Pro League Saison 8 – Les bonnes questions avant le coup d’envoi

La R6:S Pro League Saison 8, version Europe, c’est reparti ! Que peut-on attendre des huit meilleurs clubs du continent ? Si ce n’est que du spectacle, des surprises et deux grands élus finaux : cette huitième édition s’annonce palpitante !

ESL - Pro League - Rainbow Six Siege« Ils nous l’ont volé… Mon précieux… Pengu ! Pengu ! » (©ESL)

Nous l’avons quitté sur les images de brésiliens soulevant des trophées, où figuraient, gravé dans le verre, le titre de « Season 7 Champion ». En construisant une bonne partie de leurs tactiques autour de leur star, Neskgwa, les joueurs de la Team Liquid ramenaient héroïquement son premier prix au Brésil.

C’est donc ça, la Pro League. De la magie et de l’émotion, qui se doit de prendre source en un lieu. Et cet endroit, il s’agit des qualifications régionales, organisées, chaque saison et en online, à travers le globe. Cela tombe bien, celle de notre continent fait son grand retour ce jeudi soir. Avec son lot habituel de questions.

Pro League Saison 8, le format Maxi Best Of ?

Il s’agit ici de la principale nouveauté d’une R6:S Pro League rénovée. Longtemps espéré par les joueurs et les spectateurs, l’inédit système ayant remodelé la compétition sera mis en place, pour la première fois, à l’échelle européenne. Soit 14 rencontres à disputer pour chaque formation, avec 5 attaques suivies de 5 défenses, ou l’inverse, et la possibilité d’un match nul si les deux équipes n’arrivent pas à se départager, en atteignant les 6 manches inscrites.

Lire aussi :  Peut-on parler d'un Rainbow Six Siege 2.0 ?

Finalement, cette Pro League 3.0 devrait montrer un visage e-sportif rafraîchi et plus cohérent. Durant les 4 prochains mois, chaque structure aura donc la chance d’être placée à l’endroit qu’elle mérite : en phase finale, maintenue ou reléguée en Challenger. Espérons tout de même que la hype ne se détériore pas, comme pour celle des pubs de la célèbre franchise au M jaune : appétissant en photo, mais dégueu à souhait une fois dans la boite.

La problématique Je ne Sais Pas

Elle a roulé sur la Challenger en la remportant sans encaisser la moindre carte. Puis, elle a tranquillement balayé ce qui restait de la Team Oplon, en barrage de Pro League. Mais qu’attendre de cette équipe d’I Don’t Know ? Sans structure depuis le 1er septembre 2017, Lacky et Meepey ont connu bien des déboires en Pro League, mais pourraient y signer un retour « plus fort que jamais ». Si Penta Sports part favori à sa succession de champion d’Europe, la deuxième place sera très disputée, et nul doute qu’IDK sera un redoutable candidat.

Exilés la saison passée dans le championnat « inférieur », avec le frenchie Elemzje, un ancien coéquipier, les deux Anglais auront donc soif de revanche. Et cela va commencer fort, dès les deux premières journées : que ce soit face à Chaos ou Mock-It, les trois joueurs rencontreront, au total, six anciens frères d’armes (Secretly, Renuilz, Snooken, Panix, Enemy et Revan). « Il sufiraaa d’une étincelle. D’un rien. D’un geste… »

Peut-on espérer un Penta en baisse de régime ?

L’étape de rodage de la machine à gagner a pris fin depuis longtemps. Et plus précisément depuis la Saison 5 de Pro League. Penta Sports y sortait grand vainqueur consécutif et fort du sentiment d’être intouchable. Il faut dire que l’écurie allemande reste sur un bilan de 15 victoires en 16 rencontres de Pro League européenne. Dingue ! En outre, aucune équipe française n’est parvenue à battre l’ogre au cours des 4 dernières saisons.

Mais attention ! La structure allemande qui se fournit régulièrement du côté de Ence pourrait cependant accuser le coup de changements répétitifs. Bien qu’ayant imposé sa marque sur le Six Invitational 2018, Penta Sports a laissé s’échapper les deux derniers titres de Pro League. À croire que limoger KS ne fut pas la meilleure décision ? Quoi qu’il en soit, Penta sera bel et bien la piñata du championnat : l’éventrer à plusieurs et à petits feux, ce serait l’éloigner un peu plus de la phase finale.

Quelle(s) équipe(s) française(s) pour briller en Pro League Saison 8 ?

Quatre. C’est le nombre d’équipes baguettes engagées dans la compétition. De quoi faire de la Pro League une vraie boulangerie. Encore faudrait-il que le ratio de représentants qualifiés en Phase finale pour le quota de places disponibles devienne nettement meilleur. Pour l’instant, il n’est que de 2 sur 10. Même si le talent ne manque pas du côté de l’hexagone, les performances des équipes françaises seront donc, de nouveau, l’une des grandes questions de la Rainbow Six Pro League.

Lire aussi :  Team Liquid - De poulain des mers à Cheval de Troie

Les raisons d’y croire ? En février dernier, les joueurs de Vitality pointaient dans le Top 8 de l’Invitational ; Millenium dans l’ultime carré de la Pro League Saison 7, il y a quelques semaines ; tandis que Mock-It sort victorieux de la Coupe de France 2018. Enfin, les Supremacy — bien qu’affichant la plus faible expérience en Pro League, sur PC — auront à cœur de se maintenir et de faire tomber quelques têtes au passage. Voire, de viser plus haut et réaliser un parcours à la Team Liquid : rentrer au pays en héros, avec une Pro League sous le bras.

En savoir plus sur l'auteur
#R6ISLIFE, Life is crazy ! Chris «LuziTano» Lima | Journaliste eSport passionné de @Rainbow6Game @Ubisoft ✍️

Suivez le sur Twitter Suivez le sur Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.