Le Parti libéral du Québec demande une enquête sur la place de l’esport dans les écoles

La popularité croissante de l’esport et leur présence accrue dans les écoles secondaires préoccupent de plus en plus les politiciens québécois. C’est notamment le cas du parti politique, Parti libéral du Québec. Ils demandent au gouvernement d’investiguer sur les effets néfastes de l’entrée des jeux vidéo sur la santé des étudiants.

Parti-Libéral-du-Québec-esport
Depuis plusieurs années, nous voyons fleurir dans les quatre coins du monde des écoles, des sections ou des heures au programme dédié à l’esport. C’est d’ailleurs le cas en Québec où dès septembre, plusieurs écoles québécoises vont offrir une “concentration compétitive en sport électronique“. Derrière cette expression barbare se cache en réalité un programme qui s’apparente au sport-étude. Une formation qui rappelle l’association de LDLC avec l’école Tony Parker Adéquat Academy sur la création d’un cursus esport-étude.

La popularité croissante de l’esport, en particulier dans les écoles secondaires, ouvre de nouvelles opportunités aux jeunes étudiants. Particulièrement au Royaume-Uni, où l’ESL est devenu partenaire avec les universités britanniques regroupées sous l’organisme National Student Esports.

Or, cette relation école et esport devient de plus en plus inquiétante pour les politiciens québécois. Craignant une augmentation de la cyberdépendance et un style de vie sédentaire chez les jeunes, le Parti libéral du Québec fait pression sur le gouvernement pour qu’il intervienne.

Lire aussi :  Z Event 2019 - L'événement caritatif français le plus attendu de l'année revient !

Dans une déclaration commune, les députés libéraux tirent sur la sonnette d’alarme auprès des experts du comité parlementaire pour leur demander d’étudier l’impact du sport électronique sur les jeunes.

Le porte-parole du Parti libéral du Québec en matière de santé et services sociaux, André Fortin, a déclaré :

Nous souhaitons avoir l’heure juste sur cette réalité qui concerne la jeunesse québécoise. Quels sont les impacts pour nos jeunes d’une trop grande exposition à ces technologies ? Les informations véhiculées lors de cette Commission bénéficieraient à l’ensemble de la population. J’invite mes collègues de la Commission à appuyer cette proposition de mandat, qui se veut être un exercice non partisan.

Le porte-parole du Parti libéral du Québec en matière de sports, de loisirs et saines habitudes de vie, Enrico Ciccone, a aussi ajouté :

Je suis particulièrement préoccupé par la question des esports. Surtout lorsque je vois que des écoles secondaires commencent à offrir des programmes dans ce domaine. Avant d’autoriser ce genre de programmes, pouvons-nous d’abord nous questionner sur leur impact ? De plus en plus de jeunes sont sédentaires. Les esports ne remplaceront jamais le sport.

Le défi des parents face à la gestion du temps d’écran

Avec tout cela, le gouvernement québécois se veut d’être très rassurant concernant cette intégration dans les écoles. Le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, a répliqué en faisant savoir que cette pratique ne rentre pas dans un cadre sportif. Toutefois, son usage peut être bénéfique s’il est bien encadré. Ainsi apprendre aux jeunes une éthique. « On fait rentrer ça à l’école, mais on enseigne aux jeunes une éthique, on les apprend à être maîtres d’eux-mêmes, on les motive pour réussir à l’école », a-t-il défendu.

Lire aussi :  L’Équipe lance son émission esport avec O'Gaming

Cependant, nous ne pouvons ignorer les défis que rencontrent les parents par rapport aux nouvelles technologies liées aux jeux vidéo. En effet, la gestion du temps d’écran est devenue un défi quotidien pour les parents du Québec. Le fait d’intégrer cette pratique au programme scolaire met en lumière la peur des parents vis-à-vis de l’augmentation de la cyberdépendance et de la sédentarité des jeunes.

En savoir plus sur l'auteur
Rédacteur freelance pour Connectesport • Community Manager et rédacteur chez Team Oplon

Suivez le sur Twitter Suivez le sur Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.