LoL Open Tour France 2019 – Qui pour détrôner Lunary ?

Du 1er au 2 juin se déroulera l’Etape 3 du LoL Open Tour France 2019. Pendant presque 2 mois, l’ensemble des équipes se sont entrainées et ont peaufiné leurs stratégies. Des semaines qui ont permis aux formations de LFL ou d’Open Tour de s’affronter en LAN, que ce soit à la Gamers Assembly ou la DreamHack Tours. Quelle conclusion peut-on en tirer ? A-t-on trouvé le roster qui fera tomber Lunary et relancer le classement général ?

Lol-open-tour-etape-3

Le week-end prochain, nous aurons droit à la troisième édition du tournoi amateur, le LoL Open Tour France 2019. Comme énoncé par Riot France, l’Open Tour est la compétition permettant de révéler les champions de demain. Ces talents qui ont espoir de se faire remarquer pour atteindre le monde professionnel de la LFL.

Cependant pour se faire repérer, il est avant tout important que ces petits génies atteignent l’une des 8 premières places à la fin de la saison. En effet, les 8 formations les mieux classées seront qualifiées pour les playoffs et affronteront les équipes de la LFL. Il est évidemment primordial que ces rosters cumulent assez de points au classement parmi les 144 line-up participantes.

Tout en haut de la hiérarchie se trouve les Lunary, alias les “Alphas”. Ces derniers ont gagné par deux fois la compétition. Les vieux roublards ont réussi à prouver qu’ils n’étaient pas usés en gagnant l’Étape 1 face à Zephyr E-sport. Ensuite les prénommés “Champions du monde d’Europe” ont de nouveau démontré leur expérience en gagnant la finale contre On Sait Pas (dorénavant IziDream).

Classement du LoL Open Tour

Rang Équipe
Points
1 Lunary (LNY) 1300
2 On Sait Pas (OSP) 965
3 Bastille Legacy (BTL) 850
4 Powners (PWN) 685
5 Zephyr E-Sport (ZPR) 650
6 C’est cadeau (KDO) 520
7 Omerix eSport (OMX) 370
7 Alphas Slayers (ASL) 370
9 Elan DEspoir FR (EDE) 260
9 Opportunity Esport (EOP) 260

séparateur league of legends

Le niveau Open Tour n’est pas aussi faible qu’il n’y parait

Après la première étape du LoL Open Tour, le jungler de l’équipe Lunary, Narkuss, avait été interviewé par LoL e-sport :

« Pour moi, on était favori car on était top 8 du LoL Open Tour France 2018 et vu que l’on est pas en LFL et que 8 équipes ont rejoint la ligue, c’était normal de réaliser un aussi bon résultat le week-end dernier.

Il y avait quelques bonnes équipes, mais elles se sont faites surprendre ou ont tout simplement mal joué contre des mix (des équipes créées pour l’occasion) et du coup, on s’est retrouvé un peu seul dans ce tournoi et on a gagné plutôt facilement.

[…]Il y a beaucoup d’équipes dans le LoL Open Tour France qui sont intéressantes en termes de niveau et en termes de joueurs […] Le problème, c’est que les gens jouent comme en soloQ. Donc dès que tu as un plan de jeu ou que tu joues simplement mieux, tu gagnes. »

En conclusion de son intervention, le niveau des équipes présentes à l’Open Tour 2019 était relativement moyen, voire faible. Nous connaissons le personnage, il a parlé sans langue de bois en exprimant clairement pourquoi ces équipes n’avaient pas le niveau pour rivaliser en LFL.

Or, lors de ces deux derniers mois, les équipes de la LFL ont rencontré des difficultés face aux rosters de la ligue amateure. En effet, au cours de la Gamers Assembly, Lunary a expédié l’équipe première, Solary en loser. De même que pour MCES qui se sont faits surprendre par la line-up IziDream. En revanche, la réelle révélation de la lan fut Unfazed Esport qui a démontré qu’ils avaient le niveau pour battre des équipes de LFL. Notons aussi la très bonne performance et surtout la régularité de Bastille Legacy pendant le tournoi.

L’Open Tour est enfin pris au sérieux !

Ces deux derniers mois, trois équipes ont réussi à tirer leur épingle du jeu, Bastille Legacy, IziDream et Unfazed Esport, notamment durant la Gamers Assembly 2019. Ils ont témoigné du niveau futur de la LFL. De quoi rassurer les structures en constante recherche de talents.

Pour comprendre la difficulté qu’une équipe LFL peut avoir face à des équipes de l’Open Tour, nous vous invitons à visionner le film “Dos au mur” de *aAa* :

Au fil du court-métrage sur l’aventure de l’équipe *aAa*, le staff technique a évoqué plusieurs éléments en référence à l’Open Tour. Commençons par la déclaration de l’assistant coach, Gaëtan “Apo” Cottrel :

« Le retour en lan ça permet de revoir tous les gens qu’on ne voit pas forcément dans l’année, parce que en LFL il n’y a pas tout le monde. On peut se mesurer avec des équipes d’Open Tour, on peut vraiment voir comment sera le futur par rapport au niveau français et si on a des choses à remettre en question, par rapport à notre “supériorité”de joueur de LFL. Ça permet parfois de se prendre de bons coups aux fesses et de se dire qu’il faudrait peut-être qu’on respecte tout le monde. »

Le coach principal, Fabrice “Damon” Demeyer en a aussi profité pour dire son ressenti sur une équipe d’Open Tour. Particulièrement sur Bastille Legacy. À un moment crucial pour une place en finale de la Gamers Assembly 2019 :

« Après la première game contre Bastille, honnêtement je pense que ça va être compliqué malgré tout. On gagne, on est content, on a montré notre jeu. Mais derrière je me dis que c’est quand même une équipe d’Open Tour qui est vraiment forte et qu’ils peuvent potentiellement nous faire mal. Je ne suis pas totalement serein. »

La suprématie de Lunary est terminée !

Bien que les équipes d’Open Tour aient enfin démontré leur réel potentiel, il fallait confirmer ces belles performances. Pour consolider cette idée, l’un des grands rendez-vous de l’année était la DreamHack Tours.

À la différence de l’année dernière, nous n’avions malheureusement pas eu le droit à tout le gratin français. Seulement 16 équipes auront fait le déplacement pour l’événement, nous sommes bien loin des 64 équipes des années précédentes. Malgré cette grande différence du nombre d’équipe, cela nous a permis d’en ressortir une belle pépite. Effectivement, la présence de Delta Project a compliqué les choses pour les équipes jumelles Solary/Lunary. Ils ont affiché une réelle opposition face aux favoris de la compétition, réussissant même à éliminer Lunary en finale du loser bracket.

Ce week-end, nous pouvons être certains que ces quatre équipes, Bastille Legacy, Delta Project, IziDream et Unfazed Esport démonteront point par point les allégations de Narkuss.

En savoir plus sur l'auteur
Rédacteur freelance pour Connectesport • Community Manager et rédacteur chez Team Oplon

Suivez le sur Twitter Suivez le sur Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.