Vitality entame un nouveau cycle en acquérant les ex-Supremacy !

La Team Vitality marque un gros coup sur la scène Rainbow Six Siège en acquérant le roster de Supremacy. Conquérante durant la première année et dos au mur en fin de seconde, la structure entame un nouveau cycle e-sportif pour cette 3e année de compétition. Explications !

Rainbow Six Pro League

L’apparition de Vitality en Rainbow Six Pro League PC

On associe souvent Vitality à la formation qu’elle remercie aujourd’hui, lorsque l’on parle de Rainbow Six. Mais mieux vaut ne pas oublier que les heures de gloire de cette structure furent principalement marquées par son roster Xbox One. Quoi que l’on puisse dire, c’est bien manettes en mains que FuriouSG (aujourd’hui manager), Bi0s, KRiiSKO, AnThraX et Lion ont décroché le titre de Pro League Season 3. Un soir de novembre 2016. Vitality faisait alors la fierté e-sportive de la France, à l’international. Dans une relation de rivalité fraternelle avec Supremacy, le club fondé en partie par Neo imposait sa marque sur un FPS encore naissant, e-sportivement parlant.

Jusqu’à cette finale de Six Invitational 2017, perdue contre Elevate sur un score inoubliable : 10-0. Mais peu importe, l’histoire portée par cette line-up restera à jamais gravée dans les esprits de ceux qui suivent l’aventure R6 depuis ses débuts. Et lorsqu’Ubisoft annonce dans le même temps, l’arrêt de la Pro League ESL sur console, la direction de Vitality sait que la transition PC devient obligatoire.

C’est donc en quête de nouveaux titres, que la structure se lance sur la version clavier et souris de la licence. Mais pas avec son ancienne équipe console. Celle qui lui a permis d’atteindre les sommets, à Katowice. Loin de cela, Vitality frappe fort et recrute directement Panix, Elemzje et Enemy. Les finalistes de la Pro League précédente, sous les couleurs de Playing Ducks. En les signant, la structure à l’abeille s’assure une place directe en Pro League Season 4. Risze et Revan viennent fermer la marche et les attentes autour de l’équipe, pour son lancement, sont énormes.

Un premier bilan mitigé et en deçà des espérances

Succès de Vitality White lors de la Coupe de France 2017 (©Ubisoft)

En début d’année 2, lors de leur plongeon dans le grand bain, Millenium et Vitality sont les seuls représentants français de la Pro League. C’est avec toute logique, que les supporters frenchies se positionnent de leur côté. Seulement, les résultats ne vont pas suivre le potentiel déclaré des deux équipes. Au terme de la Pro League Season 4, les deux écuries tombent en match de relégation. Il s’agira du premier signal d’un problème de performances. Et si Millenium se reprend la saison suivante, en décrochant avec brio sa place en LAN, Vitality dégringole du championnat, se retrouvant en Challenger League, la sous-division du circuit professionnel.

Des changements sont alors opérés au sein d’un groupe qui décrochait, tout de même, un titre de Coupe de France 2017 moins de 3 mois auparavant. Elemzje est remercié et remplacé par Hansen. Kivvi, l’un des meilleurs coach de la scène Rainbow Six, est instauré à la tête de l’équipe. Le club se dote même d’une analyste, en la personne de Lyloun. En Challenger League, Vitality réapprend les bases et suite à un coup du sort, saisit l’opportunité de décrocher son grand retour en Pro League Season 7.

Assurée de retrouver le Top européen, Vitality s’attaque — comme bon nombre d’escadrons — aux qualifications du Six Invitational 2018. Mais l’escouade se casse rapidement les dents. Contre XBOX MasterRace, Panix et les siens échouent et l’invitation au tournoi, via un vote communautaire, ne suffit pas à taire les critiques. Malgré d’honorables prestations contre Penta Sports et 1Up eSport, à Montréal, Vitality est éliminé avant de pouvoir s’exprimer sur la scène de la Tohu. La déception est grande. Mais comme le dit l’adage « c’est en tombant que l’on apprend ». Et si Vitality était assez tombée pour pouvoir entamer son nouveau cycle ?

Le recrutement des «rivaux» de Supremacy en gage de révolution

Supremacy - Mathieu Bourneuf - Six InvitationalL’équipe de Supremacy durant la cérémonie d’ouverture du Six Invitational 2018 (©Mathieu Bourneuf)

De « frères ennemis » sur la scène console, où les deux structures ont toujours trusté le top européen puis mondial, à « frères de cœurs ». L’ancien roster de Supremacy évoluera désormais sous les couleurs de la Team Vitality. Si (quasiment) personne n’avait parié sur un tel changement, le moove parait plus que sexy.

