Fear The Walking DeathroW

En se relevant tel un mort-vivant, DeathroW signe son grand retour sur la scène de R6:S. Horrifiant, friande de croquer ses semblables et armée d’un projet plus qu’ambitieux, la structure du couloir de la mort va vous faire trembler. Ambiance à la Walking Dead.

Draz - R3siak - CDF 2017 - Rainbow Six SiegeDraz, la puissance DZ au service de DeathroW (©François Kaiser)

Il y a eu Death Row Records, célèbre label discographique de Rap, fondé par Dr.Dre et Suge Knights, rejoint plus tard par 2Pac et Snoop Dogg, qui écoulait plus de 50 millions d’albums. Une machine. Cette réussite inspirera-t-elle son homologue de Rainbow Six Siege ? Peut-être bien. Les moyens mis en place, en tout cas, sont tout autant louables. Quand un coach expérimente, Draz, et un manager passionné, Aotsuki, décident de (re)monter leur propre projet — avec une armée de marcheurs blancs assoiffés de revanche, dans leur rang —, cela promet d’envoyer du lourd.

DeathroW, le prequel

Avec un brin de nostalgie, Draz se remémore : « La structure a été fondée en 2001, moi je suis arrivé environ 1 an après. Au début, on était axé sur les FPS et principalement Soldier of fortune. L’esprit ? Très jeunes, mais déjà pros dans nos têtes et dans nos résultats. J’aimerais d’ailleurs adresser un clin d’œil à ClanBase. On est toujours resté compétitif dans les jeux auxquels on participait, comme Call Of Duty 4 et ShootMania, sur lequel nous avons décroché une qualification pour la Gamescom 2012 de Katowice. Mais durant les années suivantes, on est resté au point mort. Jusqu’à l’arrivée de Rainbow Six Siege, que l’on a tout de suite adopté ».

Avant de poursuivre : « On aurait dû jouer la première saison de Pro League, mais le départ de RcK pour Epsilon nous a fait revoir nos plans. Du coup, nous avons reconstruit l’équipe pour participer à la DreamHack Tours de 2016, durant laquelle nous avons montré un bon visage ». Tellement bon, ce visage, que WTF, sortant de la Pro League Saison 1, en viendra à recruter le roster. DeathroW restera alors en stand by, jusqu’à la Coupe de France 2017 et une nouveauté pour le Lyonnais d’origine algérienne. « Ce fut ma première expérience de coach, suite à ma retraite de joueur ». Puis, de préciser : « Sans revenir sur l’organisation de cette compétition, c’est malheureux qu’elle n’ait pas les moyens qu’elle mériterait d’avoir ».

Lire aussi :  Peut-on parler d'un Rainbow Six Siege 2.0 ?

Les premières traces de la pandémie

Bien que talentueux souris en main, Draz pressent donc des qualités de meneur d’hommes et fait ses premières armes aux commandes de la line-up. En outre, son coaching s’est montré payant durant les qualifications de ladite Coupe de France. Avril 2017 : alors dans l’ombre des Vitality, Millenium et unKnights, toutes équipes de Pro League, DeathroW embarque Supremacy pour son couloir de la mort. En privant de présence l’un des favoris du tournoi, l’écurie lâche ainsi les premières molécules de son virus sur la scène de R6:S. Avant de mystérieusement disparaitre… Jusqu’à aujourd’hui. Beaucoup plus forte, bien plus virale et dangereusement touchée par le syndrome du cannibalisme e-sportif.

En parlant de revenir, le véritable échec ne nait pas de la chute, mais de se relever sans en tirer un enseignement. Et ça, c’est ce qui devrait pousser les nouveaux joueurs de DeathroW à se surpasser. Jahk et Spoken qui ont côtoyé la Pro League durant plusieurs saisons avant d’être relégués ; Aherys qui a vécu une descente aux enfers, de Millenium à Vires ; RXWD directement touché par le Shaiiko Case et Approx, brute de skill qui a encore tout à prouver : Tous attendent leur heure dans ce couloir de la mort. Pas pour une sale exécution, non. Mais pour renaitre en zombie et tous les avantages que cela implique. Plus de douleur, plus de limites et plus d’autres objectifs que de dévorer tout ce qui se présentera sur leur passage.

Lire aussi :  Millenium - Le film Hicks

D’efficaces moyens de propagation

Un passé tumultueux pour certains de ses hommes ? Draz s’en réjouit : « Je préfère des joueurs qui disent ce qu’ils pensent et ont un certain vécu, à des joueurs sans caractère à qui il faut sortir les vers du nez. J’ai moi-même mon caractère et on avance plus vite quand on se comprend mieux ». Quant à la force du projet, pas d’inquiétude pour Aotsuki : « Nous avons mis en place un staff encadrant, performant et expérimenté. Forts de 5 cofondateurs, de 3 investisseurs privés, avec un 4ème en chemin, nous avons pour souhait d’aider nos formations à progresser sereinement grâce à nos équipes de Community Managers, de graphistes, de modérateurs de notre discord communautaire, et d’autres membres DeathroW ».

Mais ce n’est pas tout : « Nos futurs sponsors, en cours de négociation, permettront de renforcer notre actuelle capacité à assurer l’ensemble des frais inhérents aux futures compétitions LAN. Cela rajouté à notre récente annonce de partenaire de bootcamp, avec G-zone, nous permet d’offrir à nos joueurs l’occasion d’une expérience unique, loin de toutes ces structures procédurières. Nous sommes certes aujourd’hui petits face à des géants, mais DeathroW se développe à une vitesse folle. L’épidémie n’a pas fini de se répandre ! »

Millenium, Vitality, Mock-It, Supremacy et l’ensemble de la scène Rainbow Six sont dorénavant prévenus. À leurs chercheurs de trouver un vaccin qui saura stopper le virus, avant sa totale propagation.

En savoir plus sur l'auteur
#R6ISLIFE, Life is crazy ! Chris «LuziTano» Lima | Journaliste eSport passionné de @Rainbow6Game @Ubisoft ✍️

Suivez le sur Twitter Suivez le sur Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.