League Of Legends

La team CONNECTESPORT a participé ce week-end au tournoi League of Legends de la DreamHack Tours 2017 où ils ont fini 14e. Nous sommes revenus avec eux sur leur entraînement, leurs performances au tournoi et leurs futurs objectifs.

Dreamhack Tours France 2017

Interview de la team CONNECTESPORT

Q – Comment vous avez préparé ce tournoi DreamHack Tours 2017 ?

Yoda : On n’a pas vraiment pu préparer le tournoi de façon macrogame en équipe. Parce qu’il y a eu des empêchements. Ça nous a fait défaut mais pas tant que ça. Parce que la macrogame en équipe, c’est ce qu’on avait travaillé le plus pour la Gamers Assembly 2017. Et en plus de ça, 3 jours avant la DreamHack, il y a la meta qui change du tout au tout (patch de mi-saison). A cause de tout ça, on a surtout joué en solo et en duo et c’est surtout sur les mécaniques qu’on a voulu travailler. On voulait avoir une phase de lane plus puissante. Et on sait que c’est l’un des points que l’on doit travailler.

Le fait qu’on n’ait pas de coach, ça nous a fait mal aussi. C’est pour ça qu’on en recherche un en ce moment. C’est beaucoup plus simple de voir les erreurs.

Q – Qu’est-ce que vous attendez de ce coach ?

Yoda : Je pense qu’il peut nous éclairer. Le jeu on connaît, la macrogame on connaît, les situations on les connaît. Je pense que c’est sur le tas, en pleine game lorsqu’on doit réfléchir à la fraction de seconde qui est difficile. C’est prendre le réflexe d’aller le plus vite possible. On est toujours en train d’hésiter « Call nashor ! Non les gars on prend la tourelle d’abord ! » Même le shotcaller hésite un peu, ce qui est normal.

Baackers : On a surtout fait de la duoQ. Et sans réfléchir, on n’analysait même pas nos erreurs, on jouait, on gagnait/perdait des LP. Après on essaie de faire un debrief rapide mais on n’a pas d’œil extérieur. Des fois je regarde après les games mais j’ai pas envie de faire tilter les gens. On passe à autre chose et voilà.

Q – Dans ces conditions là, quel était votre objectif ?

Baackers : On avait visé le tournoi pro, jouer contre les grosses équipes et voir ce qu’on valait. On n’avait pas visé de place. Et on est arrivé top 14.

Q – Concernant la phase de poules, comment s’est-elle déroulée ?

Yoda : On était dans une poule de 4. Et à part Grosbill, les deux autres équipes ne nous inquiétaient pas du tout. C’était du niveau gold/platine. Grosbill, on tenait, on tenait et ils ont mis un gros coup d’accélérateur et… Ils connaissent le jeu 100 fois mieux que nous. Ils ont joué sur l’Herald. A 14 minutes, ils avaient le premier inhibiteur grâce à l’Herald. Et faut dire qu’ils viennent d’un bootcamp de 11 jours assez intensif avec leur coach. En plus, leur jungler a eu un problème donc ils ont eu un sub. On n’aurait jamais rien pu faire contre eux. Ils visent les Challenger Series, nous pas du tout. Après, c’est dans ces games là qu’on apprend.

Q – Concernant les playoffs de l’arbre pro, vous êtes tombés directement contre Eclypsia.

Yoda : Déjà, il y a eu un BO3. La first draft, on s’est dit qu’on allait jouer quelque chose de très agressif. On va tenter le tout pour le tout, faut essayer de surprendre la première game. On peut voler une game. En fin de compte, ça ne l’a pas du tout fait. Surtout autour du pick mid.

On a fait une draft qui était pas bonne du tout. On a décidé de prendre la Ahri en first pick. En face, c’est Melon sur sa Orianna. Tout le monde dit « Ahri, c’est le counter d’Orianna« . Mais c’est le counter d’Orianna au niveau 6, avant ça, une Orianna ça bouffe quasiment tous les laners. Et au delà de ça, c’est Melon sur Orianna donc bon. Je leur ai dit clairement avant la game : « je vous préviens les gars, je vais me faire ouvrir ». Ça a pas loupé, et ils ont commencé à bouger à droite, à gauche et on s’est fait 22 minutes.

Pour la 2e game, on a retenté quelque chose de plus solide, mais avec des picks plus agressifs je dirais. Vladimir top, Zed mid, Nami/Lucian au bot et Rek’Sai en jungle. Il y avait moyen de surprendre. En plus de ça, la 2e game ils l’ont pris un peu à la rigolade au début. Tout ce qu’ils pickaient, on le savait. On a su faire la draft autour de ça. Ils nous ont un peu disrespect. A 6 minutes, j’ai pris un triplé et ça nous a remis bien. Ellis avec son Vlad, il les a gêné. Ils ont eu du mal à se mettre réellement dans la game. Après, ils ont commencé à plus se focus et ils ont terminé. Mais au moins, on les a un peu bougé. Et ça s’est fini en 35 minutes.

Baackers : Tout ce qu’ils faisaient dans la game, on le savait mais on avait 30 secondes de retard.

Q – Vous êtes donc passés dans le Loser Bracket et vous avez rencontré Nuit Blanche en BO1.

Yoda : On avait pensé à tout un format de jeu. A essayer de contrôler la jungle et focus la midlane et surtout la botlane. Et en ce moment, Nuit Blanche, c’est pas ce que c’était y a 6 mois/1 an, donc on s’est dit qu’on pouvait créer la surprise. Au final, ça s’est pas du tout passé comme prévu dans la phase de draft. Fallait qu’on apporte plus de contrôle alors qu’on s’est axé dégâts. Et vu qu’ils ont une meilleure macrogame, ça a pas duré longtemps. On a tous fait des erreurs individuelles. Manque de vision, de communication. On communique très bien d’habitude. Il y  a des moments où on parle énormément, et d’autres non parce qu’on commence à se connaître et il y a des automatismes. Mais là, ça n’a pas suffit.

Baackers : Et après ça, on a fait un dernier bracket avec ceux qui étaient comme nous top 14-18 pour pouvoir s’assigner les places. Le 1er match, on est tombé contre Arena eSport, qu’on avait déjà battu à la GA. On a fait 2-0. Et après on est tombé contre TEA.

Yoda : 1ere game, c’est la mentalité qui a peiné à mort. Certains ne voulaient plus continuer parce qu’on était vraiment fatigué et démotivé. La 2e game, on s’est remonté et on a dominé pendant 30 minutes. Et les deux derniers fights, comme on n’osait plus rien, on a fini par les perdre. On aurait dû la gagner cette game.

Q – Qu’est-ce qui vous manque pour devenir meilleurs selon vous ?

Yoda : Un coach, c’est sûr. Le niveau personnel, on n’est pas si bon que ça en soi, il faut qu’on step up. Et il nous manque du temps de jeu en équipe, beaucoup. Il y aura potentiellement des changements pour la suite, donc on devrait faire plus d’entraînements.

Au final, on finit le tournoi top 14. C’est pas si mal au regard de notre manière de jouer !

CONNECTESPORT est très fière de son équipe et de son classement à la DreamHack Tours 2017 ! Ils n’ont pas démérité face aux favoris du tournoi et ont montré ce qu’ils valaient ! Vous pouvez retrouver nos joueurs sur Twitter : EllisMiyuwYodaAzzar et Baackers !

Dreamhack Tours France 2017

Réagissez !

- Il n'y aucun commentaire pour le moment -