La mixité dans l’esport au prisme du monde sportif – Entretien avec Anaïs Bohuon

S’il y a un sujet qui concentre le travail d’analyse des rédactions de l’esport, c’est celui de la “place de la femme” et des questions de mixité. Avec l’essor d’équipes et de compétitions exclusivement féminines, il est légitime de (re)faire le point sur la mixité dans l’esport, en interrogeant notamment ses passerelles avec le monde sportif. Pour comprendre ce que le sport avait à nous apprendre de l’esport, j’ai interrogé Anaïs Bohuon, socio-historienne, spécialiste des questions du corps, du genre et du sport.

mixité dans l'esport avec kayane et mar1onMar1on et Kayane lors de la conférence “Esport et Mixité” (© France Esports)

Il est toujours complexe de travailler sur le sujet de la mixité lorsque l’on est un homme. La manière dont j’ai été éduqué, les injonctions que j’ai reçues en tant qu’homme ont forgé mes manières de voir le monde. Je cumule toutes les caractéristiques dominantes de la société française : homme, blanc, hétérosexuel, non-handicapé. Difficile de parler à la place des intéressé·es. Lorsque l’on parle de mixité, nous nous attachons souvent aux rapports femmes-hommes, en oubliant les laissé·es-pour-compte : personnes en situation de handicap et les LGBT+.

Cet article s’attachera à faire une analogie entre le sport et l’esport concernant la mixité femmes-hommes. Les problématiques concernant le handicap ou l’orientation sexuelle ne seront pas traitées, mais vous pourrez retrouver certains de ses sujets dans nos articles ici et .

Les femmes et l’esport, une vieille histoire

Les femmes ont toujours fait partie du sport électronique. La conférence “Esport et Mixité” organisée par Women In Games, France Esports et Paris&Co a mis en lumière deux femmes de la (pré)histoire du sport électronique : Pam Hart, considérée comme la première compétitrice de l’histoire du jeu vidéo lors des Olympic Spacewar Olympics (1972) et Heather Martin, qui a obtenu la première place lors de l’étape d’Oklahoma City (catégorie 11 ans) aux Nintendo World Championship (1990).

Les femmes étaient donc présentes aux débuts du sport électronique, et elles ont gagné – et continuent de gagner – des compétitions !

Néanmoins, elles étaient minoritaires et le jeu vidéo américain n’a véritablement commencé à se féminiser qu’en 1977, lorsque les consoles sont arrivées et ont investi l’espace domestique après l’âge d’or des salles d’arcade, essentiellement masculin. Mais les garçons ont continué à constituer le gros des troupes. (Lignon Fanny, 2013)

Les femmes sont désormais bien plus mises en avant aujourd’hui. Evidemment, l’avènement des réseaux sociaux, la surmédiatisation des équipes et le travail de storytelling ont engendré une meilleure visibilité et légitimité des joueuses ces dernières années. Entre la victoire de Sasha “Scarlett” Hostyn aux IEM à PyeongChang et la création du tournoi CS:GO exclusivement féminin en Chine (WESG), nous avons de quoi jubiler ! Du côté français, les expérimentations ne manquent pas, notamment après les années 2010. Référence à MadmoiZerg, Nanashor, Pink Ward, Hypnotica, qui ont malheureusement toutes fermé leurs portes. En 2015, Narkuss, le jungler des Millenium Spirit, énonçait le souhait de former une équipe féminine sur League of Legends. Ces dernières années ont vu naître de nombreuses équipes féminines et mixtes : on pense notamment à Out Of the Blue, l’ex-team des Made in France, Game’Her, la team Fornite d’Oserv, la Team Loco et enfin la création de La Ligue Féminine, première compétition de League of Legends réservée aux femmes en France.

Bien que les compétitions esportives soient mixtes en théorie – ce qui n’est pas le cas dans le sport – force est de constater que la pratique ne suit pas. Rares sont les équipes mixtes professionnelles. En France, c’est Team Vitality qui sort du lot, en officialisant une équipe mixte avec la joueuse Laurie “Lyloun” Lagier… mais aussi sur PUBG, avec Sahra “Sealph” Ben au poste de manageuse (important à noter, tant les postes à responsabilité sont l’apanage des hommes) !

lylounLaurie “Lyloun” Lagier, joueuse professionnelle dans l’équipe Rainbow 6 de Team Vitality (© Twitter Lyloun)

Hormis les rares équipes mixtes, ce sont les équipes exclusivement féminines qui ont commencé – et continuent – à émerger. De ce côté, c’est CS:GO qui détient la palme de l’avant-gardisme. C’est effectivement sur Counter Strike que sont apparues et ont perduré les premières équipes féminines, avec des noms très connus de la scène comme Chelxie, Mar1on ou TORKA.

