League Of Legends

Riot Games a annoncé la dissolution de la ligue OPL, quelques jours seulement après la meilleure performance aux Worlds pour une équipe australienne. Les équipes pourront toujours se qualifier pour le MSI et les Worlds, et les joueurs de la ligue ne compteront plus pour des imports en LCS.

ligue opl

L’Oceanic Pro League (OPL) aura tenu cinq années avant que l’éditeur de League of Legends ne décide aujourd’hui de la fermer.

C’est dans la matinée que le compte officiel de l’OPL a partagé l’article révélateur de lolesports. Dans ce dernier, Malte Wagener, le directeur général de l’Amérique du Nord et de l’Océanie et Tom Martell, le directeur des opérations de l’esport international de League of Legends, ont dévoilé ce qu’il allait advenir de la ligue OPL.

Après plus de cinq ans d’existence, la région Océanique n’a pas atteint les objectifs fixés par l’éditeur. En plus d’être jugée trop peu compétitive, l’OPL n’a apparemment pas réussi à mettre en place une croissance commerciale viable sur le long terme et à bien formaliser l’engagement de ses fans. L’éditeur a déclaré qu’au vu de la situation du marché, il n’était plus en capacité de soutenir la ligue plus longtemps.

L’OPL est donc officiellement dissoute, et les bureaux australiens de Riot Games de Sydney ont été fermés.

Pour autant, Riot n’a pas totalement laissé l’écosystème livré à son sort.

Nous restons engagés à soutenir nos joueurs professionnels de la région dans la poursuite de leur carrière. À partir de la saison 2021, nous ajoutons l’Océanie aux LCS : les joueurs de la région ne seront plus considérés comme des imports en LCS. Cela ouvrira de nouvelles opportunités en Amérique du Nord pour les meilleurs joueurs de l’OPL. Nous organiserons également des tournois de qualification en Océanie pour le MSI et les championnats du monde en 2021, ce qui permettra aux équipes de la région de continuer à être représentées lors de nos deux grands événements mondiaux.

Riot Games

Cette décision pose beaucoup de questions aux fans d’OPL et des NA. L’Amérique du Nord est en grande difficulté aux championnats du monde, et comme tous les ans, les analystes et fans critiquent la stratégie d’import et les hauts salaires de la ligue nord-américaine. Tous semblent s’entendre sur la nécessité de développer les jeunes talents via les équipes académiques.

L’ajout de joueurs australiens dans la pool des joueurs nord-américains est en ce sens contre-productive, tous ne pouvant pas se permettre de résider aux Etats-Unis. Les clubs NA privilégieront quant à eux au choix les imports de régions majeures (LEC ou LCK) ou les talents mûrs des ligues académiques. Il y a peu d’espoir que des joueurs d’OPL soient choisis – même si 100 Thieves a prouvé le contraire fin 2019 en recrutant l’australien Tommy « Ryoma » Le.

L’avenir compétitif des joueurs australiens est mis en danger par la fermeture de l’OPL, et ils devront faire un choix entre les tentations de l’Amérique et continuer à évoluer dans les compétitions de Riot leur permettant d’accéder aux tournois internationaux.

Les avenirs des casters et créateurs de contenus de l’OPL, comme Vandie, Spawn, Rusty, EGym ou encore Skimmy, sont également placés sous l’épée de Damoclès.

Une ère se termine, une autre appelle à renaître

La ligue Océanique était principalement composée des meilleurs joueurs australiens, auxquels s’étaient rajoutés quelques joueurs venus de Chine, de Hong Kong et de Corée du Sud.

Chiefs Esports Club, Legacy Esports et bien sûr les Dire Wolves ont représenté l’élite de la ligue OPL durant ces cinq dernières années. Les critiques de Riot Games sont évidemment justes : jamais une région wildcard comme l’OPL n’avait réussi à sortir son épingle du jeu en compétition internationale – comme avait pu le faire historiquement les Flash Wolves de feu la ligue LMS.

Les tweets de soutien envers les joueurs et tous les acteurs de l’écosystème de la ligue OPL ont fleuri ce matin, peu après l’annonce officielle. De PapaSmithy, à Froskurinn en passant par Raz ou Atlust, les casters ayant fait leurs armes en OPL ont tous amèrement regretté la décision de l’éditeur.

Aux Worlds 2020 de League of Legends, c’est l’équipe des Legacy Esports qui avait représenté l’OPL au Play-In. La team a terminé deuxième de son groupe, et s’est malheureusement incliné contre LGD Gaming, eprdant tout espoir de qualifier l’OPL au Main Event.

Le club a profité de l’annonce de la fermeture de la ligue OPL pour apporter son soutien à toutes les personnes impactées par la décision de Riot Games, et a confirmé son désir de se qualifier pour le MSI et les Worlds 2021.

Réagissez !

- Il n'y aucun commentaire pour le moment -