Flashback : les worlds League of Legends saison 6 !

Pour le dernier volet de notre série “Flashback”, revenons ensemble sur le dernier championnat du monde de League of Legends en date, les Worlds Championship 2016 ! Après un championnat 2015 très réussi, Riot aura-t-il réussi à nous surprendre une nouvelle fois ?

Worlds saison 6

La 6ème édition des League of Legends Worlds Championship se tint dans 4 salles différentes des Etats-Unis, comme un retour au bercail pour la Coupe de l’Invocateur. Coupe qui fut d’ailleurs brandi 2 fois outre-atlantique auparavant, en 2012 et en 2013. Si une ambiance de folie était plus qu’attendue, en grande partie après la 5ème édition et le public européen en feu, quelques craintes surgirent avant l’événement. En effet, si la Saison 5 avait affiché des scores d’audiences records tout au long de l’année, la saison 6 avait dans ce domaine plutôt peiné. Certains fans avaient même abandonnés la scène professionnelle de League of Legends. Mais même si ces doutes furent fondés, Riot y répondit de la plus belle des manières, en organisant l’une des plus belles compétitions jamais vue.

Une phase de groupes pleine de surprises

Et c’est sur une première journée dantesque que ces championnats du monde s’ouvrirent. Le match d’ouverture nous réserva déjà quelques surprises : Un duel Europe/Amérique du Nord tant attendu par les 7000 supporters du Bill Graham Civic Auditorium de San Francisco ! Et à la fin, lorsque les joueurs de CLG firent exploser le nexus de G2, la salle explosa.

Mais ce ne fut pas pour autant la plus grande surprise. En effet, à 4h30 du matin, un véritable scénario à la David contre Goliath s’apprêtait à démarrer. D’un côté, INTZ, petit poucet brésilien de la compétition, et surtout complètement inexpérimentée, s’apprête à affronter l’ogre chinois EDward Gaming, l’un des grands favoris de la compétition. Favoris oui, mais voilà, la structure chinoise a décidé de laisser Lee Sin à Revolta, et Gnar à Yang. Les brésiliens muselèrent alors Mouse, le toplaner chinois, et ne lâchèrent pas leur avantage avant l’explosion du Nexus ennemi. Il en résulta l’une des plus belles victoires d’une équipe Wildcard face à une équipe favorite.

Worlds saison 6Bill Graham Civic Auditorium, à San Francisco. Théâtre de la cérémonie d’ouverture et des phases de groupes des Worlds 2016

L’Orient assure, l’Occident sombre

Malgré le faux pas chinois de cette première journée, c’est bien l’Europe qui fut la plus décevante, avec 3 défaites en autant de matchs. C’est donc avec l’envie de mieux faire qu’H2K et Splyce entamèrent cette seconde journée, et le défi fut partiellement réussi. Si Splyce se fit écraser par Royal Never Give Up, H2K récupéra sa première victoire face à la surprise brésilienne INTZ. Cette deuxième journée marqua également l’entrée des rois dans le tournoi, les champions en titre SKT affrontèrent et écrasèrent sans aucune pitié les américains de Cloud 9. Mais la peine des américains fut de courte durée. En effet, 2 heures après le massacre des SKT, un autre duel entre coréens et américains tourna en faveur de la région occidentale. TSM, qui avait mal démarré face à RNG, se reprit et malmena des Samsung complètement dépassés.

La 3ème journée débuta sur un affrontement qui semblait à première vue à sens unique. CLG, fort de sa victoire en ouverture contre G2, devait consolider son avance au classement en allant cueillir les russes d’Albus Nox Luna. Alors inexpérimentés, ces derniers couperont l’ardeur des américains en remportant une partie relativement serrée ! Dans l’autre rencontre du groupe A, les ultras-favoris de ROX Tigers vinrent à bout des champions européens G2. La rencontre fut marquée notamment par le Nocturne de Peanut complètement inattendu, qui volera d’ailleurs un baron, mais surtout par l’un des plus beaux ultimes de Kennen jamais vu dans un match professionnel, qui fit basculer la rencontre en faveur des Coréens. Merci Smeb.

Vous avez dit Surprises ?

Pour clôturer la 1ère semaine de compétition, un champion fut décisif, Aurelion Sol. Alors qu’il était désactivé de la compétition entre les jours 1 et 3 à cause d’un bug survenu lors du match TSM contre RNG. Le dragon forgeur d’étoiles fit son grand retour dans cette 4ème journée, et fut le personnage central des compositions de CLG (contre ROX) et de Flash Wolves (contre SKT). Qui aurait alors pu prédire que le simple retour de ce champion soit le déclencheur de 2 des plus grosses surprises du tournoi ? En effet, et en grande partie grâce à Aurelion Sol, CLG et Flash Wolves battirent les deux plus grands favoris de la compétition. Mais ce ne fut pas la seule surprise de la journée, loin de là. Dans le groupe A, les russes d‘Albus Nox Luna, forts de leur victoire sur CLG la veille, s’avancèrent vers des G2 n’arrivant décidément à rien, venant d’enchaîner 2 défaites de suite. Avec des champions complètement inattendus (Anivia et Brand), les russes arrivèrent à renverser le jeu européen et infligèrent à G2 leur 3ème défaite consécutive. ANX rentra ainsi dans l’histoire des équipes wildcard en égalant les deux victoires acquises par Pain Gaming en 2015. Et ce n’est que le début…

Lire aussi :  FunPlus Phoenix remporte le Summer Split 2019 de la LPL !