Mais comment expliquer que ce modèle soit aujourd’hui devenu la norme ? Peut-on espérer voir poindre des équipes mixtes dans les années à venir, et comment comprendre les tentatives de décrédibilisation qui visent les femmes, jugées moins performantes que leurs homologues masculins ? L’histoire du sport peut-elle nous en apprendre plus sur ces problématiques ?

Pour ses connaissances considérables sur le sujet, je suis revenu avec Anaïs Bohuon, professeure en socio-histoire à l’UFR STAPS de l’université Paris-Sud, sur les questions relatives à la mixité dans l’esport et le sport, afin de faire le lien avec notre secteur et comprendre notre éventail des possibles – si tant est qu’il existe.

Entretien avec Anaïs Bohuon

Le sport et l’esport partagent des aspects éminemment compétitifs. Comment expliquer sociologiquement et historiquement les rapports différents que femmes et hommes peuvent entretenir avec la compétition ?

L’accès des femmes aux activités physiques et sportives révèle d’injonctions paradoxales dès la fin du XIXe siècle. D’une part, il y a la volonté de mettre en mouvement le corps des femmes dans un souci de « régénération de la nation » : on estime en effet qu’il faut lutter contre la syphilis, la tuberculose, l’atavisme ou encore l’obésité, considérées comme des fléaux sociaux, pour reprendre les termes d’Olivier Faure. À cette époque, le courant lamarckien fait valoir la transmission des caractères acquis et donc soutient que le renforcement physique des femmes est un gain qui se transmet de manière héréditaire. L’objectif est d’obtenir des procréatrices en bonne santé pour « revivifier la race » et fabriquer une génération d’enfants robustes qui seront autant de futurs solides soldats.

D’autre part, les hommes ont peur que le principe de la différenciation sexuelle soit remis en cause à travers les activités sportives. Les morphologies dites féminines sont en effet transformées et bousculées par le sport. Dès lors, la crainte d’une virilisation de ces corps en mouvement émerge : on s’inquiète que les sportives deviennent des viragos, des lesbiennes, voire des femmes stériles à force de pratiquer trop de sport et/ou des sports dits de « tradition masculine » comme le football ou le rugby.

Les institutions médicales sont donc en charge d’émettre des prescriptions très claires, relayées par les autorités sportives, sur ce que les femmes ont droit de faire ou pas. Mais à l’intérieur de chaque discipline, des désaccords surgissent. Dès la fin du XIX siècle, les médecins se penchent donc sur cette question des femmes en mouvement et sont ainsi amenés à formuler une nouvelle norme de la féminité propre à légitimer l’accès des femmes à des activités dont il était jusqu’alors admis qu’elles virilisaient les corps.

La pratique sportive, auparavant apanage des hommes, est désormais plus “ouverte” même si des inégalités subsistent. Comment historiquement les femmes ont réussi à “se faire une place” dans ce milieu ?

Du fait de l’intensification du mouvement du sport féminin et de l’action de la militante Alice Milliat, l’une des fondatrices de la Fédération des sociétés féminines sportives de France, qui demande au Comité international olympique (CIO) d’ajouter des épreuves d’athlétisme féminin au programme des Jeux d’Anvers, en 1920. De fait, si les pratiques physiques et sportives se sont progressivement « ouvertes » aux hommes et aux femmes, et si les compétitions sont désormais accessibles pour les sportives et les sportifs – du point de vue réglementaire les limitations sont devenues des exceptions –, les femmes sont encore rares à accéder à des positions de pouvoir dans les institutions sportives, notamment internationales.

C’est lors des années 1910 et 1920, au cours desquelles le panel de pratiques accessibles aux femmes va s’élargir, que le développement du sport féminin français s’intensifie : des premières institutions vont voir le jour et un « haut niveau » de performance va exister et faire parler de lui. S’il ne s’agit pas de tomber dans une causalité trop simpliste, la Première Guerre mondiale, par l’éloignement des hommes – séjournant longuement sur un front assez stable – et l’autonomisation concomitante des femmes – qui vont voir s’accélérer, dans un premier temps, leur accès au marché du travail et à la sphère publique – va aussi faciliter d’une certaine manière l’émergence d’un sport des femmes. Pourtant, cela ne doit pas amener à minimiser le poids des conservatismes et la prégnance des inégalités entre les sexes. L’accès des femmes aux fédérations sportives officielles étant interdit, elles n’auront d’autre solution que de créer leurs propres sociétés et leurs propres fédérations sportives.

