LoL Open Tour – Unfazed Esport, l’adversaire n°1 de Bastille Legacy

Unfazed Esport est l’exemple parfait de l’expression “montée en puissance”. D’outsider à un très sérieux prétendant au titre de champion, l’équipe de Sakkyen a prouvé qu’elle était capable de tenir en respect les plus grosses équipes du Lol Open Tour, voire de la LFL.

Qui peut s’asseoir à la table et déclarer qu’ils ont battu les doubles champions Lol Open Tour France 2019, Lunary ? Ils sont à ce jour deux : Bastille Legacy pendant la finale de l’étape 3 et Unfazed Esport au second tour des phases finales de l’étape 4. Même si les “Alphas” ne sont plus aussi performants que les précédentes étapes, le roster reste et restera un très sérieux adversaire.

Ce qui va nous intéresser ici est la formation d’Unfazed Esport. Cette dernière est un challenger redoutable. Ils ont déjà démontré qu’ils pouvaient mettre une grosse équipe de la LFL dos au mur. En effet, pendant la grande finale de l’Occitanie Esport 2019, ils ont réussi à accrocher une victoire dans un Bo3 contre GamersOrigin. Cette dernière est sortie grand vainqueur de la compétition. Rappelons tout de même que pendant le Spring Split, GamersOrigin a terminé second au classement de la LFL. C’est dire à quel point le niveau d’Unfazed Esport est bien au-dessus d’une grande majorité des équipes présentes en Open Tour.

Avec une telle performance lors de l’OES 2019, on pouvait s’attendre d’eux qu’ils détrônent les nouveaux doubles champions, Bastille Legacy. Or, Sakkyen et sa bande ont malheureusement trébuché en finale de l’étape 4 Open Tour face à BTL.

Pour comprendre les raisons de leur défaite, leurs parcours, leurs ambitions, nous avons interviewé les membres d’Unfazed. C’est à cœur ouvert qu’ils montrent à tous qu’il est possible d’être le n°1 à force de travail et de confiance en soi.

Unfazed, pas si imperturbable que ça…

Unfazed-Esport-EOS2019Credit : Twitch VonguruTV

Bonjour l’équipe ! Pouvez-vous vous présenter ?

Neji (manager) : Bonjour, j’ai 27 ans, on me connaît sous Neji. Je suis actuellement le manager d’Unfazed Esport. Dans l’équipe je suis accompagné par Senzu au top, Zenoz en jungle, Vulca au mid, Sakkyen en ad carry et Sengleur en support.

Vulca (mid) : Bonjour, je m’appelle Mickaël Rigot, plus connu sous le nom de Vulca. Je suis le midlaner de la team Unfazed Esport qui est composée de mon frère Sengleur, Zenoz, Sakkyen et Senzu le petit nouveau.

Sengleur (sup) : Salut, moi c’est Christopher Rigot plus connu sous le pseudo Sengleur, j’ai 19 ans et je joue support pour Unfazed Esport.

Unfazed Esport est nouveau sur la scène esport, peut-on en savoir plus sur cette structure ?

Neji (manager) : Unfazed Esport est une structure Franco/Suisse qui est en plein développement. Elle est remplie d’un potentiel visible et mesurable. Sur le plan esport, la structure fait en sorte que les joueurs se sentent comme chez eux et gardent un jeu pro. Avec le développement de notre scène et l’arrivée de la LFL, elle aimerait s’imposer sur le territoire français et pourquoi pas y accéder. La structure est sérieuse et elle a toujours respecté ses engagements jusqu’à présent.

Récemment, vous êtes sortis 2e de l’Occitanie. Après un super parcours, vous aviez été confronté en finale à l’une des meilleures équipes de France, GamersOrigin. Comment s’est déroulée votre préparation ?

Neji (manager) : En toute sincérité, nous n’avons pas eu beaucoup de temps pour nous entraîner, Jiren ne voulant plus continuer avec nous, nous avons testé un premier mid, mais cela n’a pas été très concluant. Et nous avons réfléchi à d’autres midlaner et Vulca s’est imposé logiquement. Parce qu’il connaissait tous les joueurs. Dans un premier temps son frère Sengleur et pour le reste de l’équipe, il avait déjà team up avec Bando. Zenoz et Sakkyen sont très proches de lui. Une fois l’équipe constituée, nous avons seulement pu faire 4 scrim.

Zenoz (jgl) : On n’a pas vraiment eu de préparation, on n’avait pas scrim depuis presque plus d’un mois à cause des changements de joueurs qu’on a dû faire. Mais malgré ça on a quand même un bon niveau de base et le fait qu’on s’entende tous extrêmement bien que ça soit in-game ou hors game a fait qu’on a pu faire une bonne perf !