Un groupe de folie

Passons à la 2eme semaine de compétition ! Le 1er jour de compétition de cette 2eme semaine vit les rencontres du groupe A se jouer. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que ce groupe fut surprenant de bout en bout ! A ce moment là, ROX Tigers, CLG et Albus Nox Luna sont tous les 3 au même stade avec 2 victoires et 1 défaite. Les américains de CLG affrontent alors leur bête noire, la seule équipe à les avoir battu, ANX. Et forcément, ce qui devait arriver arriva, ANX prit la tête du groupe en battant pour la 2ème fois les américains. Décidément, les équipes wildcard ne réussissent vraiment pas à CLGROX de son côté continuait son chemin en surclassant de pauvres G2…

Puis vint la rencontre au sommet entre ROX Tigers et Albus Nox Luna ! Si une semaine auparavant, cette rencontre aurait semblé complètement déséquilibrée, à ce moment-là, tout est relancé. Ce n’est au final qu’une demi-surprise de voir Albus Nox Luna surmonter la montagne ROX Tigers, après un match à couper le souffle de plus d’une heure, qui se finit de manière incroyable.

ANX est tout en haut du groupe, avec 4 victoires pour une défaite. Une dernière victoire contre G2, qui n’a plus rien à jouer, leur assurerait la première place d’un groupe qui semblait au début inaccessible. Alors que tout le monde s’attend à voir les russes triompher, tant G2 a été décevant tout au long du tournoi, c’est bien les européens qui iront chercher leur seule victoire du tournoi. Cette rencontre inspirera d’ailleurs à Likkrit, le support et capitaine d’ANX, un discours de motivation mémorable, qu’il clamera haut et fort en interview d’après-match :

L’espoir européen

Après un groupe aussi dingue que ça, il fallait que les supporters américains aient un peu de repos. Et pourtant, Albis, le support Taïwanais d’AHQ, en remit une couche le lendemain en effectuant l’un des plus beaux vols de Nashor que l’on ait jamais vu, contre H2K.

Si ce vol fut incroyable, il ne permit malheureusement pas aux taïwanais de remporter la partie, permettant à H2K de reprendre du poil de la bête ! Dans un groupe sans véritable leader, EDG étant au final moins fort qu’attendu, la structure européenne enchaîna non pas 2, ni 3, mais bien 4 victoires d’affilées ! Ils remontèrent donc le groupe C et prenant une première place laissée par EDG. Si les européens acclamèrent H2K, ce fut au malheur d’AHQ. En effet, les taïwanais furent les grands perdants de ce groupe, leurs 2 défaites contre EDG leur empêchèrent de réitérer leur parcours de l’année dernière…

Le groupe de la mort

Dans le groupe D, qui était certainement le plus relevé, TSM, RNG et SSG étaient à égalité après la 1ere semaine, tandis que Splyce enchaînait les défaites. Mais leurs efforts furent récompensés contre RNG ! Alors que tout le monde s’attendaient à une victoire facile des chinois, comme lors du 1er match, Splyce surprit son monde et écrasa RNG dans un match à sens unique. Ce résultat profita à TSM, en course contre les chinois pour la 2ème place du groupe. Ces derniers n’avaient qu’à battre SPY puis RNG pour se qualifier en quarts de finale. Et si le match contre les européens fut une promenade de santé, la rencontre décisive face aux chinois prit rapidement une mauvaise tournure. En effet, l’Ezreal d’Uzi était incontrôlable, et RNG gagna le match. Ils se qualifièrent donc pour les quarts de finale à score égal à TSM, mais en ayant gagné leur deux rencontres face aux américains !

Des maîtres incontestés

Dans la dernière poule de ces phases de groupes, les champions en titre SKT n’ont jamais été réellement inquiétés et ont donc sécurisé la première place du groupe sans problème. Derrière, le duel entre Flash Wolves et Cloud 9 attendu par la plupart des supporters n’aura pas eu réellement lieu. En effet, I May ayant battu 2 fois les taïwanais, ces derniers ne pouvaient pas devancer C9, qui se qualifia donc en quart aux côtés des SKT.

Worlds saison 6

Une phase finale de haute volée

Avant de démarrer les quarts de finale, les coréens partaient évidemment grands favoris, et ces derniers n’ont pas déçu. Lors des deux grandes affiches (EDG/ROX et SKT/RNG), les deux ogres coréens l’ont emporté sans grand problème, ne perdant qu’une manche chacun. Ce fut encore plus facile pour Samsung. En effet le 3eme seed coréen n’a pas laissé Cloud 9 exister ! On notera d’ailleurs l’outplay marquant réalisé par Crown lors de la 1ère partie, où il récupère un kill seul contre 3 joueurs américains.