Confrontée au refus catégorique des instances sportives masculines, Milliat, par exemple, fonde la Fédération sportive féminine internationale (FSFI), le 31 octobre 1921. Un an plus tard, la FSFI organise à Paris ses premiers jeux « mondiaux » exclusivement féminins – sans avoir l’autorisation de les qualifier d’« olympiques ». Cette compétition rencontre un tel succès que le CIO donne le droit aux femmes de participer à cinq épreuves lors des Jeux olympiques d’Amsterdam de 1928, dont le 800 mètres. Cependant, cette course met en émoi les champs sportif, médical et médiatique qui ne supportent pas la vue des athlètes féminines fatiguées et en sueur sur la ligne d’arrivée. Le scandale est tel que toute épreuve de plus de 200 mètres leur est interdite pendant trente-deux ans, jusqu’aux JO de Rome de 1960. Ainsi, dans la pratique sportive elle-même, dans les discours médiatiques produits lors de grands événements, dans l’histoire des sports… l’égalité ne va pas de soi. Contingente, silencieuse, voire dénoncée, elle a été et reste « une égalité à construire ».

La question de la mixité devient un enjeu central dans l’esport. Women in Games, France Esports, et de nombreuses structures souhaitent permettre aux joueuses d’exercer avec les hommes sur un pied d’égalité.  Est-ce que le sport, dans son histoire, s’est lui aussi heurté à cette question ? Comment expliquer que les équipes mixtes soient inexistantes (ou très rares) ?

L’équitation, la voile et le tir sont des disciplines olympiques mixtes, initialement aristocratiques, servant à cultiver l’entre-soi. Les femmes y étaient plus facilement acceptées, pas seulement pour mettre en mouvement leur corps, mais aussi pour y trouver un futur mari. Historiquement, ce sont avant tout des lieux de sociabilité mondaine où la recherche de la performance importe peu. Par ailleurs, ce sont des disciplines dites « avec appareillage et instrumentation » pour reprendre les mots du sociologue du sport Christian Pociello, c’est-à-dire qu’on estime que le corps n’est pas mis en jeu directement. On entend encore souvent aujourd’hui : « Dans l’équitation, c’est le cheval qui fait tout. » Dans la voile, on mettra plus en avant les performances techniques du bateau que celles de la barreuse. Quant au tir, on avance que c’est une discipline qui requiert de l’adresse, de la patience : des compétences qui peuvent être attribuées aux femmes.

Toutefois, aux Jeux olympiques de Barcelone en 1992, une chinoise remporte pour la première fois une discipline mixte de tir (le skeet), devant sept hommes. Et aux Jeux olympiques suivants, à Atlanta en 1996, la Fédération internationale de tir bicatégorise  l’épreuve (on peut aussi dire qu’elle la « démixe »), sans avancer aucun argument… Ainsi, les sports  de compétition sont présentés comme une véritable « philosophie de vie », dont « l’essence » serait une forme d’égalité protégée par de nombreux règlements, codes et chartes qui fixent les pratiques et les compétitions pour permettre aux meilleur(e)s de gagner. Conformément à cette éthique, une des premières règles constitutives consiste à catégoriser les pratiquant(e)s selon divers critères : le handicap (pensons aux jeux paralympiques), le poids (dans la plupart des sports de combats : judo, boxe ou encore haltérophilie), l’âge mais surtout le sexe. Ce principe de catégorisation répond au principe de la garantie d’une incertitude du résultat, fondement de toutes compétitions, car les corps masculins et féminins y sont explicitement hiérarchisés, avec pour principe que les hommes sont (seraient) « naturellement » plus forts.

Le sport s’impose, selon les termes de Norbert Elias et Eric Dunning, comme un fief de la virilité. Est-ce qu’on peut revenir sur ce que cela signifie, et en quoi cela peut permettre d’expliquer l’absence de mixité dans le sport ?

Qu’il s’agisse des compétitions d’élite ou des activités de masse, le sport est un espace social où la non-mixité est la norme dominante. Femmes et hommes concourent donc dans des catégories distinctes, chacune avec ses chronomètres, ses barèmes et ses records. L’idée que le sexe constitue une propriété corporelle qui procure un avantage physique en soi des hommes sur les femmes, justifie qu’il soit érigé comme la catégorie classificatoire préalable à toute compétition sportive. Le sexe, dont la nature nous aurait doté-e-s, serait alors à la fois un marqueur de classification et une capacité ou une qualité innée, inaltérable. A la différence des autres capacités mesurées lors des compétitions (force, endurance, vitesse, « mental », adresse, etc.), on ne peut, a priori, « améliorer » les performances de son sexe ni le modifier sans enfreindre le règlement, alors que l’on peut réguler son poids ou accroître sa musculature. En outre, les compétitions institutionnalisées comportent un ensemble de valeurs, une éthique, des règles, dont la première est celle de « l’égalité des chances sur la ligne de départ », soit un des principes fondamentaux de l’équité revendiquée dans le sport. C’est cette règle qui est censée permettre le bon et juste déroulement de la compétition pour « que le/la meilleur(e) gagne ». Elle autorise la régulation en amont des « avantages physiques », corrigés par la création de catégories d’athlètes, autorisés à concourir entre eux à l’intérieur des disciplines sportives.

