramenèrent l’équipe européenne à une dure réalité : la défaite. 3-0 pour Fnatic et Invictus Gaming.

L’Europe gardait encore espoir ! Une de ses équipes, considérée comme la plus forte des LCS EU, était arrivée en grande finale ! (ce n’était pas arrivé depuis la saison 1 !). En plus, contre l’équipe d’Invictus Gaming, qu’ils avaient battu deux fois d’affilée en phase de groupes (2e match et tie break). Un match qui s’annonçait donc à l’avantage de l’équipe européenne vu les derniers résultats.

Malheureusement, les attentes européennes s’arrêtèrent net. La grande finale tant espérée sera une suite de no match à l’avantage de la Chine. Certains parleront de disrespect, de contre-performances de Bwipo, de mauvaises drafts. Fnatic aurait dû placer sOAZ titulaire dès le début ! Cette défaite cuisante aura ravivé de profondes blessures, et rien ne saura réconforter les coeurs des fans européens.

Dans tous les cas, Fnatic a perdu 0 à 3 face aux individualités époustouflantes de l’équipe chinoise des Invictus Gaming. Les Fnatic, pourtant champions incontestés en Europe, n’auront pas su trouver les armes pour venir à bout d’une des équipes les plus fortes de la LPL. Next.

Invictus GamingLa team d’Invictus Gaming et leur coupe amplement méritée

Open Tour France – La compétition à la française

En janvier 2018, Riot Games annonçait la création de l’Open Tour France, la nouvelle compétition française de League of Legends ! Celle-ci a fait suite au Challenge France (et a aussi signé son arrêt définitif) et avait pour objectif de révéler les champions français.

Organisée au départ autour de sept étapes, elle devait permettre aux joueurs ayant un niveau minimum Platine V de participer à des qualifiers en ligne. Les huit premières équipes du qualifier pouvaient alors participer gratuitement à la LAN liée et voyaient les coûts de leurs déplacements remboursés par Riot Games.

Via son classement par points (fonction de la place de l’équipe aux qualifiers et aux LAN), l’Open Tour France a permis aux 2 meilleures équipes du circuit d’accéder, deux fois par an, aux European Masters, la nouvelle compétition européenne en parallèle aux LCS.

Pour 2019, l’Open Tour France évoluera avec la Ligue Française de League of Legends (LFL), qui sera co-produite par Webedia et en partenariat avec O’Gaming, en charge de la diffusion et du cast de l’intégralité de la ligue. Celle-ci réunira les 8 meilleures équipes de la scène française, qui devrait être annoncées début janvier 2019.

Lire aussi :  Sylas le Révolutionnaire déchaîné arrive et il en a gros !

Un nouveau jeu made in Riot Games ?

C’est en tout cas ce qu’a annoncé l’éditeur de League of Legends. En somme, prouver que le “S” à Games est bien là pour quelque chose ! Evidemment, Riot Games n’a pas développé qu’un seul jeu vidéo : les plus anciens d’entre nous se souviennent des mini-jeux développés par Riot : Cho’Gath Eats The World, Blitzcrank’s Poro Roundup, Teemo Diablotin ou encore Ziggs Arcade Blast.

Mais là, on parle bien d’un véritable jeu, qu’il soit esport ou non.

Dernièrement, l’éditeur a surpris la communauté en dévoilant la nouvelle carte interactive de Runeterra, le monde fantastique où prend place l’univers de League of Legends. Des rumeurs de RPG et de MMO avaient alors été lancées d’un même cri par la communauté de fans. Chose dont s’était amusé Marc Merrill dans un tweet.

Néanmoins, le prochain jeu de Riot ne sera pas forcément en lien avec l’univers de League of Legends. Dans tous les cas, il sera orienté vers une niche, des joueurs et un style de jeu particuliers. Et il durera dans le temps.

Riot Games a indiqué vouloir sortir une poignée de gros jeux tous les 10 ans ! Ils n’ont pas fini de nous étonner.

Ce qu’il ne fallait pas manquer !

Evidemment, il était difficile de faire tenir toutes les grosses actualités de Riot et League of Legends dans un seul article ! Petite liste des faits importants (ou pas) qu’il ne fallait surtout pas manquer.

Sneaky, le roi du cosplay au féminin

Sneaky, l’ADC de l’équipe nord-américaine Cloud9 est passé maître dans le cosplay féminin. Entre Sivir livreuse de Pizza, Dark Lux, Xayah, ou même Bowsette, Sneaky étonne autant qu’il  laisse ébahi. Le travail derrière chaque cosplay est tout bonnement énorme, et le visage et les formes du joueur conviennent parfaitement  à ses styles de cosplay. Je ne pourrais pas en faire autant.

sneaky cosplayCrédit : Gamegeek

K/DA, le tube made in KPOP

Le clip (et les skins) K/DA, a atteint les 100 millions de vues en seulement un mois, dépassant par la même occasion le clip officiel des Worlds 2018 Rise. Un gros coup marketing de la part de Riot Games, qui a remplit ses caisses pour au moins 10 ans, vu la hype autour des skins K/DA (et d’Akali).

Nouveaux champions et reworks

Dans l’ordre d’apparition, Kai’Sa, Pyke et Neeko ont été les nouveaux champions de 2018 ! Une ADC agressive, devenue un must have sur la botlane, un support assassin, qui a ravi les supports abrutis par des années de Jaina spam bouclier et enfin Neeko, une midlaner hybride haute en couleurs. Ces derniers ont aussi été accompagnés de 3 reworks de champion : Aatrox, qui est devenu avec Urgot un monstre de la toplane, Akali et Nunu et Willump, que l’on voit assez peu sur la faille d el’invocateur.

Pre-saison 2019

On ne pouvait terminer ce récapitulatif de l’année 2018 sans revenir sur la pré-saison 2019. Ajouts de boucliers aux tourelles, des primes plus importantes, de la réduction du temps d’apparition des monstres épiques et des statistiques de runes supplémentaires ! Un cocktail fort intéressant qui annonce une excellente saison compétitive 2019 !

En savoir plus sur l'auteur
Rédacteur en chef

Suivez le sur Twitter Suivez le sur Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.