Dès leurs débuts, les deux équipes se sont affrontées en finale des plus grandes LAN françaises. En mars 2016, Vitality remporte au nez et à la barbe de Supremacy, son premier titre sur Rainbow Six Siège. La Gamers Assembly, version XBox One. Quelques semaines plus tard, Supremacy prend sa revanche sur la scène de la Coupe de France. La rivalité est toute trouvée, mais va bientôt atteindre son apogée.

En plein cœur de la Pologne, les deux structures se disputent le saint Graal de tout professionnel de la licence. La prestigieuse Pro League Season 3. Le duel fratricide tourne finalement à l’avantage de FuriouSG et ses hommes. Sur le toit du monde, celui-ci devient l’acteur de l’une des plus belles scènes qu’ait connue la communauté française de Rainbow Six. Une étreinte avec son homologue Biboo, alors vaincu. À ce moment-là, se doutait-il que ce dernier le rejoindrait un jour au sein de la structure pour laquelle il est aujourd’hui devenu manager ?

Il faut dire que les échecs de ses équipes Black and White ont poussé les dirigeants de Vitality à recruter un roster qui a, depuis son arrivée sur la scène PC, amorcé une véritable ascension. Sous le tag SyUnit, Biboo, Zephir, Spark et Rafale ont gravi de nombreuses crêtes. Une transition de plate-forme réussie, la montée en Pro League et surtout de belles performances au Six Invitational 2018. Un parcours sans faute qui donne rapidement la volonté à Vitality d’investir sur le quintet devenu foyer de BriD.

Lire aussi :  Team Vitality lève 2,5 millions d'euros de fonds !

Et en étant l’acteur de la première et impressionnante levée de fonds réalisée par une équipe d’e-sport en France, le club à l’abeille dispose logiquement de moyens financiers et d’objectifs clairs. Le recrutement des anciens Supremacy est une décision lourde de sens et légitimement compréhensible : l’achat de l’équipe française la plus performante de la 8e et dernière saison en date de compétition sur Rainbow Six. Reste désormais à savoir si les néo-Vitality réussiront là ou leurs prédécesseurs ont échoué.

La route des néo-MockIt Esports ne s’arrête pas là

MockIt - Annonce

Un facteur rentre désormais en compte dans la suite du parcours des nouveaux MockIt Esports. Et pas des moindres. Puisque l’équipe entamera la nouvelle saison de Pro League avec comme ambition de montrer que le groupe n’a pas perdu son âme. Ni son talent, qu’importe la structure représentée. Et pour cela, Panix et ses compagnons pourront compter sur l’arrivée de deux recrues de choix. Voy est venu remplacer Hansen à quelques semaines du Six Invitational 2018. Si le court délai de travail collectif n’a pas permis à l’escouade de briller durant l’événement, l’ancien d’ARES a (déjà) prouvé que son apport ajoutait de la consistance au jeu de la line-up.

Et dans la foulée de son départ de Vitality, la formation annonce la signature de sNKy. En lieu et place de Risze. Ce dernier pourrait prétendre à être le maillon qui manquait à la réussite de l’équipe. Une sorte de second souffle pour ce collectif. Coéquipier de Panix au sein d’AERA eSport en Saison 1, le joueur qui a désormais 19 ans, avait dû laisser sa place à Revan et Enemy. Ces nouveaux team mates ! À l’époque et malgré son talent, celui-ci ne pouvait participer à la Pro League. L’ESL interdisant la participation à ses compétitions aux joueurs mineurs.

Mais sNKy a depuis pris du galion et s’est tracé une route en constante évolution. Top 2 de DreamHack 2016 avec l’équipe Mistral et une victoire sur Yunktis — futur champion de Pro League Season 2 — en demi-finale. Ou sur le podium de la Coupe de France 2017, avec AERA eSport. Puis cette montée en Pro League avec beGenius, raflant le titre de Challenger sur son chemin. David Khalfa a ainsi suivi la marge de progression qui lui était destinée. Son arrivée au sein de MockIt Esports pourrait bien marquer une étape déterminante de sa jeune carrière e-sportive et replacer, pourquoi pas, ses nouveaux compagnons sur le devant de la scène.

En savoir plus sur l'auteur
#R6ISLIFE, Life is crazy ! Chris «LuziTano» Lima | Journaliste eSport passionné de @Rainbow6Game @Ubisoft ✍️

Suivez le sur Twitter Suivez le sur Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.