« Fief de la virilité », vecteur d’une masculinité hégémonique, théâtre d’un discours souvent essentialiste, le champ sportif s’est construit historiquement sur une exclusion stricte des femmes. Les femmes combattent cette exclusion depuis près de deux siècles, en investissant des pratiques toujours plus nombreuses, en essayant de participer aux compétitions sportives et, plus rarement, en occupant des positions de pouvoir. Par ailleurs, le champ sportif est très propice à la réactualisation de discours et à l’entretien de dispositifs profondément différentialistes, comme en témoignent les « tests de féminité » ou les commentaires journalistiques. Incarnation de la modernité, les pratiques physiques et sportives sont profondément marquées par une bicatégorisation sexuée, où les corps masculins et féminins sont explicitement hiérarchisés. De fait, cette hiérarchie est souvent présentée sans questionnement et apparaît comme une évidence dans la médiatisation la plus contemporaine. Il est vrai que les grands événements sportifs actuels laissent peu de place à la mixité ou même à la proximité corporelle. À cette non mixité s’ajoute une appréciation différenciée des performances des sportifs et des sportives par l’ensemble des acteurs, les commentateurs sportifs, les organisateurs des épreuves, les spectateurs et les athlètes eux-mêmes. Ce processus débouche sur une survalorisation du sport masculin. S’il continue d’être opérant pour comprendre le sport du début XXIe siècle, ce concept de « fief de la virilité », traduit par d’autres comme un « spectre de la virilisation » ou encore un « procès de virilisation », est certes le produit d’une réflexion sociologique mais il possède cependant un fondement anthropologique et épistémologique, touchant à la biologie et à la physiologie des corps humains, eux-mêmes construits par plusieurs siècles de discours médico-philosophiques.

La mixité dans l’esport : un avenir commun à construire

Les différences de pratique entre le sport et l’esport pouvaient faire naître l’espoir d’une facilitation de la mixité dans notre secteur. Selon Anaïs Bohuon, la mixité ne pourrait pas s’épanouir plus facilement dans l’esport que dans le sport (malgré le fait que ce premier soit plus axé sur le cognitif et la motricité).

Les discours essentialistes, bien qu’amoindris par les acteurs du milieu, restent prégnants et il est à prévoir que la survalorisation de l’esport masculin reste la norme. Il n’est pas question ici de tenir un discours fataliste, car il sera toujours possible de lui opposer des exemples récents comme la joueuse Geguri chez les Shanghai Dragons et les nombreuses équipes mixtes se formant sur le territoire français.

Il s’agit de dire que la non-mixité risque de rester la norme dominante dans l’esport et qu’en cela, la création de compétitions, d’équipes, de ligues non-mixtes pourrait être une opportunité pour de nombreuses femmes d’exceller, dans un environnement et un écosystème prévus pour elles, où les résistances et les disqualifications seraient moins violentes.

Sans oublier que pèsent sur les femmes ce qu’on appelle la menace du stéréotype, à savoir « la crainte de confirmer un stéréotype attaché à son groupe d’appartenance. En d’autres termes, lorsqu’un stéréotype existe par rapport à un groupe, il crée pour ses membres un fond de suspicion latent qui devient dominant dans certaines situations, à savoir celles qui activent l’identité sociale de la personne et les stéréotypes qui lui sont associés. La pression ainsi créée par la situation entraîne, via différents mécanismes médiateurs, une chute des performances, et donc in fine, conduit à la situation paradoxale de la confirmation du stéréotype. » (Desmette, D., Bourguignon, D., & Herman, G. (2001)

Ce phénomène pourrait nuire aux équipes féminines affrontant des équipes masculines, ou encore à une ou des femmes au sein d’une équipe mixte lorsqu’elles affronteront une équipe masculine.

Il reste néanmoins primordial de garder à l’esprit l’importance des rôles modèles et des figures d’autorité de femmes qui ont réussi malgré les difficultés (on pense à Kayane, Laure Valée, Sjokz…) et qui peuvent permettre, comme ce fut le cas dans le sport avec Alice Milliat, de peser dans la balance pour que des choses soient réalisées pour l’esport féminin et l’esport mixte, qui reste pour nous tous·tes un idéal à atteindre.

Source image à la une : viadeo

En savoir plus sur l'auteur
Rédacteur en chef

Suivez le sur Twitter Suivez le sur Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.