Vulca (mid) : Étant prévenu à la dernière minute que Jiren ne voulait pas venir, je suis donc venu en sub avec seulement 4 games. Avec cette équipe, je connaissais déjà Bando et mon frère (Sengleur). D’ailleurs, j’avais déjà joué avec eux auparavant. Je ne me faisais pas de soucis sur notre niveau individuel. Ayant acquis pas mal d’expérience, notre communication et entente en jeu était vraiment bonne, ce qui nous a permis de battre une fois GO en finale du winner bracket.

Sengleur (sup) : On a recruté Bando une semaine avant l’Occitanie. On a dû faire 4-5 scrims mais on savait que son style de jeu ressemblait au nôtre. Avec une bonne cohésion d’équipe, on a réussi à décrocher le top 2 et quelques games à GamersOrigin même si on voulait finir 1er.

Vous aviez réussi l’exploit de gagner un BO3 + un match sur un Bo3 face à GO en grande finale. Peut-on enfin dire que le niveau de l’Open Tour est monté d’un cran depuis la première étape ?

Neji (manager) : Je pense que le niveau global de l’Open Tour reste en dessous de la LFL sauf peut-être pour les tops équipes de l’Open Tour. Parce que les moyens mis ne sont pas les mêmes. Mais on voit bien qu’il y a une nette progression pour la majorité des équipes. Et c’est ce qui est bien, la LFL donne cette motivation à ce que toutes les équipes progressent.

Zenoz (jgl) : Je pense juste que surtout entre le top 3 open tour et la LFL, il n’y a pas un si gros écart de niveau que ça comparé à ce que beaucoup de joueurs disent. Il y a beaucoup de vétérans / bons joueurs qui font partie du top 3 open tour qui pour moi ont tout autant leurs places en LFL que les joueurs français en LFL.

Vulca (mid) : Je pense que le niveau Open tour reste en dessous de la LFL excepté BTL/IZI et nous par manque d’expérience, ainsi que d’individualité, mais le plus important reste la communication et l’entente entre les joueurs.

Sengleur (sup) : Les joueurs de l’Open Tour s’améliorent d’étape en étape donc c’est sûr. Il y a même des équipes Open Tour qui sont capables de prendre des équipes LFL.

 

Vous êtes actuellement 7e au classement Open Tour. Une position qui vous permet donc de participer aux playoffs de la fin de saison. L’objectif est de rester dans le TOP 8 ou vous êtes plus ambitieux ?

Neji (manager) : Bien entendu nous somme plus ambitieux, toute équipe vise le top 1 de l’Open Tour. Mais il ne reste plus beaucoup d’étapes et les points sont cruciaux. Nous visons un top 3 Open Tour si on peut faire mieux on le fera. Mais l’objectif principal étant de se stabiliser dans ce groupe de 8 pour pouvoir affronter les équipes LFL en fin d’année.

Zenoz (jgl) : Je pense qu’on a commencé l’Open Tour assez tard ensemble du coup on va devoir rattraper notre retard, mais clairement on vise le top 3 minimum.

Vulca (mid) : L’objectif de toute l’équipe est de viser le top 1 Open Tour et puis déloger les team LFL par la suite.

Sengleur (sup) : Nous visons actuellement un top 3-4 du classement.

Hormis cette dernière étape, vous aviez toujours fait TOP 9-16, qu’est-ce qui a été le déclic pour que vous puissiez enfin atteindre la finale de l’Open Tour ?

Neji (manager) : Le déclic fût le changement de joueur. Nous n’arrivions pas à trouver une synergie qui convenait à tout le monde. L’arrivée de Bando et Vulca a fait beaucoup de bien à l’équipe. Étant deux joueurs d’expérience, ils ont su ramener à chacun leur manière ce qu’il manquait à l’équipe pour avoir ce déclic. De finir 2e de l’OES a permis de donner la confiance à l’équipe qu’on avait un peu perdue en se faisant éliminer par Zephyr lors de l’avant-dernière étape. L’arrivée de Senzu a été très agréable, il s’est très vite adapté à l’équipe et a montré que l’équipe pouvait compter sur lui pour la suite des événements.

Zenoz (jgl) : Il n’y a pas eu de déclic particulier.  Nous avons changé la moitié de notre roster et on se sent tous beaucoup mieux avec cette formation. Surtout moi avec le changement de mid, Vulca m’apporte énormément ingame pour que je puisse appliquer mon style de jeu agressif sur toute la carte.

