sNKy Gonzales : « Ay Caramba ! »

En rejoignant Mock-It et les célèbres têtes qui composent son roster, sNKy a réalisé un rêve de gosse tout en décrochant le moyen de passer d’un statut de « pépite » à celui de « top player ». Et ça tombe bien, son équipe joue ce soir l’accès aux Playoffs de la Rainbow Six Pro League face à Millenium. Retour sur le tracé formidable d’un enfant dyslexique devenu professionnel de l’e-sport et taulier du R6 game.

sNKy David Khalfa - R3siak - LiquipediaCoupe de France 2017 – David Khalfa «sNKy» (©François Kaiser)

« Le truc que je me dis quand j’arrive dans un match compétitif, c’est de jouer comme en Ranked. De ne pas me prendre la tête ». Voilà les simples mots et précieux conseils adressés durant la Gamers Assembly, par David Khalfa, à un rookie passionné de Rainbow Six venu participer à sa première LAN. Seulement sNKy lui, et malgré son jeune âge, a déjà passé le stade d’aficionado et peut se permettre d’évacuer aussi facilement la pression. Il est, du haut de ses 19 printemps, joueur e-sportif professionnel. Mais surtout, bourré d’un talent précoce et d’une motivation qui ferait même reculer les zadistes. C’est dans ce cadre qu’il côtoie la prestigieuse Pro League et les plus grosses pièces qui se livrent bataille sur cet échiquier virtuel.

Le voir jouer quelques instants traduit à la perfection un célèbre diction : « La parole est d’argent et le silence est d’Or ». Pourquoi ? Tout bonnement parce que le gamin qui s’excitait tel un hyperactif quelques secondes avant, devient une bête de concentration et d’efficacité une fois le casque sur les oreilles. Comme si Judge Dredd venait punir ses adversaires sur Rainbow Six. Ce qu’il ne peut dire avec la parole ? Il le traduit avec des flickshot monstrueux. Sa difficulté à se canaliser et rester calme ? Il effectue des mouvements parfaits et réfléchis dans le jeu. Alors comment une œuvre vidéoludique et l’e-sport peuvent-ils transformer à ce point un adolescent qui paraissait vivre une étape compliquée dans sa vie ? La réponse se trouve dans le parcours fulgurant de sNKy, alias « sNKy Gonzales » pour la vitesse à laquelle celui-ci s’est fait une place parmi les meilleurs.

Lire aussi :  Cinquante nuances de Vitality

Un Billy Helliot de l’e-sport

Autant mettre directement les points sur les i : ce joueur n’a pas toujours été une bête de confiance en soi. C’est sa mère, Laetitia Khalfa, qui le résume au mieux à travers quelques lignes : « sNKy c’est le plus jeune de la famille. Il a eu du mal à trouver sa place. Au niveau scolaire, ce n’était pas ça. On s’est aperçu en fin de scolarité du primaire qu’il était dyslexique : il a dû essayer de rattraper tout son retard, ce qui a été très dur pour lui. De plus, c’était un froussard. C’est pourquoi une fois arrivé en 6e, il a décidé de faire JSP (C.f jeune sapeur pompier). Pendant 4 ans, cela l’a beaucoup aidé à prendre confiance en lui. Et voir qu’il était bon dans ce domaine l’a rassuré, car l’un de ses frères était brillant en scolarité et lui du coup, il se sentait inférieur et pensait être un nul ». Oui, le fils cadet aura éprouvé certaines difficultés à s’imposer et à rendre fier son entourage.

D’autant plus avec un papa qui ne voit pas d’un bon œil le fait que sa progéniture passe autant d’heures devant un écran, à envoyer des pralines sur des cibles pixelisées. « Quand il était petit, son père lui coupait Internet, car il trouvait qu’il jouait trop aux jeux vidéo. Du coup, il demandait à notre voisin son code Internet pour qu’il puisse se connecter et jouer (Rires). Mais maintenant qu’il a grandi, il le suit et n’a plus aucune réticence. Il a changé sa vision et son avis sur la question des jeux vidéo. Il en est même fier au point qu’on a acheté une PS4 pour avoir Twitch et suivre les matchs » nous rappelle celle qui a vu sNKy grandir.

« Heureusement que moi, je le soutenais, sinon il n’aurait pas pu en arriver là ». Et par là, Mme Khalfa entend bien évidemment la position qu’a acquise son petit protégé. Bien loin des fourneaux de la boulangerie de Lagny-le-sec qui étaient pourtant destinés au jeune homme qui se lève à 5 h tous les jours pour actuellement apprendre à faire des baguettes et des pains au chocolat avant de rentrer s’entrainer sur son PC jusqu’à minuit.

Lire aussi :  L'hebdo Rainbow Six e-sport : Une folle journée de Pro League, un retour sur la GA et le tournoi Rising Stars !

Précoce et alors ?

Peu d’heures de repos, donc, pour un jeunot qui met toutes les chances du côté de sa carrière e-sportive tant prometteuse, fulgurante et sensationnelle. Et ce, depuis qu’il a appris à manier un clavier et une souris. « Il a commencé avec Counter Strike et Shoot Mania notamment, jusqu’à arriver sur Rainbow six siège. Il était bon dans tous les jeux et soupçonné de tricher avant ses premières LAN ! Un développeur lui avait même proposé d’aller jouer aux États-Unis, dans leurs locaux, parce que sNKy avait un très bon niveau au lancement de leur jeu. Nous lui avons dit non, car il était trop jeune. C’est quand il m’a demandé de l’accompagner à la Gamer Assembly 2016, étant donné qu’il était mineur, que j’ai vu qu’il avait du potentiel dans ce domaine ».

Effectivement, le gosse est bon dans ce qu’il fait. Au point de démarrer sa carrière aux côtés de Panix, son coéquipier actuel, sous le maillot d’Aera Esport. Recalé par les phisyos ESL du « Pro League Club » à cause de son âge, sNKy ne démord pas et s’installe dans toutes les soirées auxquelles il peut accéder : les LAN françaises. Le résultat est conséquent. Top 2 de la DreamHack 2016 avec Mistral, Top 3 de la Coupe de France avec Aera et le titre en Challenger suivit de l’arrivée en Pro League avec beGenius.

Un épisode beGenius dont il est aujourd’hui le seul rescapé. Ses quatre autres compagnons ayant disparu des radars du championnat majeur suite à la disqualification de l’escouade la saison dernière. Lui, figure bien sur la feuille de match de Mock-It qui, malgré son statut d’outsider, pourrait créer la surprise et accéder aux playoffs de la Pro League Season 7, en cas de victoire sur une vieille connaissance : Millenium. Dans ce combat fratricide, il n’y aura plus de dyslexie, de vigiles ou de Grominet. sNKy Gonzales compte bien prouver qu’il a le coup de souris le plus rapide et efficace du R6 game.

En savoir plus sur l'auteur
#R6ISLIFE, Life is crazy ! Chris «LuziTano» Lima | Journaliste eSport passionné de @Rainbow6Game @Ubisoft ✍️

Suivez le sur Twitter Suivez le sur Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.