L’Ogre Penta Sports en route pour un nouveau festin ?

Il est craint de tous et se montre impitoyable envers ses adversaires. Depuis près d’un an, chaque major est un festin de plus pour l’Ogre Penta. Mais qui est-il au juste ?

PENTA - Six Invitation - Mathieu Bourneuf(©Mathieu Bourneuf)

Le mot penta nous vient du grec (πέντε) et s’utilise comme préfixe pour ce qui est en relation, ou constitué, de cinq éléments. N’en déplaise à ceux qui aiment ajouter un style américain aux noms d’équipes, le mot de base se profère bien « Pinta ». Et sur Rainbow Six: Siège, Penta est un peu ce que Voldemort est à Harry Potter : « celui dont on ne doit pas prononcer le nom ». L’adversaire qui fait trembler à l’annonce même de son évocation.

Il faut dire que la structure allemande fait office de seigneur des ténèbres et envoie tout un tas d’équipe au fond du trou, depuis maintenant 5 saisons. Cinq trimestres à martyriser ses congénères, cinq joueurs qui ne connaissent quasiment plus la défaite et une course vers un cinquième titre majeur. La structure n’a jamais aussi bien porté son nom.

Lire aussi :  Millenium Falcon : A Pro League Story

«L’Ogre Penta »

À la manière d’Usain Bolt, de Roger Federer ou des All Blacks, dans leurs disciplines respectives, Penta Sports a jusqu’ici su inscrire son nom dans la légende du R6 game. Avec pour seul mot d’ordre : l’invincibilité. À droite, à gauche, on juxtapose bien souvent le terme Ogre au-devant de l’équipe européenne. Pas le gentil Shrek, mis en scène par Dreamworks Animation, mais l’authentique géant de Charles Perrault. Celui qui égorge des enfants et les mange en guise d’encas, dans les contes de ma mère L’oye.

On peut dire que les potentiels petits poucet qui pensaient pouvoir duper la structure la plus titrée de la scène professionnelle, ont été légion. Puis, on pourra parler de format du championnat, de la méta ou d’une baisse de forme. On pourrait chercher des explications à tout, en fait. Mais depuis la Saison 4 — entre deux titres de Pro League et celui du Six Invitational 2018 — Penta a enregistré un bilan de 27 victoires en 29 rencontres officielles !

Et sur les trois dernières phases finales de Pro League, seul Black Dragons est parvenu à surprendre le colosse. Malheureusement pour ses sœurs de la scène Rainbow, l’escouade brésilienne ne sera pas à Atlantic City. EG, Rogue, Faze, Millenium et consort devront se débrouiller seules. Tromper une fois de plus un ogre qui a retrouvé ses bottes de sept lieues en recrutant Sha77e. L’un des joueurs les plus en vue au monde qui a rejoint l’escouade la plus performante du globe. Quid des finales de Pro League Saison 7 ? Si Penta récidive son parcours de l’Invitational, cela risque d’être gore.

Pengu, le Cristiano Ronaldo du R6 Game ?

Que retient-on d’un joueur ou d’une équipe dans n’importe quel sport ? Ses titres, ses exploits et ses statistiques, entre autres. C’est d’ailleurs ce qui conduisait CR7 à soulever son cinquième Ballon d’Or, en décembre dernier. Un niveau individuel exceptionnel, des records personnels et collectifs à foison, des actions superbes, un tranchant incisif dans les rencontres déterminantes. Parle-t-on toujours du Portugais ? Non. On parle d’une autre star, présente dans un monde différent : l’e-sport.

Sur Rainbow Six: Siège, l’attaquant du Real Madrid trouve son équivalent chez Pengu. Avec trois Pro League (Saisons 1, 4, 5) et le Six Invitational 2018 dans la poche, il est le joueur le plus titré sur le plan mondial. Le jeune danois porte Penta depuis la Saison 1. Il est ce joueur d’exception, celui qui se montre décisif dans les moments les plus compliqués de sa team. Souvenez-vous, Montréal le 18 février 2018. Evil Geniuses mène 2-0 dans la grande finale en BO5 l’opposant à Penta.

Sur scène, Canadian et ses coéquipiers américains sont en feu. De l’autre côté, Pengu et sa clique affichent des visages glacés. L’ambiance est quasiment de type polaire. Mais le Pingouin peut survivre à des températures allant jusqu’à -40 ° et des vents de 200 km/h. Plus courageux que jamais, ce dernier prend le contrôle de Gilles « Montagne » Touré, 1,90 M pour 100Kg. Puis il retourne la situation et conduit Penta, avec un sang-froid incroyable, vers son premier sacre de l’Invitational (3-2).

Alors, même si Pengu nous a gratifié de plusieurs sorties polémiques et arrogantes sur les réseaux sociaux ou sur ses streams ; force est de constater qu’après 7 saisons, celui-ci est sûrement ce qui se rapproche le plus d’un statut de meilleur joueur au monde. Ce n’est pas Falko, double champion de Pro League et ancien mate de Pengu, qui dirait le contraire. « Pengu c’est une personne avec beaucoup de franc-parler. Personnellement, quand je jouais avec lui, il poussait énormément au teamplay. Il a un énorme brain. Il peut parfois aller loin dans ce qu’il dit, mais ce n’est pas une mauvaise personne » nous confiait Vincent Baucino. Avant de poursuivre : « Pour moi, c’est le joueur le plus polyvalent. Je n’aime pas dire qu’untel ou untel est le meilleur, car il y a des joueurs impactant différents à chaque saison. Mais si je devais en nommer un, ce serait Pengu. Au vu de ses titres et de sa régularité »

Lire aussi :  Fnatic « Targaryen », Pro League is coming

Sur la Penta-scendante

« Nous avons eu quelques problèmes avec nos entraînements et notre travail d’équipe. Mais une fois arrivé dans le match, c’est comme si tous ces problèmes avaient disparu et que nous faisions tout ce dont nous avions besoin. Tout en s’écoutant. J’ai l’impression que nous sommes bien, mais que nous pouvons encore nous améliorer parce qu’on ne s’est pas vraiment adapté aussi bien que nous le voulions à la méta actuelle ». Voilà ce que déclarait Fabian à Ubisoft, au sortir du duel face à Vitality.

Le capitaine connait mieux que quiconque sa formation. Elle n’est pas intouchable. Face à Vitality et Millenium, ces dernières semaines, le champion du monde en titre a montré plusieurs signes de faiblesses. Malgré tout et a contrario d’Ence, son grand rival historique aujourd’hui relégable, Penta s’en sort plus que bien. En atteste ce troisième succès final européen en quatre saisons. L’ogre a faim. Blessé dans son orgueil, il court vers Atlantic City avec un solide leitmotiv. Celui de laver l’affront orchestré par ce maudit poucet brésilien et, par conséquent, rester ce géant craint de tous.

En savoir plus sur l'auteur
#R6ISLIFE, Life is crazy ! Chris «LuziTano» Lima | Journaliste eSport passionné de @Rainbow6Game @Ubisoft ✍️

Suivez le sur Twitter Suivez le sur Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.