Vulca (mid) : Je pense que le “déclic” s’est fait via Zenoz, il était bridé avec Jiren au mid car il manquait d’agressivité et Stiles de pool de champions. Ayant rejoint l’équipe depuis peu je permets à Zenoz de mieux s’exprimer. Actuellement, je shootcall en early, mes calls motivent les troupes.

Sengleur (sup) : L’investissement dans une équipe, l’entente et le playstyle des joueurs et surtout la motivation d’aller chercher cette finale .

Vous étiez l’une des rares équipes de l’Open Tour à avoir battu Lunary. Une sortie forcément très remarquée, qui plus est, sans grande difficulté. Aviez-vous ressenti un step-up de votre part, ou juste Lunary bien en dessous ?

Neji (manager) : Lunary n’avait pas son équipe de base, ils n’ont pas eu beaucoup de temps de jeu avec leur nouvelle équipe. Je pense que c’est ce qui leur a fait défaut. De notre côté, on venait de sortir de l’OES 2019, on était confiant sur notre niveau de jeu. Malgré le départ de Bando, Senzu a su très vite s’intégrer au groupe et mettre ses talents au profit de l’équipe. Ce qui nous a permis de battre Lunary.

Vulca (mid) : Je pense que l’équipe a step up depuis que je l’ai rejoint et surtout grâce à l’Occitanie Esports où nous avons acquis pas mal d’expérience face à GO. Lunary est certes un peu moins forte qu’avec Chap, mais je ne pense pas que ce soit cela qui nous a permis de décrocher une victoire aussi vite.

Sengleur (sup) : Pendant cette étape d’Open Tour, Lunary était en dessous, car ils n’avaient par leur line up de la dernière Gamers Assembly, même si on les a déjà vaincus en lan. On reste tout de même content de les sortir hors des tournois.

Récemment, vous aviez eu la venue de l’ancien manager d’Oplon, Neji. Depuis son arrivée, vous arrivez enfin à performer ou est-ce une simple coïncidence ? Qu’apporte-t-il à l’équipe ?

Zenoz (jgl) : Avoir un manager est assez obligatoire pour l’organisation qu’il nous apporte et Neji travaille extrêmement bien !

Vulca (mid) : Je pense qu’on est plus libre, nous pouvons mieux nous concentrer sur notre jeu, car il fait très bien son travail vis-à-vis de la communication entre les joueurs et la structure.

Sengleur (sup) : Neji apporte beaucoup à l’équipe, il est un point essentiel de la team (entre la communication équipe – structure). Il nous permet de nous focaliser sur notre niveau de jeu.

Quelle équipe souhaitez-vous absolument éviter dans les premiers tours ?

Neji (manager) : Malheureusement, cette année le système de BO1 n’est vraiment pas approprié pour voir réellement le niveau des équipes. Du coup, je dirais BTL et IZI pour pouvoir les affronter lors d’une finale en BO3.

Zenoz (jgl) : Je veux éviter aucune équipe, je veux juste montrer à tout le monde qu’on peut largement les détruire.

Sengleur (sup) : Je pense que dans les 1er tour on veut éviter BTL ou IziDream pour ne pas avoir une finale avant la finale.

À l’inverse de la question ci-dessus, quelle équipe souhaitez-vous affronter ? Par revanche ou pour mesurer votre niveau.

Neji (manager) : On aimerait pouvoir affronter à nouveau BTL avec un peu plus d’entrainement étant donné que Senzu nous a rejoints depuis peu. Ainsi qu’IZI pour voir où on se situe entre les deux équipes.

Vulca (mid) : Je pense qu’on aimerait affronter BTL en finale. Ainsi montrer ce qu’on vaut vraiment après s’être correctement entraîné avec la nouvelle recrue, Senzu.

Sengleur (sup) : BTL ou IziDream mais plus loin dans l’arbre, en Bo3 ou Bo5.

 

Avec l’arrivée de la Division 2, la scène LoL passe un nouveau cap. Qu’en pensez-vous ?

Neji (manager) : Pour ma part je pense que c’est une très bonne chose. Cela permettra à certaines structures un peu frileuses de vouloir investir sur des équipes. L’intérêt à présent est une place en LFL, ce qu’on n’avait pas avec l’Open Tour. Et cela permet réellement de distinguer les différents échelons entre pro, semi-pro et amateur.

Sengleur (sup) : C’est bien que la scène française évolue aussi vite et ça permettra de découvrir de nouveaux talents français.

Qu’est-ce qui manque à l’équipe pour battre BTL ?

