Flashback : les Worlds LoL saison 1 !

Alors que les worlds de League of Legends 2017 arrivent à vitesse grand V, l’équipe de CONNECTESPORT a souhaité vous faire revivre les précédentes éditions. Aujourd’hui, commençons en beauté par l’apparition de ce qui deviendra la compétition eSport la plus influente du monde !

worlds lol saison 1

Un contexte très différent

La première édition des mondiaux de League of Legends a été organisée lors de la Dreamhack Summer 2011 à Jönköping (Suède). Seulement 8 équipes y participaient : 3 européennes, 3 nord-américaines, et deux teams d’Asie. Parmi les représentants de l’Europe, on retrouve Fnatic déjà leader du continent, composée d’excellents joueurs comme Cyanide midlaner ou encore un certain xPeke en toplane. Les talonnant de près, l’équipe française against All authority (aAa) comporte notamment sOAZ et YellOwStaR, tandis que les allemands de Team GAMED!DE complètent les rangs des qualifiés européens.

Outre Atlantique, CLG fut la première grande équipe formée. Mais c’est bien Epik Gaming, composée par de futures stars comme Dyrus ou Doublelift qui part en position de favorite. TSM vit également le jour début 2011, et se qualifiera également. Enfin, pas d’équipe coréenne lors de cette édition, seulement Xan de Singapour et Team Pacific (Philippines).

Le cash prize de ces worlds était alors de 100.000$, somme relativement importante pour une première. Suite au succès de cette édition, la suivante s’est vue mieux dotée, avec 2 millions de dollars ! De quoi motiver les joueurs, dont l’objectif principal était souvent encore le classement ELO.

worlds fnatic 2011

Une compétition épique, et l’Europe récompensée

Le déroulement de la compétition débuta de manière classique. Les 8 équipes sont divisées en deux poules de 4, et s’affrontent toutes en BO1. La domination américaine se fait flagrante (3-0 pour EpiK Gaming et 2-1 pour TSM qui prennent chacune la première place de leurs poules respectives). Les deux équipes asiatiques se font éliminer, restent CLG et les teams européennes en matchs de relégation. Le reste de la compétition se joue uniquement en BO3. A ce niveau des mondiaux, aAa détruit GAMED!DE 2-0, tandis que Fnatic se hisse en demi-finale, battant CLG 2-1.

Lire aussi :  Le nouveau passif de Lissandra enfin dévoilé !

Continuant de plus belle, les deux équipes européennes prouvent leur supériorité lorsque aAa détrône TSM 2-1, et qu’à la surprise générale Fnatic écrase les joueurs d’EpiK Gaming sans les laisser gagner une seule partie. En finale, Fnatic s’impose 2-0 et envoie son vis-à-vis retrouver TSM en looser bracket. Avec l’avantage psychologique de leurs dernière rencontre, aAa confirme sa supériorité en gagnant cette fois-ci 2-0, et se qualifie pour la Grande Finale.

Enfin, après 3 parties qui resteront dans les annales, Fnatic remporte finalement les premiers worlds de League of Legends 2-1. La compétition est alors terminée. L’équipe européenne débute son empire en tant que meilleure team du monde de l’année, et recrutera deux de ses adversaires français de aAa dans les années suivantes.

dragon saison 1

Retour sur une meta encore hésitante

28 parties ont été jouées lors de ces mondiaux de League of Legends. Les équipes européennes étaient alors très fans des compositions à double AP carry. Les toplaners et les “supports” passaient beaucoup plus de temps à roam, tandis que les junglers gankaient peu et farmaient pour les teamfights de fin de partie. Des excursions à 4 voire 5 joueurs dans la jungle ennemie pour voler une paire de camps étaient monnaie courante, tandis que les compositions d’équipe étaient pour le moins extraordinaires.

Lire aussi :  Nike signe un partenariat avec Uzi !

Sur les 76 champions disponibles, 46 ont été utilisés. Parmi les grands absents “pas assez puissants”, nous retrouvons Cassiopeia, Shen, Ryze, Renekton… Tandis que les présents surprennent tout autant. Nunu a été pick or ban dans 93% des parties ! De même, sur les 6 fois que Rumble a survécu à la phase de ban, il a été choisi deux fois, pour deux victoires. Le shérif Caitlyn a perdu 4 games sur 4, tandis que Janna avait déjà un winrate de 56% (tout comme au patch 7.16 en SoloQ, 6 ans plus tard !).

Ces premiers mondiaux de League of Legends ont ouvert la porte en grand pour les éditions suivantes. Prize pool, audience, professionnalisation des joueurs et des structures… Le contexte eSport a grandement évolué depuis, en partie grâce à la volonté d’organiser des événements majeurs dans le jeu vidéo. Riot Games a créé au jeu vidéo ce que la Coupe du Monde de football ou le SuperBowl sont au sport traditionnel. Des mondiaux influents, représentants d’une seule discipline, mais dont l’aura attire même les néophytes. Les Worlds apportent une visibilité hors du commun à l’eSport, dans tous ses aspects. Préparez-vous à soutenir vos équipes préférées, car l’édition 2017 arrive à toute allure !

En savoir plus sur l'auteur

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.