Lire aussi :  RNG qualifiés aux Worlds - L'ogre chinois veut prendre sa revanche

Dans le dernier quart de finale, le seul d’ailleurs à ne pas voir jouer une équipe coréenne, c’est H2K qui prit le dessus très facilement sur la surprise ANX, relevant ainsi la tête des européens, jusque là très décevant.

Domination sans partage

Les demi-finales furent toutes deux très différentes. Samsung vint à bout sans trop de problèmes d’H2K, la dernière équipe non-coréenne du tournoi. Mais l’autre rencontre, opposant SKT et ROX nous aura réservé de nombreuses surprises. Sur le papier déjà, l’affiche semblait grandiose. En effet, en plus d’être le remake de la dernière finale des championnats du monde, c’est également l’affrontement entre le champion du monde sortant, et le dernier champion de Corée ! Et l’affrontement nous réserva son lot de surprises. Après une première partie dominée par SKT, ROX décide de choisir Miss Fortune en dernier choix alors qu’ils ont déjà choisi Ashe plus tôt. Erreur de pick ? Non, pure stratégie pour contrer la Zyra de Wolf ! Et elle fut payante sur les deux parties suivantes, la MF de GorillA empêcha complètement Wolf de s’exprimer, permettant aux ROX Tigers de reprendre l’avantage 2/1. A la fin de la seconde partie, personne ne pourra oublier ce moment où Pray s’est transformé en véritable sniper pour empêcher Duke de se téléporter pour défendre sa base. Un vrai régal pour les yeux.

Mais malgré cette stratégie bien huilée, ROX ne put rien faire face au tenant du titre et son maître à jouer, Bengi. Ce dernier prit ses responsabilités lors de la 4eme partie en jouant pour la première fois de sa carrière professionnelle Nidalee, et à la perfection. SKT finit par s’imposer au bout d’un BO incroyablement intense, qui reste encore aujourd’hui l’un des plus beaux jamais vu. Et ce n’était qu’une demi-finale…

Une finale époustouflante

…Et la finale nous réserva également son lot de surprises. SKT partait bien évidemment grand favori à sa propre succession et à son 3eme titre de champion du monde. Mais nous ne savions que très peu de choses concernant Samsung, à part son incroyable niveau en terme de macro-game, qui leur valait d’être comparés à SKT. Et pourtant la rencontre débuta très mal pour Samsung. En effet, après 2 matchs excellemment bien gérés par SKT, Samsung se retrouva dos au mur, avec 3 balles de matchs pour SKT à remonter. Et c’est à ce moment-là, lorsque tout le monde pensait qu’SKT était sur le point de soulever son 3ème titre de champion du monde, qu’ils réussirent à trouver les forces en eux pour venir chercher l’égalisation. D’abord par une partie complètement dingue, indécise tout au long des 70 minutes de la partie qui devint la seconde plus longue de l’histoire des Worlds. Et si la partie fut serrée de bout en bout, c’est parce que Samsung doit sa rédemption à son jungler vétéran. Ambition, alors que son équipe semblait au bord du gouffre, vint chercher le Dragon Ancestral sous les yeux des SKT.

Après une 4ème game remportée par SSG qui remonta la pression mise par SKT lors des 2 premiers matchs, la 5eme partie décisive s’annonçait explosive. Et elle le fut pendant 50 minutes, jusqu’au bout de la partie, où Ruler, l’adc des Samsung, fit l’erreur de s’avancer trop rapidement vers l’équipe adverse. Son équipe fut obligée de se sacrifier pour le sauver, ne pouvant alors plus contester l’avancée rapide des SKT vers leur Nexus. SKT souleva pour la 3ème fois de son histoire la Coupe de l’Invocateur, synonyme de meilleure équipe du monde !

Un tournoi étincelant

Faker, midlaner de légende et capitaine des SKT, se vit remettre le titre de MVP du tournoi. Titre mérité qui le fit (une fois de plus) rentrer dans l’histoire en devenant le premier joueur champion du monde ET MVP du tournoi ayant joué 9 champions différents.

Ces championnats du monde furent une grande réussite. Sur le plan du public notamment, comptant plus de 43 millions de spectateurs uniques. Le tournoi fut également une grande réussite en terme de compétitions montrant sous un nouveau jour les équipes WildCard. Elles profiteront cette année d’un meilleur système pour pouvoir mieux s’exprimer lors des Worlds, cf ici). Ou encore atteignant un niveau de jeu quasi parfait et parfois très inattendu, comme les russes d’ANX ou les européens d’H2K.

Malgré ça, la Corée a une nouvelle fois prouvé sa domination sans partage sur la scène professionnelle League of Legends, plaçant ses 3 équipes en Demi-finale. Et au vu du niveau de jeu affiché par les coréens en cette année 2017, la donne risque d’être compliquée à changer !

En savoir plus sur l'auteur
Rédacteur eSport League of Legends et parfois Hearthstone. Aussi Dragofus ou Tiboloulou

Suivez le sur Twitter Suivez le sur Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.