Neji (manager) : Plus d’entraînements en équipe, comme dit précédemment avec le départ de Bando pour GO et l’arrivée de Senzu on n’a pas eu beaucoup de temps pour s’entraîner. Malgré leur changement de mid, BTL reste une équipe très forte au niveau de la vision, surtout que le quatuor joue ensemble depuis le début de saison.

Zenoz (jgl) : Juste quelques scrims, vu qu’on a chaumé depuis 5 mois, faut qu’on travaille nos plans de jeux et nos draft, sachant que depuis on a vraiment tout fait au talent.

Vulca (mid) : De l’entrainement, on n’en a pas eu beaucoup, voire aucun avec le nouveau top Senzu depuis le départ de Bando chez GO. Je pense que le plus gros point fort de BTL est la vision et le fait qu’ils jouent bien ensemble. Je pense qu’individuellement, ils sont un peu en dessous de notre équipe, on va donc travailler dessus.

Sengleur (sup) : Un peu d’entraînement sur comment les jouer, car ils sont très bons sur la vision et la macro.

Trouvez-vous que le niveau de l’Open Tour est bon, assez bon pour battre des équipes en LFL ?

Neji (manager) : Je pense que le top de l’Open Tour est capable de battre des équipes LFL, ils l’ont montré à plusieurs reprises. En ce qui concerne les autres équipes, on a trop peu d’informations vu qu’il n’y a pas eu beaucoup de confrontation.

Zenoz (jgl) : Seuls trois équipes ont le niveau pour battre des équipes LFL. Selon moi c’est IziDream, BTL et Unfazed Esport. Quant aux autres équipes, je pense qu’il leur manque quelque chose pour prétendre battre des équipes LFL.

Vulca (mid) : Non je pense que seules 3 teams se démarquent en Open Tour (IziDream, Bastille Legacy, Unfazed Esport), le reste pourra upset 1 game mais cela reste peu probable.

Sengleur (sup) : Il y a des équipes qui peuvent battre des équipes LFL. J’ai hâte de faire le tournoi LFL vs Open Tour, montrer que nous sommes capables du meilleur comme on l’a fait pour GamersOrigin.

Vous verra-t-on en lan ? Lesquelles ?

Neji (manager) : Oui bien sûr les lan nous réussissent bien. Avant que je rejoigne l’équipe, ils avaient déjà fait top 4 à la GA et avec notre top 2 à l’OES cela montre que les joueurs sont à l’aise dans ces événements. Nous attendons les annonces pour la deuxième moitié de l’année. Ce qui est sûr, c’est que si l’ESWC Metz est annoncé, nous y serons.

Zenoz (jgl) : Toutes les lans disponibles, on y sera.

Neji, en tant que manager d’une équipe, qu’est-ce qui est le plus dur à gérer ?

Neji (manager) : En tant que manager le plus dur à gérer c’est l’euphorie des joueurs. Je m’explique, ils ont fait de très bons résultats dernièrement. Il faut savoir garder la tête froide et continuer à travailler, ne jamais se reposer sur ses acquis. Beaucoup d’équipes nous attendent au tournant. La compétition est longue, elle est étalée sur toute l’année avec seulement une étape par mois, avec des matchs en BO1 jusqu’en demi-finale. Je pense que le plus dur est de réussir à garder l’équipe à un très bon niveau sur une telle durée avec si peu de match.

Qui sont les joueurs qui vous ont le plus impressionné au sein de l’Open Tour ?

Neji (manager) : Je suis impressionné par le niveau de JeanDidierGnar et Seelame. Je suis très content de voir l’évolution qu’ils ont eue. Surtout que je les avais eus en tant que joueur chez Oplon pour la fin de l’année 2018.

Zenoz (jgl) : Seelame entre l’année dernière et cette année ce n’est plus du tout le même joueur, il a énormément step up et c’est assez cool de voir ça. J’espère que son step up ne s’arrêtera pas là.

Le mot de la fin ?

Neji (manager) : J’aimerais remercier Unfazed Esport pour la confiance et le soutien qu’il nous apporte, ainsi qu’à mes joueurs pour la confiance qu’ils m’accordent. On va continuer de tout donner. La route est longue, jonchée d’épreuve et on sera au rendez-vous.

Petit message personnel : croyez-en vous, rien n’est impossible, personne ne peut vous dire ce que vous êtes capables ou n’êtes pas capables de faire.

Keep focused !! Keep working !!

Sengleur (sup) : On revient plus fort et on va tout détruire sur notre passage !

En savoir plus sur l'auteur
Rédacteur freelance pour Connectesport • Community Manager et rédacteur chez Team Oplon

Suivez le sur Twitter Suivez le sur Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.